Aller au contenu
BANGKOK 22 August 2019 11:05
Le Modérateur

Thaïlande: entrée historique de députés transgenres au Parlement

Recommended Posts

Une première en Thaïlande: quatre députés transgenres ont fait leur entrée, ce jeudi, au Parlement. Un geste de façade progressiste qui cache une réalité plus sombre.

Pour la première fois dans le pays, quatre élus transgenres ont fait leur entrée dans l'hémicycle à l'issue des législatives de mars. Une révolution dans le royaume, réputé tolérant envers la communauté LGBT+, même si des discriminations perdurent. Mercredi, ils ont voté, aux côtés de 745 parlementaires pour choisir le futur Premier ministre. Leur candidat, le patron de Future Forward, le parti d'opposition sous l'étiquette duquel ils concouraient, a perdu la bataille face au chef de la junte, Prayut Chan-O-Cha.

"Je ne suis pas là pour faire de la figuration, je veux écrire une nouvelle page de l'histoire" de la Thaïlande, assure Tanwarin Sukkhapisit, 45 ans, symbole d'une nouvelle génération de politiques, dont plusieurs parlementaires ouvertement homosexuels, à avoir émergé lors de ce scrutin.

"Quand je suis arrivée habillée en femme au Parlement, cela a créé des débats parfois virulents sur les réseaux sociaux. C'est ce que je veux car je veux voir une vraie démocratie émerger dans mon pays", assure-t-elle.

Du militantisme à la politique

Née dans la province pauvre de l'Issan, Tanwarin ne veut pas être enfermée dans une identité sexuelle particulière. "Je n'entre dans aucune des deux cases. La société ne devrait pas nous imposer un genre", estime la députée actuellement à l'affiche d'une pièce de théâtre, Trans, I Am (Trans, Je Suis).

Son désir de politique est venu plus tard. Réalisatrice sur la communauté LGBT+, un de ses films, Insects in the Backyard (Insectes sur cour), diffusé à l'international, a été censuré en Thaïlande pour avoir "offensé la morale". Ce n'est qu'après une bataille juridique de cinq ans et la suppression d'une scène de nudité de trois secondes que le long-métrage a pu être diffusé.

"J'ai compris que faire des films n'était pas suffisant. Il fallait entrer en politique pour que les lois changent", relève-t-elle.

Victime de critiques au cours de la campagne électorale, Tanwarin reconnaît que le chemin sera long.

Une tolérance qui cache une réalité plus sombre

Par rapport à de nombreux pays, la Thaïlande s'est bâtie une réputation de tolérance à l'égard de la diversité sexuelle. Mais cette apparente intégration cache une réalité plus sombre.

Les personnes transgenres "sont régulièrement victimes de discriminations dans leur emploi, ce qui oblige bon nombre d'entre (elles) à se lancer dans des professions faiblement rémunérées", note Kyle Knight, spécialiste des questions LGBT pour Human Rights Watch. Beaucoup sont rejetées par leur famille et, même si aucune estimation officielle n'est disponible, elles travaillent souvent dans l'univers du divertissement, notamment dans l'industrie du sexe, relèvent plusieurs ONG.

Beaucoup espèrent que l'entrée au Parlement de Tanwarin et de ses trois collègues marque un changement.

La junte a approuvé un texte qui, s'il est adopté, fera de la Thaïlande le deuxième pays d'Asie après Taïwan à légaliser le mariage entre personnes de même sexe. Mais la députée trouve qu'il ne va pas assez loin car il ne prévoit notamment pas le droit d'adoption. Tanwarin Sukkhapisit veut aussi permettre le changement de genre sur les documents officiels et améliorer l'éducation dans les écoles. La notion de diversité de genre devrait d'ores et déjà bientôt être intégrée aux manuels scolaires.

Aude Solente
 
 
8528863d53059f6cada22b9316b11.PNG.caaffcbcf132261918b145b86f9452b4.PNG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×