Quatre des jeunes qui ont tué un handicapé à coups de couteaux sont des fils de flics. Voir article d'hier. D'autres détails sordides font surface comme cette jeune femme, petite amie de l'un des criminel qui hurlait dans la rue "Tuez-le, tuez-le" en parlant du handicapé et comme la pauvre défense des accusés qui ne peuvent dire que "on était ivre", comme si c'était une excuse. Malgré tout, le chef de la police de la ville, Lt.Gen. Sanit Mahatavorn a déclaré que bien que 4 des acc