Le Modérateur

Alors que l'adultère est interdit par la loi les Thaïlandais sont les moins fidèles du monde

1 message dans ce sujet

L'infidélité conjugale est une habitude difficile (et illégale) à abandonner en Thaïlande

Quelqu'un qui a une liaison extraconjugale devrait finir au poste.

En fait, la plupart des gens qui liront ceci connaisse quelqu'un qui «a un deuxième bureau' ou "a donné un coup de canif dans le contrat» ou "va voir ailleurs", étant donné les sondages qui montrent que l'infidélité est encore une pratique courante en Thaïlande.

Cependant, si vous pensez que tromper votre conjoint n'entraîne aucune pénalité, détrompez-vous.

La loi thaïlandaise protège le caractère sacré des vœux de mariage, et les adultères peuvent faire face à une amende lourde et à d'autres peines encore plus sévères.

L'Armée royale thaïlandaise (RTA) et la police royale thaïlandaise ont récemment annoncé que tout soldat ou policier reconnu infidèle à son conjoint s'exposerait à des sanctions disciplinaires. Des peines plus sévères s'appliquent si l'infraction est répétée ou s'il y a des signes de violence domestique.

On ne sait pas si les intéressés ont modifié leurs comportements.

Les conjoints trompés peuvent également se manifester et demander une pension alimentaire directement prélevée sur le salaire du mari.

Le mois dernier, l'armée a annoncé qu'un jeune soldat avait été sanctionné à deux reprises et avait perdu sa prime pour ne pas être un «citoyen modèle». C'était après que sa conjointe légale se soit plainte que son mari entretenait ouvertement une relation avec une autre femme et la maltraitait également d'une autre manière.

Selon les lignes directrices établies par la Commission de la fonction publique, les fonctionnaires peuvent être licenciés et même perdre leur pension d'État s'ils sont surpris en train de s'engager dans des relations extraconjugales. Cette règle s'applique également aux unions de fait.

Les relations des citoyens lambda sont également protégées par la loi. Selon les experts juridiques, un conjoint légalement marié peut poursuivre la troisième personne (maîtresse / amante) pour une indemnisation. La poursuite, cependant, doit être déposée dans l'année suivant la connaissance de l'affaire.

Une fois encore c'est la femme (la maîtresse) qui est considérée comme "mauvaise".

Les messages romantiques ou les photographies incriminantes peuvent être utilisés comme preuves devant le tribunal, qui dispose d'un délai de six mois pour rendre un verdict. Si l'affaire est étayée par des preuves solides, la maîtresse (amant) sera condamnée à verser une indemnité à la plaignante.

Cependant, la compensation finale - ou le prix du chagrin d'amour - est fixée par le tribunal.

En outre, le demandeur peut intenter une action en réparation sans divorcer de son partenaire et peut intenter une deuxième action en justice si la relation adultérine se poursuit.

Des épouses ont révélé, sous couvert d'anonymat, qu'elles avaient reçu une compensation à six chiffres (plus d'un million) grâce aux tribunaux.

Même si la loi thaïlandaise protège les mariages, les Thaïlandais se sont révélés être les plus infidèles du monde dans une enquête menée en 2012 auprès de 29 000 personnes dans 36 pays par le fabricant de préservatifs Durex. Le site de rencontre, Match.com, a rapporté des résultats similaires dans son enquête sur l'infidélité.

L'attitude désinvolte des Thaïlandais à l'égard de la fidélité conjugale est illustrée par le flot constant de «scandales» de célébrités qui font la une des journaux.

Ce n'est un secret pour personne que des Thaïlandais de très très haut niveau aiment avoir plus d'une partenaire.

La polygamie était une pratique acceptée en Thaïlande pendant des siècles, avant d'être interdite en 1935.

https://forum.thaivisa.com/topic/1208210-marital-infidelity-a-hard-and-illegal-habit-to-give-up-in-thailand/

000_1OZ60G.thumb.jpg.f52816d175ffb04f12aea1eb6555579c.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 17 avril 2021 10:13
Sponsors