Le Modérateur

L'air de Chiang Mai atteint des niveaux de pollution 12 fois plus dangereux que les normes de sécurité

1 message dans ce sujet

 

Le précédent article concernant la catastrophe écologique et sanitaire de Chiang Mai remonte à 15 jours, cela ne signifie pas qu'on a pu observer une pose pendant 15 jours. Bien au contraire.

Chiang Mai qui s'enorgueillit d'être une cité touristique est la ville la plus polluée du monde depuis des mois maintenant sans que l'action des autorités n'ait la moindre influence.

On ne sait pas si, après la crise du Covid-19, les touristes étrangers choisiront une destination connue pour son air notoirement malsain.

 

Comme si la ville du nord n'avait pas assez de soucis avec le coronavirus et les températures épouvantablement élevées, les résidents doivent toujours faire face à la fumée étouffante et au smog provenant, principalement, des feux de forêt délibérément allumés dans la région.

Les niveaux de PM2,5 dans certaines zones ont grimpé jusqu'à 592 microgrammes par mètre cube hier, soit près de 12 fois le niveau «sûr» et légal(50).

Le vice-gouverneur de la province de Chiang Mai, Komsan Suwan-ampa, a déclaré que bien que les incendies de forêt soient un problème chronique depuis plus d'une décennie, la situation de cette année était dramatique car des incendies avaient éclaté dans des zones inaccessibles aux pompiers et aux bénévoles.

Un incendie a éclaté hier dans le parc national de Doi Suthep-Pui, au nord-ouest de la ville, qui a dû être arrosé par des hélicoptères. Le centre de contrôle des incendies a signalé que 218 départs de feux dans 18 districts de Chiang Mai ont été détectés par l'Agence des technologies spatiales.

Les incendies sont concentrés dans le nord-ouest de la Thaïlande et, avec le vent soufflant dans la mauvaise direction, peuvent déterminer si Chiang Mai vivra une mauvaise ou une très mauvaise journée. Il existe également de nombreux incendies de l'autre côté de la frontière, dans une région troublée du Myanmar où des milliers de laboratoires de méthamphétamine opèrent, cachés sous un épais couvert forestier.

Cependant, ce serait de la mauvaise foi d'accuser des étrangers pour le désastre écologique du Nord de la Thaïlande.

Le directeur général du Département de la lutte contre la pollution, Pralong Dumrongthai, a déclaré que les départs d'incendie dans les forêts du Nord continuent d'augmenter et sont de nature criminelle, liés à l’écobuage pratiqué par les paysans.

«Les particules PM2,5 et PM10 continueront de polluer l'air. Six stations de contrôle de la pollution ont détecté des niveaux extrêmement dangereux dans leurs régions. »

Les autorités offrent une prime de 5 000 bahts et imposent des peines de 1 à 30 ans de prison et des amendes de 10 000 à 3 millions de bahts pour les délits. Mais la police n'annonce jamais aucune arrestation ce qui tend à prouver qu'il n'y en a pas puisque pour les autres délits (vols, drogues, overstay), elle organise des conférences de presse.

 

ce matin

1740831258_2020-03-2610_14_56.thumb.jpg.1e1248c3612ad254e13cf3bfb2db4ebc.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 06 avril 2020 13:23
Sponsors