Aller au contenu
BANGKOK 22 August 2019 09:36
Le Modérateur

Pannika, du Future Forward, prochaine victime de la chasse aux sorcières

Recommended Posts

UN AUTRE dirigeant du parti Future Forward pourrait être poursuivi au pénal. La députée Pannika Wanich, membre du Parlement, est dans le collimateur des autorités et des ultra-royalistes pour son attitude présumée anti-monarchique remontant à près de dix ans.

L’allégation de lèse-majesté a fait surface car des photos et des messages de Pannika sur Facebook datant d’une dizaine d’années ont été découverts au cours du week-end.

Les amis de la députée sur les photos, accusés également de manquer de respect à la monarchie, ont été bombardés d’insultes par des internautes furieux de ce qu’ils ont décrit comme des poses inappropriées.

Le lieutenant-général Piya Uta-yo, chef de la police nationale, a déclaré que la police était également préoccupée par le contenu des messages ainsi que par d'autres similaires. La police a déjà commandé trois groupes de travail : la division de la répression de la criminalité technologique, le service juridique de la police et le "bureau spécial" - pour examiner la question.

Piya a déclaré que le groupe de travail enquêterait sur le fait de savoir si Pannika et ses amis avaient enfreint la loi sur la criminalité informatique ou la loi sur la sécurité. Les autorités ne peuvent pas immédiatement établir la culpabilité et attendent que toutes les preuves soient rassemblées, a-t-il ajouté.

Répondant à la question de savoir si l’affaire était politiquement motivée compte tenu de l'appartenance de Pannika au parti Future Forward opposé à la junte, Piya a assuré que la police n’établissait pas de discrimination à l’encontre de groupes particuliers mais passait au crible toutes les personnes qui avaient violé la loi.

L'activiste Srisuwan Janya, qui a déposé plusieurs plaintes contre Future Forward et d'autres partis, devrait présenter aujourd'hui une motion à la Commission nationale anticorruption (NACC) afin de déterminer si Pannika aurait pu enfreindre les normes éthiques appliquées à toutes les autorités de l'État.

Les normes éthiques de la Thaïlande prescrivent que les agents de l’État défendent les institutions principales - la nation, la religion et la monarchie - ainsi que le régime démocratique avec une monarchie constitutionnelle.

Pannika a expliqué que la photo avait été prise en 2010 après le coup d'État de 2006, lorsque les allégations de lèse-majesté pour des raisons politiques étaient répandues. La photo était censée refléter la tragédie de la politique thaïlandaise, a-t-elle déclaré. La photo ne sera pas visible pour des raisons évidentes.

La députée a présenté ses excuses à ceux qui étaient troublés par la photo, mais les a exhortés à prendre conscience de la façon dont les jeunes avaient grandi avec des questions sur l'exploitation de la monarchie pour détruire leurs ennemis politiques.

Pannika est l’une des personnalités les plus en vue de Future Forward et se trouve sous les feux de la rampe ces derniers jours.

Avant l’affaire Pannika, le jeune Future Forward avait déjà fait l’objet de nombreuses poursuites judiciaires.

Malgré de nombreuses accusations, aucun des membres du parti n'a été accusé d'avoir violé l'article 112 (lèse majesté).

Son chef Thanathorn Juangroongruangkit et son secrétaire général Piyabutr Saengkanookul sont des cibles récurrentes.

Les ultra-royalistes semblent considérer Future Forward comme anti-monarchiste, même si le parti a toujours nié ces allégations.

Lors des récents débats parlementaires, des députés et des sénateurs ont exprimé leur soutien au régime dirigé par des militaires, car "les juntes sont loyales à la monarchie". Ce concept a été développé par un général - sénateur qui parle de dictature démocratique.

Cependant, Future Forward et Pannika semblent avoir le soutien d'Internet.

#SavePannika est le premier hashtag de Thaïlande sur Twitter, avec des dizaines de milliers d’utilisateurs qui envoient leur soutien moral à la députée.

La société civile sur Internet et les jeunes expriment de manière très crues leurs idées opposées à la junte et à Chan-o-cha. Les concerts de rap sont des happenings anti-gouvernementaux et la jeunesse thaïlandaise soutient le FF.

Depuis le coup d’État de 2006, les observateurs ont toujours exprimé leur préoccupation face à l’exploitation de la loi sur lèse-majesté à des fins politiques.

Ils soulignent le recours fréquent à la loi draconienne pour détruire les rivaux politiques plutôt que pour protéger la monarchie.

Le roi Rama 10 n'a, cependant, jamais eu recours à cette loi.

https://forum.thaivisa.com/topic/1105675-another-future-forward-mp-comes-under-scrutiny/

imageproxy_php.thumb.jpg.3d5c7bb73319f6a4d238cff180d74a27.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×