Aller au contenu
BANGKOK 18 November 2019 13:09
Le Modérateur

Cambodge: un prétendu scandale sexuel prend l’ampleur d’une affaire politique

Recommended Posts

 

Par RFI 
mediaKem Sokha, le numéro 2 de l'opposition au Cambodge. TANG CHHIN SOTHY / AFP

Au Cambodge, plusieurs ONG de défense des droits de l'homme sont dans le collimateur de l'unité anti-corruption du gouvernement. Elles sont accusées d'avoir incité une jeune femme à nier être la maîtresse du numéro 2 de l'opposition. Le « scandale sexuel », comme l'appelle la presse locale, prend depuis deux mois l'ampleur d'une affaire politique. La mise en garde à vue jeudi soir de cinq hommes, dont quatre cadres d'une organisation locale de défense des droits l'homme, sonne comme une intimidation de la part du gouvernement.

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Anne-Laure Porée

Les photos des représentants des droits de l'homme mis en garde à vue par l'unité anti-corruption du gouvernement font la Une des journaux. Ils sont accusés d'avoir incité Srey Mom, une coiffeuse de 25 ans, à nier, pendant plusieurs semaines, sa liaison avec Kem Sokha, le numéro 2 de l'opposition.

L'affaire remonte à début mars, lorsque des conversations téléphoniques ont été divulguées sur le compte Facebook piraté de la jeune femme. Dans ces échanges, Kem Sokha aurait promis à Srey Mom de l'argent et une maison. Très vite, l'unité anti-corruption et même l'unité anti-terrorisme s'emparent de cette discussion privée pour en faire une affaire politique.

L'unité anti-corruption lance une enquête et assure avoir authentifié les voix, mais elle n'explique pas comment. Elle n'étaye pas les preuves de corruption, mais déclare que les écoutes sont légales. Les organisations des droits de l'homme dénoncent des inculpations vagues, une logique opportuniste plutôt que légale et une stratégie grossière. Mais l'action leur fait l'effet d'un glaçon.

 

Au Cambodge, cette affaire est interprétée comme une nouvelle vague d'intimidation du pouvoir pour affaiblir l'opposition à un an des élections communales et pour mettre au pas la société civile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×