Aller au contenu
BANGKOK 16 November 2019 01:04
Le Modérateur

Le chef de l'armée, le général Apirat, met en garde la Thaïlande contre une "guerre hybride"

Recommended Posts

agene nationale de presse PBS

 

Le général Apirat Kongsompong, commandant en chef de l'armée, a averti ce matin que la Thaïlande était confrontée à ce qu'il a décrit comme une "guerre hybride" menée par un groupe de "politiciens mal intentionnés", restes d'idéologues communistes et de "forces étrangères" contre le pays.  Il a fait référence au passé anti-communiste de son père comme si la menace communiste était la même au 21e et au 20e siècle.

Le général Apirat a évoqué la récente visite à Hong Kong d'un dirigeant de l'opposition thaïlandaise au cours de laquelle il a rencontré le militant pro-démocratique Joshua Wong, illustrant comment les forces antigouvernementales tentent de solliciter une ingérence étrangère dans les affaires intérieures thaïlandaises.

Il ne mentionna pas de noms, mais montra une photo de Wong prise avec la silhouette de quelqu'un qui était supposé être Thanathorn Jungroongruangkit, le chef du Future Forward Party. Thanathorn a admis qu'il était récemment à Hong Kong pour une discussion et qu'une photo qu'il a prise avec Wong est devenue virale. Il a également admis avoir été inspiré par la lutte pour la démocratie à Hong Kong.

L'Ambassade de Chiné à Bangkok a violemment régi contre cette rencontre Thanatorn - Wong. 

Lire cet article de Reuters à ce sujet

https://news-24.fr/la-chine-denonce-les-hommes-politiques-thailandais-pour-avoir-manifeste-leur-soutien-aux-activistes-de-hong-kong/

Cependant, Joshua Wong ne peut en aucun cas être tenu pour communiste puisqu'il combat justement le Parti Communiste Chinois allié du gouvernement thaïlandais.

 

Le général Apirat a prononcé ce discours lors d'une conférence convoquée spécialement au quartier général de l'armée au cours de laquelle il a exposé ce qu'il a prétendu être une conspiration entre plusieurs groupes de personnes déterminés à «détruire le pays et ses principales institutions».

Il a ajouté que de mauvaises personnes ciblaient les jeunes et tentaient de les endoctriner avec des "idées destructrices". Pour mémoire, Thanathorn est extrêmement populaire dans la jeunesse thaïlandaise.

«Joshua Wong s'est rendu en Thaïlande, puis cet homme d'affaires thaïlandais (sous entendu Thanathorn) devenu politicien s'est rendu à Hong Kong. Étaient-ils en train de préparer quelque chose? Je me demande si ces jeunes (thaïlandais) sortiraient dans la rue s'ils étaient convoqués (par Thanatorn) un jour », a-t-il déclaré, visiblement inquiet d'une influence des pro-démocratie de Hong Kong en Thaïlande.

Le général Apirat, loyaliste et royaliste convaincu et partisan clé du gouvernement Prayut, s'est également adressé aux hommes politiques et aux universitaires qui, a-t-il dit, tentent d'utiliser la situation dans le sud de la Thaïlande à des fins politiques.

Toujours sans mentionner de noms, il a pointé le Dr Chalita Bundhuwong de l'Université Kasetsart, qui avait proposé lors d'une récente table ronde à Pattani de modifier l'article 1 de la Constitution qui garantit la Thaïlande en tant qu'État unique et indivisible. Le Dr Chalita souhaitait une plus grande autonomie du Sud.

Le général Apirat a déclaré que la proposition avait un motif caché qui menacerait la sécurité du pays. "Modifier l'article 1 de la Constitution ouvrirait la voie à des amendements à d'autres articles concernant la monarchie", a-t-il déclaré sans donner plus de détails, mais s'est engagé à bloquer toute tentative de modification de l'article en question.

Le chef de l'armée a également rappelé la présence d'un groupe de diplomates occidentaux au poste de police de Pathumwan en avril lorsque Thanathorn a été convoqué en raison d'une accusation de sédition contre lui. Apirat pense que cela fait partie d'un complot plus vaste visant à internationaliser le problème.

"Tous ces incidents ne sont pas une coïncidence", a déclaré le chef des armées, évoquant plus particulièrement la rencontre de Thanathorn avec Wong, le soutien manifesté par les diplomates occidentaux au dirigeant de Future Forward, le débat controversé à Pattani et la mobilisation fréquente de rassemblements anti-militaires. «Ils sont orchestrés», a-t-il déclaré.

Le général Apirat a également accusé certains universitaires «formés à l'étranger» avec des opinions de gauche d'être des «cerveaux» derrière de nombreuses activités antigouvernementales et anti-militaires.

Il a ajouté qu'ils travaillaient en étroite collaboration avec des hommes politiques ayant des intentions malveillantes envers les grandes institutions du pays, des éléments étrangers et des hommes d'affaires "nés avec des cuillères en argent dans la bouche" pour mener une "guerre hybride" contre le pays.

Le général Apirat a déclaré que la «guerre hybride» est une forme moderne de guerre qui utilise des outils conçus pour déstabiliser et provoquer des changements dans une société. Ils comprennent l'incitation aux troubles, la propagande sur Internet, les ingérences étrangères, les cyber-attaques, les pressions économiques et le discrédit des pouvoirs exécutifs et judiciaires.

"Leur but ultime est de gagner des élections, de prendre le pouvoir et de changer la Constitution", a-t-il déclaré.

 

La conférence du général Apirat s’intitulait «Notre pays d’un point de vue sécuritaire» et donnait parfois l’apparence d'un show où le chef de l’armée ponctuait certains de ses propos avec des diapositives spécialement conçues avec des effets de musique martiale.

Quand on lui a demandé si un dialogue avec ces groupes de personnes était possible, le général Apirat a répondu: «Je ne le pense pas. Ils sont déterminés à faire avancer leur programme indépendamment de ce que nous disons. "

 

 

Cette conférence arrive après certains évènement symboliques.

La plaque qui commémorait la constitution de 1932 mettant fin à la monarchie absolue a disparu, place de la démocratie. Personne ne la cherche.

Un monument entier commémorant la résistance de la jeune démocratie thaïlandaise contre une tentative de coup d'état de généraux qui voulaient renverser la démocratie en 1933 a disparu. Personne ne le cherche.

Hier, Prayut et Apirat ont rendu hommage à ces généraux qui avaient tenté de renverser la démocratie en octobre 1933.
http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/10/09/royalist-coup-leaders-honored-at-army-hall-of-fame/

Le monument de la démocratie a été engazonné ces jours derniers ce qui rend difficile tout rassemblement.

https://forum.thaivisa.com/topic/1128097-army-chief-gen-apirat-warns-thailand-is-facing-“hybrid-warfare”/

imageproxy_php.thumb.jpg.2cd7478b076c8bed43082965c4732fa2.jpg

 

 

EGkQhiuVAAElsfm.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×