Le Modérateur

Un Anglais retenu dans le pays pour avoir tué accidentellement un Thaïlandais lance une levée de fonds

1 message dans ce sujet

Un plâtrier du Shropshire qui a percuté un homme de 77 ans et l'a tué alors qu'il conduisait sa moto en Thaïlande demande de l'aide pour payer ses frais juridiques afin qu'il puisse rentrer chez lui.

Clive Everall, 54 ans, de Shrewsbury, enseignait l'anglais dans une école du pays.

Il a déclaré que les autorités thaïlandaises avaient reconnu qu'il n'était pas responsable de l'accident, mais lorsqu’il a tenté de retourner au Royaume-Uni, il a été arrêté et a depuis été "invité" à verser une indemnité à la famille de l’homme.

M. Everall faisait du bénévolat dans le pays depuis quatre mois lorsqu'il a percuté l'homme de 77 ans le 29 janvier.

Il enseignait l'anglais au lycée d'Uttaradit le matin du drame et dit qu'il était parfaitement sobre. Il conduisait en toute sécurité mais «n'a pas pu éviter» l'homme.

La police lui a dit qu'il n'était pas en faute.

Il a déclaré: "La police a dit:" Ne vous inquiétez pas, c'était un accident ", et j'étais soutenu par l'agence pour laquelle je travaillais.

«J'ai assisté aux funérailles, j'ai tenu la main de l'homme dans son cercueil et j'ai étreint toute sa famille et je suis allé à la crémation.

«J'ai fait tout ce que je pouvais pour être respectueux.

«Puis lundi dernier, j'ai reçu un message me demandant d'aller au poste de police.»

Au poste, on lui a dit qu'il devrait verser une indemnité à la famille, bien qu'aucune accusation n'ait été portée.

M. Everall a déclaré à la police qu'il n'avait que 20 000 bahts mais les proches du défunt voulaient 10 fois ce montant.

«La police m'a dit de rentrer chez moi pour collecter des fonds, revenir et renégocier avec la famille», a déclaré M. Everall. «J'ai signé un papier puis on m'a dit que j'étais libre de partir.»

Il s'est rendu à l'aéroport de Chiang Mai pour embarquer sur un vol retour vers le Royaume-Uni, ne sachant pas qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui.

Il a été arrêté par des agents de l'immigration et ramené à Uttaradit.

M. Everall a dit qu'il ne savait pas ce qui se passait. Il a déclaré: «Le lendemain, je suis allé au commissariat avec un avocat thaïlandais et un interprète qui n'était pas très bon. J'ai refusé de signer tous les papiers de la police car tout était en thaï.

«Je suis allé au palais de justice et le juge a dit qu'on me mettrait un bracelet électronique à la cheville.»

M. Everall ne sait pas ce qui se passera lors de sa prochaine comparution devant le tribunal, mais craint qu'il ne soit emprisonné s'il ne peut pas trouver l'argent.

Il plaide maintenant auprès des autorités thaïlandaises pour qu'il soit autorisé à rentrer chez lui, où il pourra travailler pour payer la somme réclamée.

«Je veux juste rentrer à la maison», a-t-il dit.

«Je veux négocier un plan de paiement avec la famille et d'être autorisé à quitter le pays. J'ai du travail à mon retour. Je veux faire ce qui est bien mais je ne peux rien faire pour eux si je suis enfermé.

«J'essaie de rester fort et de garder la tête haute. Je suis un homme attentionné et j'étais venu ici pour faire quelque chose de bien. »

M. Everall a lancé une levée de fonds (lien en suivant les liens) et a jusqu'à présent récupéré 1 800 £ pour l'indemnisation et ses frais juridiques.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth a déclaré: «Nous fournissons une assistance consulaire à un Britannique arrêté en Thaïlande et restons en contact avec sa famille."

https://forum.thaivisa.com/topic/1148252-british-man-launches-go-fund-me-page-to-help-with-legal-bills-after-fatal-traffic-accident-in-thailand/

Brit.jpg.250d1c2a346c2bb5eaf0e13789804a4a.jpg.cbd825948e34e8f8b0fed2431b51a736.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 17 février 2020 16:51
Sponsors