Le Modérateur

L'AIT affirme aux étudiants birmans qu'ils perdront leur visa s'ils manifestent et c'est faux

1 message dans ce sujet

www.usnews_com.jpg.f44cd1124e1cef7c3fd9572441a99f15.jpg

PHOTO DE DOSSIER: Des citoyens birmans protestent contre le coup d'État militaire devant le bureau de l'ONU à Bangkok, en Thaïlande, le 22 février 2021. REUTERS / Soe Zeya Tun

 

(Reuters) - Une université thaïlandaise a averti les étudiants étrangers d'éviter les rassemblements politiques car leurs visas pourraient être révoqués et ils pourraient être blacklistés alors que des manifestations contre le gouvernement thaïlandais et le coup d'État au Myanmar se déroulent.
 

L'Institut asiatique de technologie (AIT), dans un courrier électronique adressé aux étudiants, a déclaré qu'il respectait la liberté d'expression mais transmettait une demande de l'immigration thaïlandaise pour que les étudiants étrangers ne se joignent pas aux manifestations.

"Nous devons tous être respectueux des lois et politiques du pays hôte, la Thaïlande", disait l'e-mail de l'AIT vu par Reuters mardi.

«Nous exhortons vivement les membres de la communauté AIT à tenir compte du message émis par le gouvernement thaïlandais.»

L'AIT n'est pas une université thaïlandaise comme les autres puisqu'elle a vocation à accueillir des étudiants de toute l'Asie. Elle est cofinancée par l'UE et des pays européens dont la France.

De très haut niveau, Elle forme les futurs cadres des pays d'Asie dans le domaine de la technologie.

La Thaïlande a vu des manifestations ces dernières semaines dénoncer le coup d’État militaire du mois dernier au Myanmar et la répression meurtrière des manifestants par les forces de sécurité. De nombreux Birmans vivent en Thaïlande.

Des rassemblements ont eu lieu devant l’ambassade du Myanmar à Bangkok et le siège régional des Nations Unies.

Le mémo ne mentionnait pas spécifiquement les manifestations à propos du Myanmar, mais indiquait que la demande couvrait les manifestations à «Bangkok, les Nations Unies, les ambassades».

La Thaïlande a également assisté récemment à une reprise des manifestations menées par les jeunes contre son gouvernement.

La Thaïlande a appelé à la retenue et au dialogue au Myanmar, mais n’a pas critiqué l’armée pour avoir pris le pouvoir. Le général Chan-o-cha, premier ministre thaïlandais, a lui-même fomenté un coup d'état en 2014 pour prendre initialement le pouvoir.

Cependant, le porte-parole du gouvernement, Anucha Burapachaisri, a déclaré qu'aucun ordre n'avait été émis par le bureau de l'immigration (d'intimider les étudiants birmans), tout comme le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Tanee Sangrat, qui a déclaré que le problème pouvait être une «mauvaise communication».

Le colonel Charoenpong Khantilo, chef du bureau de l'immigration à Pathum Thani, où se trouve l'université, a déclaré qu'aucune menace n'avait été faite pour révoquer les visas et inscrire les étudiants étrangers sur la liste noire.

"Nous sommes préoccupés par leur sécurité et craignons qu'ils ne soient impliqués dans des actes répréhensibles en participant à des manifestations", a déclaré Charoenpong à Reuters, ajoutant qu'un décret d'urgence était en vigueur et interdisait les rassemblements de masse.

«Nous n’avons jamais voulu limiter la liberté d’expression des étudiants», a-t-il déclaré.

 

- -   REUTERS   - -

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 18 janvier 2022 07:31
Sponsors