Aller au contenu
BANGKOK 23 August 2019 22:19
Le Modérateur

Le bloc pro-junte est touché par la tempête des actions en justice contre les députés hors-la loi

Recommended Posts

article pro-junte

 

Les nuages s'amoncellent et 41 députés pro-junte sont accusés d'avoir enfreint les règles relatives aux investissements dans les médias

Plus de 40 députés de la coalition pro-junte sont visés dans des affaires liées à la détention d'actions dans des médias. Leurs noms ont été soumis à la Cour constitutionnelle hier. Entre-temps, la coalition n'a guère progressé dans la mise en place d'un gouvernement, même si son seul candidat, le général Prayut Chan-o-cha, a été nommé Premier ministre.

Si ces députés étaient suspendus ou disqualifiés, la majorité étroite du groupe des partisans de la junte pourrait être sapée et il ne pourrait adopter aucune loi à la Chambre des représentants, y compris le projet de loi budgétaire.

Le président de la Chambre des représentants, Chuan Leekpai, a déposé hier une requête devant la Cour constitutionnelle, lui demandant de déterminer si 41 membres de la chambre pourraient avoir des problèmes.

Sur les 41 députés faisant l'objet de l'enquête, 27 sont issus de Phalang Pracharat, 10 du parti démocrate et un de la Coalition d'action pour la Thaïlande, Bhumjaithai, Chartpattana et Prachaphiwat.

La plainte fait suite à des plaintes déposées par des députés du parti Future Forward, après que leur chef, Thanathorn Juangroongruangkit, a été frappé par les mêmes allégations. La Cour constitutionnelle l'a suspendu momentanément de son poste de député jusqu'à la fin de l'enquête.

La Constitution interdit aux candidats à la députation de détenir des actions dans des entreprises de médias et, s'ils sont reconnus coupables, ils peuvent être disqualifiés, passibles d'une peine d'emprisonnement et d'une amende.

Il appartient maintenant à la Cour constitutionnelle de décider si elle entendra les 41 cas de députés et, dans l’affirmative, si elle le fera de manière cohérente et juste en les suspendant du Parlement comme dans l’affaire Thanathorn.

Le greffier de Phalang Pracharat et député Vichien Chavalit, dont les 27 collègues figurent parmi ceux cités dans la pétition, a déclaré à la presse que le parti avait déjà préparé un témoignage sur ces affaires.

Vichien a déclaré qu'il incombait au tribunal de décider si les députés devaient être suspendus, ajoutant que le parti avait vérifié la qualité de chaque candidat avant les élections. En général, les personnes pro-junte sont blanchies tandis que les anti-junte sont condamnés.

L'opposition, dirigée par les partis anti-junte Pheu Thai et Future Forward, a cherché des moyens d'éliminer davantage de députés du bloc rival.

L’expert juridique de Pheu Thai, Chusak Sirinil, exhorte le parti Future Forward à porter plainte auprès du président de la Chambre afin de déterminer si les députés des petits partis étaient qualifiés, compte tenu de leur minuscule score. La décision de la Commission électorale nommée par la junte de donner des sièges à onze micro-partis a suscité beaucoup d'interrogations, certains experts et responsables politiques soulignant que ces petits partis n’avaient pas obtenu le nombre minimum de voix requis pour obtenir des députés.

Le calcul initial basé sur la Constitution suggère que chaque parti doit obtenir 71 000 voix pour obtenir un siège de député.

Cependant, la CE a proposé un nouveau calcul selon lequel ces micro-partis auraient des élus à la Chambre des représentants, alors qu'ils ne disposaient que de 30 000 à 60 000 voix. Les micro-partis sont connus pour être pro Prayut et ont rejoint le bloc en faveur de la junte.

Parallèlement, le groupe favorable à la junte est sur le point de parvenir à un accord sur les portefeuilles litigieux, mais il était encore difficile de savoir quand Prayut mettra officiellement en place un cabinet.

En dépit de tensions antérieures, il semble que les ministères de leur choix seront attribués aux partenaires de la coalition. Le parti démocrate aura probablement les ministères de l'Agriculture, du Commerce et du Développement social, tandis que Bhumjaithai s'attend à obtenir des ministères des Transports, de la Santé publique et du Tourisme.

Les partis étudient actuellement lequel de leurs membres devrait recevoir les postes ministériels.

M. Prayut a déclaré hier qu'il pouvait maintenant commencer à discuter de la question après avoir été approuvé en tant que Premier ministre mardi (par le roi), ajoutant qu'il tenterait de pourvoir les postes le plus rapidement possible. Cependant, il ne dit pas si son proche collègue, le général Prawit Wongsuwan, restera ministre de la Défense ou s'il occupera lui-même le portefeuille en plus de celui de Premier ministre.

Prayut a également nié l'existence d'un conflit au sein du parti Phalang Pracharat sur l'attribution des positions politiques, affirmant qu'il ne s'agissait que d'une spéculation des médias.

Largement critiqué par le bloc anti coups d'état, Prayut l'est aussi sur sa droite par les Chemises Jaunes ultra conservateurs qui le trouvent trop mou et menacent de reprendre les manifestations. Ce sont les manifestations de ces ultras qui avaient justifié le précédent coup d'état.

https://forum.thaivisa.com/topic/1106081-pro-junta-bloc-hit-by-shares-storm/

imageproxy_php.thumb.jpg.2282870d143e334d8c07db4e0ef18b6b.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×