Le Modérateur

3 autres touristes en «bac à sable» à Phuket infectés par COVID-19, pour un total de 6

1 message dans ce sujet

Trois autres touristes étrangers, arrivés sur l'île de Phuket dans le cadre de son programme de «bac à sable» (zone tampon), sont infectés par le Coronavirus 19, selon les autorités sanitaires locales.

 

Le bureau provincial de la santé de Phuket a signalé dimanche que les touristes nouvellement infectés venaient du Myanmar, d'Afrique du Sud et de Suisse.

La touriste birmane infectée est la mère de deux enfants précédemment infectés, âgés de 8 et 9 ans, tandis que deux autres touristes ont été testés positifs lors d'un deuxième test d'écouvillonnage. Tous ont été envoyés dans des hôpitaux pour y être soignés. Ils peuvent être asymptomatiques.

Environ 4 000 touristes étrangers sont arrivés à Phuket entre le 1er et le 10 juillet. Six d'entre eux sont infectés par COVID-19. Le premier arrivait des Émirats arabes unis et a été testé positif à son arrivée à l'aéroport international de Phuket mercredi dernier.

13 touristes qui, sans connaître l’Émirati ont voyagé dans le même avion ont été obligés d'entrer en quarantaine à leur frais.
Les 13 touristes faisaient partie des 14 personnes arrivées sur le vol Emirates EK378 qui a atterri à Phuket mardi 6 juillet.

Selon les conditions d'entrée en Thaïlande dans le cadre de la politique Phuket Sandbox, les touristes sont responsables de tous les coûts liés aux mesures COVID et doivent avoir une assurance maladie d'au moins 100 000 USD pour couvrir tous les coûts liés à l'infection COVID.

La famille des deux enfants birmans et leur maman est également en quarantaine sans possibilité de voir les enfants maintenant isolés de leurs proches.

Actuellement, les autorités thaïlandaises placent donc des personnes en quarantaine alors qu'elles ont été testées négatives pour le virus, explique notre confrère de Phuket News extrêmement agacé par la façon dont la Thaïlande se tire une balle dans le pied.

Le gouvernement royal thaïlandais doit décider s'il fait confiance à ses propres tests. Soit les responsables au pouvoir font confiance aux tests RT-PCR, soit ils ne le font pas. La dualité actuelle sent un gouvernement qui élabore des règles au fur et à mesure, guidé par la peur, ajoute Phuket News.

Affirmer qu'on attend la période d'incubation, c'est admettre que le test est inutile puisqu'une personne en période d'incubation est positive.

Les autorités peuvent se demander combien de touristes potentiels de la Sandbox cherchent maintenant à retarder ou annuler leurs vacances prévues à Phuket.

Jeudi, 12 des 13 touristes Sandbox bloqués en quarantaine avaient demandé à rentrer aux Émirats Arabes Unis. "Tous ont accepté de rentrer chez eux car l'autorité sanitaire provinciale leur a permis de partir. Nous envisageons de les récompenser avec des privilèges spéciaux s'ils envisagent de revenir en Thaïlande à l'avenir", a déclaré le gouverneur de l'Autorité du tourisme de Thaïlande, Yuthasak Supasorn.... s'ils envisagent de revenir en Thaïlande... car la publicité autour de la "zone tampon de Phuket" est maintenant négative.

M. Yuthasak a déclaré que les voyageurs du programme "zone tampon" reconnaissent la possibilité d'une quarantaine de 14 jours en signant la demande de certificat d'entrée.

M. Yuthasak a également déclaré que tous les voyageurs choisissant de rentrer chez eux "devraient" recevoir un remboursement complet des hôtels, y compris les coûts des tests COVID-19. En tant que chef de l'agence qui a invité le monde à venir à Phuket (la TAT) dans le cadre du programme Sandbox. M. Yuthasak « devrait » pouvoir faire mieux que cela, suggère Phuket News.

Ce qui "devrait" être appliqué, c'est une politique de test et de libération, selon laquelle tout touriste Sandbox dont le test de dépistage COVID-19 est négatif après son arrivée à Phuket devrait être autorisé à poursuivre ses vacances comme prévu, comme n'importe qui d'autre dans le pays et donc annuler la procédure de "quarantaine si cas contact".

Tout le monde s'est trouvé peu ou prou cas contact en Thaïlande et on ne peut pas mettre tout le pays en quarantaine.

Les autorités ne se sont pas vantées de ce qu'elles avaient fait des cas contact des infectés Sud Africain et Suisse.

 

Les autorités de Phuket a décidé de durcir les restrictions de voyage pour les personnes arrivant des 10 provinces « restreintes » écarlates et des 24 « zones contrôlées » rouges, de jeudi dernier à la fin du mois, pour contrôler la propagation du COVID-19.

Les provinces sous contrôle et restriction maximales, également connues sous le nom de « zone écarlate », comprennent Bangkok, Nonthaburi, Pathum Thani, Nakhon Pathum, Samut Prakan, Samut Sakhon, Pattani, Yala, Songkhla et Narathiwat.

Les provinces de la « zone rouge » sont Krabi, Kanchanaburi, Chachoengsao, Chon Buri, Chainat, Tak, Nakhon Nayok, Nakhon Ratchasima, Nakhon Si Thammarat, Prachuap Khiri Khan, Prachin Buri, Ayutthaya, Phetchaburi, Ranong, Rayong, Ratchaburi, Lopburi , Samut Songkhram, Saraburi, Singburi, Suphan Buri, Ang Thong et Uthai Thani.

En vertu des nouvelles restrictions, toute personne arrivant à Phuket en provenance de ces zones doit être complètement vaccinée ou avoir reçu une dose de vaccin AstraZeneca administrée, au moins 14 jours avant son arrivée par voie terrestre, maritime ou aérienne. Ces personnes doivent également avoir subi une RT-PCR ou un test antigénique rapide au plus sept jours avant leur arrivée.

Phuket-sandbox_210705_0.thumb.jpg.42e841a68a8f290c99a857f208f6c9e5.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 23 septembre 2021 03:28
Sponsors