Le Modérateur

Le gouvernement thaïlandais sévèrement critiqué alors que COVID menace d'engloutir la Thaïlande

1 message dans ce sujet

COVID-19 existe depuis plus d'un an déjà en Thaïlande. Depuis qu'il a commencé à se propager au début de 2020, les experts mettent en garde contre des vagues d'infection toujours plus dangereuses. Pourtant, lorsque la troisième vague a finalement frappé ce mois-ci, le gouvernement était apparemment mal préparé.

 

«Nous ne sommes pas si confiants. Mais nous faisons de notre mieux », a admis dimanche 11 avril le ministre adjoint de la Santé publique, le Dr Sathit Pitutecha, lorsqu'on lui a demandé si la situation du COVID-19 pouvait être contrôlée. Son patron, le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul, est maintenant isolé après avoir assisté à un événement le 6 avril aux côtés du ministre des Transports Saksayam Chidchob, qui a ensuite été testé positif.

Au cours de la semaine écoulée, le nombre de nouveaux cas a augmenté de plusieurs centaines chaque jour - 194 le 5 avril 250 le 6 avril 334 le 7 avril 405 le 8 avril 559 le 9 avril 789 le 10 avril et 967 le 11 avril. A ce jour, plus de 4 300 personnes sont traitées pour le COVID-19 à l'hôpital.

Le public craint maintenant que les transmissions COVID-19 - qui avaient été maintenues à un niveau très faibles pendant la majeure partie de 2020 - ne deviennent incontrôlables. Sans surprise, les établissements médicaux ont connu une augmentation de demandes de tests et de traitements COVID.

Les patients COVID sont refusés, et il n'y a plus de tests

Aux petites heures du dimanche matin, quatre hôpitaux auraient refusé de traiter un couple qui s'était présenté avec leur bébé de 10 mois qui aurait attrapé le COVID-19.

Les quatre hôpitaux, selon la mère, ont déclaré qu'ils n'avaient plus de lits disponibles pour les patients atteints de coronavirus. Après que le couple a été renvoyé par le quatrième hôpital, la mère a fondu en larmes et est allée en direct sur les réseaux sociaux pour révéler sa situation déchirante. Plus tard dans la journée, l'hôpital Bhumibol Adulyadej a admis le bébé mais a refusé de fournir plus de détails.

La politique de contrôle du COVID-19 en Thaïlande stipule que les personnes dont le test est positif au virus doivent être traitées dans des établissements médicaux. La politique vise à prévenir les épidémies graves observées dans les pays où les patients atteints de coronavirus sans symptômes graves sont invités à s'auto-isoler à domicile.

C'est sans doute là le secret de la réussite (passée) de la Thaïlande mais cela ne fonctionne que si le nombre d'asymptomatiques reste raisonnable.

Plusieurs hôpitaux privés, dont l'hôpital Sukhumvit et l'hôpital Chao Phya à Bangkok, ont suspendu leurs tests COVID-19 en invoquant des ressources limitées. Pendant ce temps, d'autres ont déclaré qu'il faudrait plus de temps que d'habitude pour que les résultats des tests reviennent. En contrôlant une maladie hautement contagieuse, plus la détection est rapide, mieux c'est. Ainsi, les retards soulignent un gros problème.

C'était aussi là un autre secret de la réussite (passée) de la Thaïlande : avoir des tests et donner les résultats rapidement.

La Rural Doctor Society (RDS) se plaint que le gouvernement a tardé à remettre le budget de 5 milliards de Bt pour l'achat d'équipements médicaux afin de freiner la propagation du COVID-19. Le Cabinet a approuvé un budget de 5,8 milliards de Bt le 12 janvier, mais jusqu'à présent, seule une petite partie a été décaissée.

«Nous ne comprenons pas pourquoi il faut si longtemps pour que le budget arrive. Nous devons acheter des fournitures médicales, construire des salles à pression négative, acheter des ambulances, des ventilateurs et des moniteurs de signes vitaux », a récemment déclaré le RDS sur sa page Facebook.

Avertissement d'une calamité médicale imminente, il a exhorté le gouvernement à accélérer les décaissements budgétaires. C'est comme si le gouvernement qui avait été efficace en 2020 s'était mis en vacances en 2021, plus de prévention, multiplication des clusters et (presque) aucune acquisition de vaccins.

Les vaccins, parlons-en

Alors que le secteur privé était impatient de se procurer des vaccins COVID-19 pour les Thaïlandais, le gouvernement n'a donné un signe clair que le 9 avril. À la fin du mois dernier, le Département de la santé mettait toujours en garde les hôpitaux privés contre l’organisation de futures campagnes vaccinales (sous peine de poursuites).

Les autorités sanitaires ont insisté sur le fait que les vaccins n'étant approuvés que pour une utilisation d'urgence, les hôpitaux privés ne pouvaient pas les importer et les administrer. Le gouvernement a longtemps insisté sur le fait que son plan de vaccination était suffisant pour contrôler la situation du COVID-19.

Le revirement de vendredi est peut-être le signe que le gouvernement n'est plus si sûr de la perfection de sa politique vaccinale. L'opposant Thanatarorn est poursuivi en justice (crime de lèse majesté) pour avoir mis en cause cette parfaite politique vaccinale.

Dimanche, seulement 485 987 personnes - moins de 1% de la population thaïlandaise - ont reçu une injection. Pour obtenir l'immunité collective, environ 70% de la population doit avoir des anticorps COVID-19.

Le Premier ministre général Prayut Chan-o-cha a répondu à la troisième vague d'infections en promettant de supprimer les obstacles aux importations de vaccins.

«Nous sommes heureux que le secteur privé veuille apporter son aide sur ce front. Nous allons proposer des alternatives de vaccination », a déclaré le Premier ministre.

Actuellement seuls 3 vaccins sont autorisés en Thaïlande, le Sinovac assez peu efficace, le controversé AstraZeneca et J&J dont on n'a vu encore aucune dose dans le royaume. Pfizer et Moderna restent interdits.

Solutions du gouvernement

Le Dr Supakit Sirilak, directeur du Département des sciences médicales, a déclaré que son agence était prête à intervenir si un hôpital manquait de tests COVID-19. Pendant ce temps, les autorités sanitaires préparent un système central de gestion des lits pour faire face au manque de capacité des hôpitaux individuels.

Sathit a expliqué que le système montrera combien de lits pour les patients atteints de coronavirus sont encore disponibles et où. Pendant ce temps, des hôpitaux de campagne seront également mis en place pour faire face au nombre croissant de patients COVID-19.

Il faut rappeler que les hôpitaux de campagne sont des dortoirs pour parquer les asymptomatiques et si ces personnes tombent malades, elles sont hospitalisées.

L'hôpital universitaire de Thammasat ouvre un hôpital de campagne de 470 lits pour accueillir les patients COVID-19 transférés par d'autres établissements médicaux. Le ministère de la Défense a également déclaré que les bases militaires de Bangkok et des provinces voisines prépareraient des hôpitaux de campagne d'une capacité combinée de 3 195 patients.

L'administration métropolitaine de Bangkok prépare également deux hôpitaux, l'hôpital Bang Khun Thian Geratric et l'hôpital Ratchaphiphat, pour traiter les patients atteints de COVID-19.

«En outre, nous préparerons des hospitels (hôtels reconvertis en installations médicales) pour les asymptomatiques», a déclaré Sathit.

Des conseils ignorés?

Le Dr Thira Woratanarat,  de l’université de Chulalongkorn, fait partie de ceux qui disent que le gouvernement n’a pas fait assez pour combattre la pandémie.

«Le COVID-19 se propage maintenant», a-t-il déclaré dimanche via Facebook.

Le professeur de médecine est un critique sévère des politiques COVID-19 du gouvernement, en désaccord avec plusieurs points de sa stratégie jugée trop laxiste.

Début janvier, il a averti que le pays verrait les effets de ce laxisme à la mi-janvier ou à la fin mars. La troisième vague de COVID-19 a effectivement émergé au cours de la dernière semaine de mars.

Les vagues ne surgissent pas n'importe où mais à cause des Thaïlandais qui se croient au dessus des lois.

https://forum.thaivisa.com/topic/1213620-thai-govt-facing-backlash-as-third-wave-of-covid-threatens-to-engulf-thailand/

734C0299-9B76-4632-9A45-1B95E199CBF7-768x576.jpeg.f7af2ec5acc1b53d0afa2e0528c9eae8.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 18 mai 2021 01:13
Sponsors