Le Modérateur

Les coûts de production élevés restent un obstacle à l'utilisation des sacs plastiques biodégradables

1 message dans ce sujet

Les coûts de production élevés restent un obstacle à l'utilisation des sacs plastiques biodégradables

À compter du 1er janvier, 43 chaines de commerçants (hyper ou de proximité) en Thaïlande cesseront d'utiliser des sacs en plastique à usage unique, en réponse à la politique du gouvernement qui veut les éliminer complètement.

Un obstacle majeur à la suppression de ces déchets est le coût de production de sacs "non plastiques mais solubles ou dégradables" qui est actuellement environ 2 à 3 fois plus élevé que celui des sacs plastiques à usage unique.

L'Agence nationale de développement scientifique a mis au point des sacs non plastiques solubles, fabriqués à partir de farine de tapioca, qui sont élastiques, solides et se dissolvent facilement dans l'eau ou dans le sol en seulement 3-4 mois.

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'est coordonné avec le secteur privé thaïlandais pour produire des sacs non plastiques solubles à partir de farine de tapioca dans le cadre du concept zéro déchet.

Environ 20 000 prototypes de sacs solubles ont été produits par la Thai Bio-plastic Industrial Association pour être testés lors du salon de la Croix-Rouge thaïlandaise à Bangkok le mois dernier.

Les producteurs de sacs en plastique craignent toutefois que leurs entreprises soient durement touchées si le gouvernement va de l'avant en interdisant l'utilisation des sacs en plastique l'année prochaine, sans leur donner suffisamment de temps pour procéder aux ajustements comme gérer l'avenir de leurs machines et des stocks de plastiques restants.

L'Association thaïlandaise de l'industrie du plastique a récemment soumis une lettre ouverte au gouvernement, exprimant son soutien à l'utilisation de sacs non plastiques solubles pour protéger l'environnement, mais souhaitant que le gouvernement les aide à résoudre leurs problèmes, au cas où ils doivent arrêter de produire des sacs en plastique. Le gouvernement pourrait notamment acheter leurs stocks restants et indemniser les travailleurs licenciés par la fermeture de leurs usines.

M. Khem Wanglee, directeur général de la première entreprise à produire du bio-plastique à partir de farine de tapioca, a admis que le coût de production prohibitif reste le principal obstacle à la production à grande échelle.

Il a suggéré des allégements fiscaux pour les producteurs et les entreprises privées qui utilisent les sacs dégradables.

Même si les sacs "sains" coutent 3 fois plus cher que les sacs à usage unique, le prix reste compétitif car bien souvent, les commerçants donnent trois fois trop de sacs plastique, il suffit de diviser la consommation de sacs par trois pour obtenir un coût équivalent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 03 février 2023 23:30
Sponsors