Le Modérateur

Les travailleurs du sexe demandent la dépénalisation de la prostitution

1 message dans ce sujet

 

BANGKOK (Fondation Thomson Reuters) - Les travailleurs du sexe en Thaïlande ont lancé une pétition demandant la dépénalisation de la prostitution et exhortant les autorités à supprimer toutes les sanctions liées aux services sexuels. Ces sanctions peuvent être des amendes officielles ou officieuses.

La Fondation Empower, un groupe basé à Chiang Mai qui soutient les travailleurs du sexe, a déclaré qu'elle espérait recueillir 10 000 signatures, présenter la pétition au Parlement et persuader les législateurs de modifier la loi sur la prostitution du pays.

"La loi punit les travailleurs du sexe - dont 80% sont mères et le principal soutien de toute la famille", a déclaré Mai Junta, une représentante d'Empower.

"La loi nous transforme en criminels", a-t-elle déclaré à la Fondation Thomson Reuters mardi.

Plus de 1 000 personnes ont signé la pétition depuis son lancement samedi.

La Thaïlande est à prédominance bouddhiste et profondément conservatrice, mais elle abrite une importante industrie du sexe, qui s'adresse principalement aux hommes thaïlandais.

Les autorités accommodent de cette situation et, malgré quelques promesses, ne cherchent pas à mettre fin au commerce du sexe.

Des hordes de touristes affluent également vers les lumières des bars à go-go et des salons de massage de la capitale thaïlandaise, Bangkok, et des principales villes touristiques du pays.

Les femmes et les militants des droits des LGBT+ affirment que la loi actuelle, qui a rendu la prostitution illégale en 1960, ne protège guère les travailleurs du sexe, tandis que les arrestations et les amendes répétées les condamnent à la pauvreté.

Un rapport de 2014 de l'agence des Nations unies pour la lutte contre le sida estime qu'il y avait 123 530 travailleurs du sexe en Thaïlande, mais les groupes de défense des droits estiment que ce chiffre est plus de deux fois plus élevé et qu'il inclut des dizaines de milliers de migrants des pays voisins (Myanmar, Laos, Cambodge et Vietnam).

La prostitution est actuellement punie d'une amende pouvant atteindre 40 000 bahts (1 080 euros) ou de deux ans de prison, ou des deux, tandis que les personnes qui paient pour des rapports sexuels avec des mineurs peuvent être emprisonnées pour une durée maximale de six ans.

Selon la police royale thaïlandaise, plus de 24 000 personnes ont été arrêtées, poursuivies et condamnées à des amendes pour des délits liés au travail sexuel en Thaïlande l'année dernière.

Le ministère du développement social n'a pas été en mesure de faire un commentaire.

Surang Janyam, directeur du Service Workers in Group, une organisation de soutien aux travailleurs du sexe basée en Thaïlande, a déclaré que la loi sur la prostitution devrait être abrogée pour permettre aux travailleurs du sexe d'être protégés par les lois du travail.

"L'industrie du sexe génère des revenus massifs (pour le pays), mais il n'y a pas de mécanisme pour protéger (les travailleurs du sexe)", a déclaré Surang. 

 

- -    - -    REUTERS

 

RTX32QVE_Layout_-_Comp.jpg.8410b588cc41dbe8e5c89805f22987b4.jpg.1598586bfde80556b4fe51c3aa5fe3bc.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 26 octobre 2020 08:58
Sponsors