Le Modérateur

Démissionner mardi permettrait à Prayut d'éviter une condamnation par le tribunal mercredi

1 message dans ce sujet

Se retirer avant le verdict du tribunal du 2 décembre pourrait être la sortie la plus gracieuse pour Prayut, estime le parti d’opposition Pheu Thai

L’opposition appelle la population à suivre de près le verdict de la Cour constitutionnelle mercredi concernant une affaire contre le Premier ministre Prayut Chan-o-cha, qui a été accusé d’avoir enfreint la loi en continuant à vivre dans les quartiers de l’armée après sa retraite.

Plus tôt cette année, l'ancien chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, avait ordonné aux officiers retraités de quitter leurs quartiers fournis par l'État gratuitement, avant la fin du mois de février afin de laisser ces maisons aux officiers d'active.

Cependant, il a exempté Prayut et le Vice-Premier Ministre Prawit Wongsuwan, tous deux généraux de l’armée à la retraite, en raison de leur «contribution significative au bien-être du pays».

Par ailleurs, loger dans une maison sise dans un quartier militaire permettait une plus grande sécurité à moindre coût.

«Cette affaire est de la plus haute importance car la Cour est une organisation indépendante représentant du peuple créée en vertu de la Constitution de 1997», a déclaré Arunee Kasayanont, porte-parole de l’opposition Pheu Thai Party.

La constitution de 1997 est appelée "constitution du peuple" car c'est la seule qui puisse être considérée comme réellement démocratique.

«Le verdict montrera à quel point le tribunal est indépendant et impartial.

«Cependant, si Prayut décide de démissionner avant le 2 décembre comme l'exigent les manifestants pro-démocratie, alors ce serait la sortie la plus gracieuse pour lui», a-t-elle déclaré.

«Prayut est la source de tous les problèmes actuels du pays. Son échec, avant Covid, a conduit à la récession économique, qui a laissé des millions de Thaïlandais au chômage et dans la pauvreté, tandis que son gouvernement demande toujours plus de prêts et n'octroie que des allocations symboliques -aux pauvres- ce qui ne permet même pas de vivre décemment.

«L'histoire nous dit que la seule chose dans laquelle Prayut est bon, c'est d'utiliser des représentants du gouvernement tels que des soldats, des policiers et des fonctionnaires comme barrière pour se protéger», a-t-elle ajouté. «Cela a amené les gens à perdre confiance dans la justice et les systèmes gouvernementaux, en raison de l'avidité d'une personne pour le pouvoir.»

Pheu Thai part du principe qu'une condamnation de Prayut qui l'obligerait à quitter son poste le 2 décembre serait humiliante. On peut aussi considérer qu'une telle condamnation (que tout le monde considérerait comme ridiculement trop sévère) serait une sorte d'exfiltration qui lui éviterait une autre humiliation : celle d'un coup d'état fomenté par des généraux "ultra" ou une démission "forcée".

Les tribunaux peuvent se montrer extrêmement indulgents ou incroyablement sévères quand il s'agit de juger un premier ministre. On ne souvient qu'en 2008 Samak Sundaravej avait perdu son poste de premier ministre car il avait reçu 2000 bahts d'une chaîne de télévision en guise de remboursement pour des achats de denrées utilisées lors d'une émission culinaire.

Cette condamnation ridiculement trop sévère a permis à ses adversaires de démettre Samak "légalement". Il était du parti qui s'appelle maintenant Pheu Thai, celui  qui demande que soit appliqué à Prayut le même traitement.

https://forum.thaivisa.com/topic/1194593-stepping-down-before-dec-2-court-verdict-may-be-the-most-graceful-exit-for-prayut-reckons-pheu-thai/

800_b411be4ff21dcc9.jpg.1bc9a6534a357375ad25405c6b82e9ea.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 26 janvier 2021 06:48
Sponsors