Le Modérateur

Pas de pitié ! Huit trafiquants de drogue condamnés à mort malgré leurs aveux

1 message dans ce sujet

Le tribunal de Chiang Mai a ordonné la peine de mort pour les huit suspects dans une affaire où près de 500 kilos de crystal meth ont été saisis en novembre de l'année dernière.

 

Le tribunal a décidé que le crime était si grave et que son impact sur le pays était si important que, malgré le "plaider coupable", aucune pitié n'avait lieu d'être.

Un aveu de culpabilité et une aide dans une enquête permettent généralement à une condamnation à mort d'être commuée en une peine de perpétuité, note Thaivisa.

Donnant des détails sur l'affaire, le général Pol Phichet Jiranantasin, chef de la police de Chiang Mai, a déclaré que le 3 novembre, les deux premiers suspects, Yothin et Phan, avaient été arrêtés dans une Toyota Altis à un barrage de police à Sop Prap, Lampang.

Ils étaient estafette ou véhicule de tête. Leur rôle était de prévenir les véhicules principaux en cas de soucis.

Derrière eux se trouvaient quatre autres suspects appelés Wirot, Thanawat, Thanadol et Ithiphon qui transportaient la drogue. Ils étaient dans une Fortuner et une MG.

Ils ont fui les lieux, mais ont été arrêtés le matin du 4 novembre, cachés dans un "hôtel à rideau" (établissement utilisé pour des relations sexuelles de courte durée) à Mae Rim, Chiang Mai.

L'enquête a été élargie et a abouti à l'arrestation d'un homme appelé Em et d'une femme appelée Natjitra qui était propriétaire de la drogue.

La police a récupéré 495 kilos de "ice" ou de méthamphétamine en cristal qui étaient à destination de Bangkok.

Thanadol a nié les accusations de possession de méthamphétamine dans l'intention de vendre, mais lui et tous les autres suspects ont été reconnus coupables de cette accusation.

Le tribunal a décidé que la clémence n'était pas justifiée même si sept des accusés ont admis leur culpabilité.

La Thaïlande aurait plus de 500 prisonniers dans les couloirs de la mort ou quartier des condamnés à mort, note Thaivisa.

La dernière exécution capitale e eu lieu en juin 2018, lorsqu'un meurtrier condamné a reçu une injection létale. Auparavant, cela faisait neuf ans que la peine de mort n'avait pas été appliquée.

L'exécution par un peloton d'exécution - qui a vu plus de 300 morts depuis 1935 - a été interrompue en 2003.

Trente-cinq crimes peuvent justifier la peine de mort.

Plus tôt cette semaine, le voleur à main armée Prasitthichai - un ancien directeur d'école - a été condamné à mort après avoir tué trois personnes, dont un enfant de 2 ans, lors du braquage de la boutique Aurora à Lopburi en février.

Thaivisa en français rappelle qu'une importante amnistie a été décrétée il y a 2 semaines à l'occasion de l'anniversaire de la reine mère.

Ainsi, les deux Birmans accusés (injustement, prétendent certains) du double meurtre de touristes Britanniques à Koh Tao ont vu leur condamnation à mort commuée en perpétuité.

On peut penser que les couloirs de la mort se sont largement vidés, et qu'ils se remplissent à nouveau à grande vitesse. Surtout si les trafiquants de drogue de cet acabit -la police en arrête presque tous les jours- sont condamnés à mort.

https://forum.thaivisa.com/topic/1180003-no-mercy-death-sentence-handed-down-to-eight-thais-despite-admissions-of-guilt/

383808163_aHR0cHM6Ly9zLmlzYW5vb2suY29tL25zLzAvdWQvMTY0OC84MjQxMTI2L2ljZS5qcGc.jpg.7dda0133e9832140dee15679b42c1cf6.jpg.f02183c8c0f32dc6fcd30bd4f2a4f07d.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 16 mai 2021 19:42
Sponsors