Le Modérateur

L'ex-chef du Bureau du bouddhisme condamné à 20 ans de prison pour corruption

1 message dans ce sujet

suite de cette affaire, 5 article en archive

https://fr.thaivisa.com/forum/search/?q=Sornsilp

 

L'ancien directeur de l'Office national du bouddhisme (N.O.B.), Panom Sornsilp, a été condamné à 20 ans de prison vendredi, après avoir été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de corruption en lien avec les fonds destinés à la rénovation des temples.

M. Wasawat Kittithirasith, ancien directeur du Bureau de la rénovation des temples, a également été condamné à 20 ans, pour des charges similaires.

Deux autres personnes, M. Jesada Wongmek et M. Charin Mingkwan, qui ont servi d'intermédiaire dans l'approche des temples et leur ont proposé de les aider à obtenir un financement du Bureau du bouddhisme pour la rénovation des temples en échange d'une importante commission - dessous de table, ont été condamnées respectivement à six ans et huit mois et à un an et huit mois.

Le tribunal a également ordonné à M. Panom, à M. Wasawat et à M. Jesada de restituer au N.O.B. 12 millions de bahts des gains mal acquis.

Le scandale des fonds du temple remonte à 2017, lorsque l'abbé de Wat Takaela, dans la province de Phetchaburi, a déposé une plainte auprès de la police anti-corruption, demandant une enquête, après que son temple se soit vu attribuer 10 millions de bahts par le N.O.B. pour sa rénovation. Simultanément à l'octroi de cette subvention, "on" a dit à ce chef bonze de rendre la majeure partie de l'argent aux fonctionnaires qui ont aidé à obtenir le financement.

L'arnaque fonctionnait depuis des années grâce à des intermédiaires non officiels, ayant des liens avec le N.O.B. . Ils expliquaient aux abbés qu’ils pourraient obtenir le financement des rénovations, mais seulement à la condition de restituer 75% de l’argent aux fonctionnaires. Les bonzes pouvaient 25 % -ou moins- pour la rénovation.

Plusieurs abbés de temple ont été impliqués dans l'arnaque et ont empoché les fonds sans rien dépenser pour la rénovation des temples.

On comprend que tous les abbés, sauf un, acceptaient le système de corruption. Malheureusement pour les fonctionnaires et les abbés, un chef bonze a refusé de se laisser corrompre.

L'enquête a été entachée de différents scandales. Ainsi le fonctionnaire le plus obstiné luttant contre la corruption dans les temples a été mis à l'écart par un vice-premier ministre avant de retrouver son poste grâce au premier ministre.

Plus embêtant, le numéro deux du bureau où régnait cette corruption,  Phanom Sornsilp, a eu le temps de fuir à l'étranger.

L'un des chefs-bonze incriminés a été condamné à 26 ans de prison, en avril 2019.

On ne sait pas si cet abbé et les personnes condamnées hier sont en liberté sous caution en attendant l'appel ou en prison.

 

2054757712_.jpg.fe5c2624a43c8a79df890caa933e4e39.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 07 juillet 2020 17:13
Sponsors