Aller au contenu
BANGKOK 22 September 2019 08:31
Le Modérateur

Deux migrants birmans accusés de meurtre ont gagné leur appel et ont été libérés

Recommended Posts

 

YANGON — Deux migrants du Myanmar purgeant des peines de six et huit ans d'emprisonnement pour l'assassinat présumé d'une Thaïlandaise à Ranong, en Thaïlande, ont gagné leur appel mercredi devant un tribunal du sud de la Thaïlande.

Sein Kadone et Wai Lin - qui ont été condamnés respectivement à huit et six ans de prison - sont en prison depuis trois ans et huit mois. Ils ont finalement été libérés jeudi.

Le 28 octobre 2015, quatre citoyens du Myanmar - Sein Kadone, Wai Lin, Moe Zin Aung et Kyaw Soe Win - ont été arrêtés et inculpés de cinq chefs d'accusation pour le meurtre horrible d'Orawee Sampaotong, une jeune Thaïlandaise de 17 ans. La cour provinciale de Ranong a prononcé des verdicts de culpabilité en avril 2018.

Moe Zin Aung et Kyaw Soe Win, tous deux mineurs au moment du jugement, ont été condamnés respectivement à quatre ans et deux ans de la Cour pour mineurs de Ranong, mais ont été libérés l'année dernière.

Depuis leur arrestation, des observateurs et des membres de leur famille ont affirmé que les quatre migrants avaient été forcés d'avouer sous la torture lors de leur interrogatoire par la police thaïlandaise. Une pratique répandue lorsque les suspects sont étrangers.

Leurs familles ont déclaré que les garçons étaient sur des bateaux de pêche en mer la majorité de leur temps en Thaïlande, et seulement à terre cinq ou six jours par mois.

U Min Oo, un défenseur des droits des migrants, a déclaré à The Irrawaddy jeudi que les deux hommes sont actuellement sous la garde des agents d'immigration thaïlandais à Ranong, et qu'ils seront officiellement renvoyés au Myanmar.

«Dès que nous avons appris que l'appel avait été gagné, nous sommes allés rencontrer Wai Lin et Sein Kadone. Sein Kadone a hâte de rentrer chez lui à Myeik, dans le sud du Myanmar », a déclaré U Min Oo.

Il a ajouté que les autorités thaïlandaises n’avaient pas communiqué la décision du tribunal aux avocats de la défense, qui avaient appris la nouvelle des proches des deux hommes.

«Ils ont dit qu'ils ne s'y attendaient pas», a déclaré U Min Oo, parlant de Sein Kadone et de Wai Lin, mais ils ont également exprimé leur gratitude envers tous les groupes et individus qui les ont soutenus.

Daw Ni Tut, la mère de Sein Kadone, a déclaré que la libération de son fils était inattendue.

«Je l'ai rencontré ce matin et je suis heureuse », a-t-elle déclaré.

Bien qu'ils aient été libérés, ils doivent rester sous la garde des autorités de l'immigration tout au long du processus de retour officiel. Ils doivent espérer qu'un revirement de dernière minute des autorités thaïlandaises ne les renvoie pas en prison.

À Ranong, les autorités de l'immigration thaïlandaises renvoient des migrants du Myanmar détenus chaque mardi et jeudi.

Sein Kadone et Wai Lin seront de retour au Myanmar mardi prochain.

Ce genre d'affaire en évidence la manière dont les migrants du Myanmar sont devenus des boucs émissaires faciles pour les crimes violents en Thaïlande.

«Dans le cas du meurtre de Ranong, nous disposions de toutes les preuves permettant de prouver l'innocence des accusés. J'étais moi-même présent lors de la reconstitution du crime [au cours de l'enquête de police] et j'ai pu parler personnellement aux suspects, " a déclaré l'avocat birman.

2,2 millions de migrants du Myanmar sont officiellement enregistrés en Thaïlande, mais beaucoup franchissent chaque jour la frontière. Les ONG estiment que le nombre de migrants du Myanmar est supérieur aux chiffres officiels, de nombreux sans-papiers étant encore présents.

Selon U Min Oo, les migrants du Myanmar font souvent face à de fausses accusations ou deviennent suspects dans des enquêtes pénales auxquelles ils n'ont pas participé en Thaïlande, notamment des meurtres, des viols, des infractions liées à la drogue et d'autres crimes.

S'ils bénéficient d'une assistance juridique, a-t-il ajouté, ils pourraient ne pas devoir faire appel des condamnations injustifiées.

Cette affaire n'a rien à voir avec celle de Koh Tao où deux Birmans clamant leur innocence sont condamnés à mort pour le crime de deux touristes anglais en 2014.

https://forum.thaivisa.com/topic/1108762-myanmar-migrants-released-as-murder-convictions-overturned-in-thailand/

Un indice de l'innocence de ces jeunes est la légèreté de la peine infligée. Si les juges avaient les avaient considérés coupables du meurtre ils auraient été condamnés à mort, or ils n'avaient écopé, en premier instance, que de quelques années. Condamner des boucs émissaires birmans à des peines légères permet de clore l'affaire et de ne pas rechercher le coupable qui peut être un Thaïlandais influent.

 

1709057312_Screenshot2562-06-28at09_30_06.png.383136256dcc557cba252374e14a827d.png.09d744d75e0401af2c59bb133777f9b5.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×