Aller au contenu
BANGKOK 27 June 2019 10:13
Le Modérateur

Grossesses des adolescentes : Les experts appellent les autorités à plus de compassion

Recommended Posts

La récente tentative d’une jeune fille de 15 ans d’enterrer son nouveau-né vivant, apparemment par peur que d’autres découvrent sa grossesse, souligne son désespoir et son besoin criant d’aide, selon des militants et des travailleurs sociaux.

«J'espère que les autorités compétentes se concentreront sur la réinsertion, et non sur les sanctions», a déclaré la directrice de la Fondation AIDS ACCESS, Nimit Thien-udom.

Ses commentaires arrivent après l'arrestation de la fillette jeudi dernier dans sa ville natale, dans le district de Chumpuang, Nakhon Ratchasima. Il est possible qu'elle soit accusée d'abandon d'enfant et de tentative de meurtre.

La police a pu retrouver sa trace après avoir reçu des informations selon lesquelles elle aurait acheté des quantités inhabituellement importantes de serviettes hygiéniques. Son petit garçon a été déterré à temps.

Un homme du coin, Usa Nisaikha, 41 ans, a entendu un chien aboyer et un bébé pleurer dans une plantation de manioc à Tambon Thalad. Il s'est donc précipité sur place. Il a vu une partie du bébé et l'a rapidement déterré

Les parents de la fillette de 15 ans ont maintenant exprimé leur intention de prendre soin de ce bébé.

Somwong Uraiwattana, directrice adjointe de la Fondation AIDS ACCESS et responsable du projet concernant des grossesses non désirées, a déclaré que les filles victimes d'une grossesse non désirée agissaient désespérément - comme dans le cas de cette adolescente. Selon elle, ce sont les autorités thaïlandaises qui sont responsables à cause de leur politique du refus du droit à l'avortement.

"Des cas de filles souffrant d'hémorragies à la suite d'un avortement illégal n’existeraient plus si la société thaïlandaise donnait assez d'options à celles qui ont une grossesse non désirée", a-t-elle averti.

Elle a souligné que les attitudes négatives de la société thaïlandaise à l'égard des relations sexuelles prématurées et des grossesses non désirées ne permettent pas de mettre en place un bon système pour offrir des options à ces victimes. Elle ajoute que l'éducation sexuelle à l'école n'est pas enseignée de manière pertinente. Alors, quand les filles ont un problème, elles agissent par désespoir.

Nimit a déclaré que, lorsque de tels cas se produisent, les médias ne devaient pas se précipiter pour qualifier les filles ou les femmes impliquées de «mère horrible», de «mère cruelle» et de «femme insensible».

"Signalez les faits et essayez de proposer des solutions à de tels problèmes", a-t-elle déclaré. C'est ce que fait Thaivisa en français en suggérant les tiroirs à bébés comme en Belgique ou en Allemagne.

Selon elle, les organismes publics concernés doivent veiller à ce que les adolescentes ayant besoin d'un avortement sans risque et légal l'obtiennent conformément à la loi de 2016 sur la prévention de la grossesse chez les adolescentes. En effet, malgré l'interdiction de l'avortement, il est possible, pour une adolescente de ne pas aller au bout de sa grossesse grâce à certaines ONG. Encore faut-il que l'information circule, ce qui n'est pas le cas. De plus, il devrait exister un processus plus facile pour les femmes enceintes de manière non désirée pour laisser leurs bébés dans des foyers d'adoption ou d'aide sociale.

«J'espère qu'il y aura un foyer social pour enfants dans chaque province», a déclaré Nimit.

Au cours des six derniers mois, la ligne d'assistance "imageproxy_php.jpg.9de7566a19342b1f76f898822adcff2b.jpggrossesses non désirées 1663" a reçu 11 085 appels demandant des conseils sur les grossesses non désirées, soit une augmentation de 30% par rapport à la même période de l'année précédente. Environ 29% des femmes enceintes non désirées étaient des filles de moins de 20 ans, a-t-elle ajouté.

L'avortement n'est légalement autorisé en Thaïlande que lorsque la grossesse résulte d'une agression sexuelle, d'un grave problème de développement du fœtus ou que la santé physique ou mentale de la future mère pourrait en souffrir.

Trairat Witthayanumart, le chef du district de Chumpuang, a promis de s'occuper, avec le ministère du Développement social, de la réhabilitation de l'adolescente traumatisée. https://forum.thaivisa.com/topic/1101658-experts-call-for-compassionate-policies-as-teen-attempts-to-bury-newborn/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×