Le Modérateur

Surchauffe dans les crématoriums. Au sens propre.

1 message dans ce sujet

L'augmentation des décès COVID-19 en Thaïlande conduit les crématoires au bord de la rupture

"Nous ne savons pas s'il y aura plus (de corps) qui arriveront aujourd'hui. Notre crématoire ne fonctionne pas bien car il surchauffe (au sens propre du terme), à cause de l'utilisation continue. Si nous plaçons les cercueils à l'intérieur, ils brûleront sans que nous n'appuyions sur aucun bouton. C'est la vérité », a déclaré Pairuch Sudtoop de la Siam Nonthaburi Foundation.

Le crématoire du temple Rat Prakong Tham dans la province de NonthaBuri est maintenant en surchauffe et le temple essaie de construire un crématoire de secours le plus rapidement possible. Pairuch a déclaré que le temple avait organisé plus d'une centaine de funérailles, gratuitement, 24 heures sur 24, depuis mai.

Le temple et la fondation fonctionnent grâce à l'argent des dons. Ils ont un projet appelé « la dernière maison », qui organise des funérailles pour les pauvres depuis six ans. Le temple fournit tout, y compris le cercueil.

Le temple utilise au moins 250 litres de diesel par jour. La fondation dépense environ 40 000 bahts par jour pour ses services.

Les crémations non-stop font que le crématoire est parfois inutilisable pendant des heures, à cause du problème de surchauffe, provoquant des retards qui s'accumulent.

L'abbé du temple Rat Prakong Tham, Phrakhru Kitti Wiriyaporn, a déclaré que parce que le crématoire ne fonctionnait pas bien, les travailleurs ne pouvaient incinérer que 3 corps par jour, contre 5 à 6 corps en mai. S'ils décident d'en brûler 4, ils doivent travailler jusqu'à 2h du matin. Et parfois, c'est le cas.

« Si un corps arrive ici, nous brûlons, qu'il soit 2 ou 3 heures du matin », a ajouté l'abbé.

C'est une situation similaire au temple de Sao Thong Hin, dans la même province, qui fournit des services aux victimes COVID-19. Ici aussi, le crématoire est sur le point de s'écrouler. Certaines des journées se terminent à 3 heures du matin. Le temple est en stand bye 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour organiser les funérailles. Il travaille à pleine capacité et prévoie d'envoyer les corps des victimes ailleurs si on ne peut pas gérer la situation.

L'abbé du temple de Sao Thong Hin, Phrakhru Paitoon Thitawithuro, a déclaré que, jeudi dernier, un corps est arrivé au temple à 23 heures. La cérémonie religieuse s'est terminée à 00h. La crémation a commencé à minuit et le travail s'est terminé à 3 heures du matin.

Pour fournir des services gratuits aux victimes de COVID-19, ces temples et fondations acceptent les dons, qu'il s'agisse d'argent ou autres, telles que des combinaisons EPI ou du carburant diesel.

Bien que l'Office national du bouddhisme autorise les temples à demander des fonds pour les funérailles COVID-19, les temples doivent rédiger une convention écrite à l'avance.

Tous les temples n'acceptent pas les corps des victimes COVID-19. Ainsi, ceux qui le font, essaient de faire au mieux face à la situation.

On ne sait pas pourquoi la compassion de certains temples ne va pas jusqu'à accepter des corps.

3-2-768x432.png.6f5b3fc86f03b5015347197fa4bfc09b.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 15 août 2022 08:45
Sponsors