Aller au contenu
BANGKOK 12 November 2019 08:16
Le Modérateur

Chasse aux trésor en Birmanie : rubis et saphirs de Mogok.

Recommended Posts

DavidNataf

 

Les rebelles du TNLA n’hésitent plus à tirer sur les convois en direction de Mogok : résiliants malgré l’arrivée au pouvoir de la ligue démocratique d’Aug San Suu Kyi, ils veulent à toute force devenir majoritaire dans l’état Chan aux dépends des 100 autres ethnies dont les chrétiens Lisu et Karen, les Kuki…

Le nouveau gouvernement, quant à lui, semble toujours rechercher la ligne politique de moindre résistance face au géant chinois entre protectionnisme nécessaire, nationalisme impossible et libre-échange impensable.

Les ambitions nucléaires de la junte n’ont pas décrues et la découverte d’uranium, à Mogok au coeur du paradis minéral de la vallée des rubis, renforce la détermination de la junte de se doter de l’énergie nucléaire certainement et de l’arme nucléaire très probablement.

Des lois nouvelles se fondent sur la protection de l’environnement pour chasser les mineurs de Mogoks et les contraindre à s’établir en dehors de la ville mais réservent aux seuls citoyens birmans le bénéfice des concessions minières afin d’en écarter les chinois. L’on ne saurait être plus vertueux en bonnes intentions. En effet, car la pollution des nappes phréatiques causée par certaines exploitations minières privent effectivement les villageois d’un accès permanent à l’eau potable ; mais depuis 2000 ans d’excavations de rubis « Sang de Pigeon », de saphirs « bleu royal » de Mogok, quel gouvernement s’est-il jamais soucié d’étancher la soif des birmans ?

Rien de nouveau sous le soleil démocratique de Mogok.

Les villageois frappent toujours le même marbre déposé par les mines pour en extraire des rubis.

Les courtières en pierres précieuses, le plus souvent népalaises, s’y fournissent à bon compte et s’appliquent un généreux coefficient de 10 au prix d’achat.

Mogok.

Les mines licites du gouvernement voisinent les filons alluviaux et privés ; on creuse même sous les maison, dans les jardins, partout où Napidaw n’ira prélever sa dîme.

 

suit de ce passionnant article ici

http://citizenkane.fr/2016/05/chasse-aux-tresor-en-birmanie-rubis-et-saphirs-de-mogok/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×