Le Modérateur

Une ONG thaïlandaise souhaite que la Thaïlande cesse de financer tant de barrages laotiens sur le Mékong

1 message dans ce sujet

Le Laos a connu un boom de la construction de barrages au cours des dernières décennies financé en partie par ses voisins Chine, Malaisie et Thaïlande.

Mais les préoccupations écologiques et l'impact sur les communautés locales poussent les militants à s'inquiéter du projet de barrage de Luang Prabang.

Des citoyens thaïlandais demandent aux institutions financières du pays de suspendre les prêts pour le projet de barrage de Luang Prabang sur le Mékong au milieu des avertissements sur les risques environnementaux et humains négatifs que posent les barrages.

L'ONG Fair Finance Thailand a appelé au début du mois un certain nombre d'institutions financières, y compris la banque centrale, à suspendre les prêts jusqu'à ce qu'une étude de faisabilité soit réalisée pour le projet... dont la construction a commencé l'année dernière.

"Il n'est pas nécessaire pour la Thaïlande d'acheter de l'électricité venant de ce projet", a déclaré le groupe dans un communiqué la semaine dernière. «Les institutions financières thaïlandaises seront confrontées à des risques concernant l’environnement, la société, la géopolitique et les finances si elles décidaient de soutenir le projet.»

Le projet de barrage de Luang Prabang est le dernier projet hydroélectrique financé par la Thaïlande au Laos et est développé par le Thaïlandais CH Karnchang, la société derrière le barrage de Xayaburi, qui se trouve également au Laos et a commencé à fonctionner à la fin de 2019. Les partenaires du projet comprennent Luang Prabang Power et PetroVietnam Power, une société basée à Hanoï, a déclaré Phairin Sohsai, une militante de l'ONG International Rivers, alliée à Fair Finance Thailand.

Le barrage de Luang Prabang, qui est calqué sur le barrage de Xayaburi, ne ferait qu'exacerber les effets négatifs que ces barrages ont sur le Mékong, a déclaré Phairin.

«Un effet écologique produit par le barrage de Xayaburi… est que les sédiments du fleuve ont disparu au point que le Mékong est devenu bleu clair», a-t-elle déclaré. La rivière est généralement brune, signe qu'elle est saine et qu'elle transporte des sédiments nourrissants sur toute sa longueur jusqu'au delta du Mékong au sud du Vietnam.

«Les provinces thaïlandaises le long du Mékong ont également connu une grave sécheresse en raison de la baisse des niveaux d’eau» causée par les nombreux barrages en amont qui retiennent le débit du fleuve, a-t-elle déclaré.

Les barrages chinois assèchent-ils le Mékong ou la faible pluviométrie est-elle à blâmer?

La Thailande a acheté de l’électricité aux barrages du Laos pendant plus de deux décennies, alors que le Laos essayait de tirer profit de ses ressources énergétiques tout en poursuivant sa propre croissance économique.

Cependant, le développement rapide des projets hydroélectriques au Laos est devenu un sujet controversé ces dernières années car les communautés qui dépendent du Mékong ont souvent été relocalisées, parfois sans compensation, ou se sont vu retirer leurs moyens de subsistance en raison des impacts négatifs de la construction de barrages.

La Thaïlande a déjà des accords pour acheter de l'électricité produite à la fois par les barrages de Xayaburi et de Xe-Pian Xe-Namnoy au Laos, parmi une douzaine d'accords conclus avec d'autres barrages du pays.

Courtney Weatherby, analyste au Stimson Center de Washington, a déclaré que les entreprises thaïlandaises sont impliquées dans le développement d'environ deux tiers de toute la capacité de production d'électricité existante au Laos, et qu'environ 60% de l'électricité provenant de projets hydroélectriques à grande échelle destinés à l'exportation sont vendus en Thaïlande.

Il serait alors injuste de toujours accuser les Chinois de tous les maux du Mékong.

Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus, qui a provoqué une contraction de 6,1% du PIB en Thaïlande l'année dernière, le pays a maintenant une capacité excédentaire et de nombreuses réserves, a-t-elle déclaré.

Le fleuve Mékong de 4 350 km et ses affluents abritent quelque 70 millions de personnes de la Chine jusqu'à son point final dans le delta du Mékong au Vietnam, mais les aménagements de barrages ces dernières années ont menacé la sécurité alimentaire et les écosystèmes. En 2019, 89 projets hydroélectriques étaient en cours d'exécution le long du bas Mékong, dont 65 au Laos. Trente autres sont au stade de la planification, selon la Commission du fleuve Mékong, un organe intergouvernemental créé conjointement par le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam.

Danny Marks, de l’Université de Dublin, a déclaré que la demande surévaluée d’énergie de la Thaïlande et une grande partie de ses activités économiques, en particulier dans les zones urbaines comme Bangkok, se sont faites au détriment des moyens de subsistance et des écosystèmes au Laos.

«[L'] équilibre entre la croissance économique et les moyens de subsistance a été négativement affecté», a déclaré Marks. «De nombreux Laotiens, en particulier ceux des zones rurales, n’ont pas récolté les bénéfices de ces nouveaux barrages», et la contribution des barrages à la croissance du PIB du Laos ne prend pas en compte les inégalités économiques ou les dommages environnementaux, a-t-il déclaré.

«De nombreux Thaïlandais ignorent ou ne se soucient pas des effets négatifs des barrages sponsorisés par la Thaïlande au Laos», a déclaré Marks, qui a co-écrit l'étude de 2019 Circuits of Power: injustice environnementale des centres commerciaux de Bangkok aux barrages hydroélectriques du Laos.

Les communautés thaïlandaises du nord et du nord-est, cependant, sont conscientes des problèmes et se sont retrouvées du même côté que les ONG en s'opposant à plusieurs projets de barrages. Le projet de barrage de Sanakham, financé par la Chine, a été fortement critiqué par les communautés thaïlandaises le long du Mékong en raison de sa proximité avec la Thaïlande. Il est situé à seulement quelques kilomètres de la province de Loei, dans le nord-est du pays.

Le barrage est développé par une filiale de Datang International Power Generation, une compagnie d'électricité chinoise appartenant à l'État, et devrait être achevé en 2028. En novembre, le gouvernement thaïlandais a déclaré qu'il n'achèterait pas d'électricité de ce barrage si ses opérations affectaient les Systèmes écologiques du Mékong.

«Alors que la société civile laotienne a organisé des manifestations contre les barrages au Laos, le gouvernement laotien est resté imperméable et continue de construire des barrages hydroélectriques», a déclaré Marks.

La Commission du fleuve Mékong a averti qu'une rupture du barrage de Luang Prabang, qui devrait devenir pleinement opérationnel en 2027, pourrait entraîner des inondations et des pertes en vies humaines dans la ville de Luang Prabang, un site du patrimoine mondial et une destination touristique populaire située à 25 km en aval.

https://forum.thaivisa.com/topic/1207012-thailand-ngo-seeks-halt-to-mekong-dam-project-in-laos-as-threat-to-asean’s-most-vital-waterway-grows/

 

le barrage de Luang Prabang

scmp.jpg.458ebe95fe9e54663ff1e90189a14d5f.jpg.efc5c9ccc2d69e0e4d07df58c6e6291f.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 17 avril 2021 09:13
Sponsors