Le Modérateur

Le meurtre d'une fillette de 3 ans l'an passé connaît un rebondissement avec l'arrestation de l'oncle devenu people

1 message dans ce sujet

suite de cette affaire

 

La mort d'une fillette de trois ans dans une zone reculée du nord-est de la Thaïlande l'année dernière aurait pu être une tragédie épouvantable comme les autres - peut-être résolue rapidement ou peut-être pas.

Mais la mort d'Orawan "Nong Chompoo" Wongsricha était destinée à devenir l'une des affaires les plus médiatisées de l'histoire criminelle de la Thaïlande.

Surtout que l'un des principaux suspects – le propre oncle de la fillette assassinée – est devenu une célébrité nationale avec des apparitions quotidiennes à la télévision et une renommée correspondant à certains peoples adulés.

Mais maintenant, l'enquête policière - utilisant certains des meilleurs experts dans le domaine - est arrivée à une conclusion.

Il ne reste qu'un suspect - et c'est l'oncle que tous les Thaïlandais connaissent sous le nom de "Lung Phol" (prononcer phon) - ou Chaiphol Wipha, âgé de 44 ans.

La police est allée l'arrêter hier à Don Luang province de Mukdahan, mais il n'était pas là. Il s'est ensuite rendu aux autorités de Pathumwan, Bangkok et a été ramené en Isaan en hélicoptère, a rapporté Bangkok Business News.

Essentiellement, il est accusé de meurtre, bien que trois autres chefs d'accusation sont mentionnés : enlèvement, abandon d'enfant ayant causé la mort et déplacement du corps.

Les faits de base : le 11 mai de l'année dernière, Nong Chompoo a disparu. Son frère aîné, Nong Sa-ing, a déclaré qu'elle s'était juste éloignée alors que cela semblait impossible vu son jeune âge.

Le corps nu de Nong Chompoo a été retrouvé trois jours plus tard. L'enfant n'avait pas été agressée sexuellement.

Les soupçons sont tombés sur son oncle immédiatement alors que dix personnes étaient dans le collimateur.

En fin de compte, tout le monde avait un alibi sauf lui et des incohérences dans ses dénégations - en particulier ce qu'il a dit à un moine - ont accru les soupçons.

Les cheveux de la victime ont été retrouvés dans son pick-up. Il a échoué au test du détecteur de mensonge. Il aurait intimidé plusieurs témoins.

Pendant tout ce temps, Lung Phol continuait sous les projecteurs des médias à profiter de sa renommée, niant avoir quoi que ce soit à voir avec la disparition de sa nièce.

Maintenant, la police a agi et a arrêté son homme. Les enquêteurs disent qu'il a emmené la petite fille et l'a déshabillée et l'a laissée mourir.

Bien qu'ils soient sûrs qu'il ne l'a pas agressée sexuellement, ils prétendent qu'il essaie de les induire en erreur en faisant croire que le crime est lié à des rituels de magie noire.

Reste à savoir si la police a des preuves. Le tribunal de l'opinion publique en Thaïlande - obsédée par les célébrités et les réseaux sociaux - pourrait être divisé.

L'affaire sera probablement relancée quand Lung Phol se présentera devant le tribunal et que son voyage de l'obscurité à la gloire se poursuivra.

La question sera de savoir s'il est destiné à une vie entière derrière les barreaux.

 

Les parents de la petite fille assassinée dans le nord-est de la Thaïlande il y a plus d'un an se sont confiés aux médias thaïlandais.

Anamai et Sawitri Wongsricha sont apparus dans le Thai Rath News Show.

Alors que l'oncle de Nong Chompoo, âgé de trois ans, Chaiphol Wipha, a passé sa première nuit derrière les barreaux accusé de son meurtre.

Les parents ont remercié la police thaïlandaise et tous les enquêteurs pour leur travail inlassable au cours de l'année dernière. Ils ont remercié toutes les personnes qui les ont soutenus.

Cela n'a pas été facile. Beaucoup en Thaïlande les ont critiqués pour leur implication d'une manière ou d'une autre dans le meurtre ne faisant qu'exacerber la douleur d'avoir perdue une fille très aimée.

Ils ont déclaré qu'ils étaient contents du refus de libération sous caution de l'oncle en raison de son comportement imprévisible et de l'intimidation des témoins.

Il aurait nié les accusations.

Ils ont dit qu'ils avaient beaucoup pleuré récemment après avoir refoulé leurs émotions pendant un an. Ils veulent demander à Lung Phol :

« Tu l'as fait ou non. Et si oui, pourquoi ? »

Ils ont parlé stoïquement d'essayer de tout laisser derrière eux et de continuer leur vie malgré les énormes pressions auxquelles ils ont été confrontés, car chaque aspect de l'affaire a été analysé dans les médias thaïlandais.

La mère de Chompoo a souligné qu'ils n'avaient jamais eu de problème ni de dispute avec le suspect.

Au début, ils ont refusé de croire qu'il pouvait avoir quelque chose à voir avec la mort de leur fille.

Mais à mesure que les preuves s'accumulaient et que son comportement devenait plus suspect, leurs doutes augmentaient.

Untitled-1.jpg.d1a505a0d419ccb8253f6c19d8c4e8ec.jpg.327b7a3eff81ad58fb48a25a0c5e912f.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 05 décembre 2021 14:47
Sponsors