Le Modérateur

Les insurgés du Grand Sud affirment négocier avec le gouvernement

1 message dans ce sujet

(Reuters) - Le principal groupe combattant insurgés dans le sud de la Thaïlande, à majorité musulmane, a déclaré avoir tenu sa première réunion avec des représentants du nouveau gouvernement thaïlandais et posé des conditions préalables à tout dialogue de paix formel.

L'insurrection dans la région de langue malaise de ce pays à prédominance bouddhiste a tué quelque 7 000 personnes au cours des 15 dernières années mais existe depuis des décennies.

Des responsables du Barisan Revolusi Nasional (BRN) -ne pas confondre avec Mara Patani qui parle avec le gouvernement mais qui serait moins représentatif- ont déclaré avoir rencontré vendredi une délégation thaïlandaise quelque part en Asie du Sud-Est et réclamé la libération de toutes les personnes détenues pour des liens présumés avec l'insurrection et une enquête transparente sur les violations commises par les forces de sécurité.

Cela pourrait être un pas en avant vers des pourparlers officiels, ont déclaré les responsables du BRN, tout en soulignant que le processus n'en est qu'à ses balbutiements.

"Si les pourparlers officiels de paix sont comparés à un festin, ces réunions secrètes sont comme une cérémonie consistant à amener la vache dans la cuisine, mais la vache n'est pas encore abattue", a déclaré Pak Fakir, 70 ans, membre de la direction de BRN, lors d'une interview.

"L’État thaïlandais est comme une anguille qui glisse entre les doigts", a-t-il déclaré.

Le général Udomchai Thamsarorat, responsable du dialogue de paix pour le gouvernement thaïlandais avec les groupes d'insurgés du Sud, a refusé de préciser si une réunion avait eu lieu.

Le BRN n’avait pas engagé de discussions officielles avec le gouvernement précédent, bien que des contacts aient eu lieu au moins deux fois avec l’ancienne junte militaire de Prayuth Chan-ocha, qui est resté au poste de Premier ministre après les élections.

 

GUERRE EN COURS

Les contacts passés avec le BRN n’ont jamais donné lieu à des pourparlers et la guérilla s’est poursuivie pour revendiquer l’indépendance des provinces de Yala, Pattani et Narathiwat, qui faisaient partie d’un sultanat indépendant malais avant l’annexion par le royaume de Siam en 1909.

Un certain nombre de factions du Sud moins militairement militantes ont eu des discussions avec le gouvernement.

"La cause fondamentale de notre problème est la colonisation, et cela n'a jamais été abordé dans les discussions précédentes", a déclaré Fakir.

Bien que le BRN ne confirme ni ne nie généralement pas la responsabilité d’attaques spécifiques, M. Fakir a déclaré que le groupe n’était pas à l’origine d’une série de petits attentats qui ont secoué Bangkok le 2 août.

Les bombes ont blessé quatre personnes et ont embarrassé le gouvernement lors d'un sommet régional sur la sécurité. Deux suspects du sud ont été arrêtés dans le cadre de ces attaques.

"Nous n'attaquerons pas au-delà des trois provinces du sud car nous ne voulons pas être perçus comme des terroristes", a déclaré Fakir. "Nous avons notre territoire. Pourquoi devrions-nous en sortir? ... Quelqu'un d'autre doit être derrière."

En dépit de l'arrestation de sudistes, le gouvernement a également laissé entendre qu'il pourrait s'agir de ses opposants politiques derrière les attentats - bien que les partis politiques l'aient condamné et qu'aucun groupe n'en ait revendiqué la responsabilité.

La tension monte dans le sud à la suite d'allégations selon lesquelles un habitant de la région, Abdullah Isamusa, âgé de 32 ans, aurait été battu si violemment au cours d'un interrogatoire le mois dernier qu'il est tombé dans le coma. L'armée a déclaré qu'il n'y avait aucune preuve de torture.

Mara Patani, un groupe de coordination représentant des factions qui, contrairement à la BRN, ont officiellement entamé des discussions avec l'armée thaïlandaise, a appelé à une intervention internationale après l'affaire Abdullah - une demande rejetée par l'armée thaïlandaise.

https://forum.thaivisa.com/topic/1118322-exclusive-muslim-insurgent-group-says-it-met-with-thai-government/

download.jpg.a76665aa8016884c9f43cdd22f1266ec.jpg.b93e4822db9a393912be1ec9642b1adc.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 14 décembre 2019 19:33
Sponsors