Le Modérateur

Des malades Covid abandonnés devant les hôpitaux pour leur forcer la main et contourner les listes d'attente

1 message dans ce sujet

L’hôpital Mongkut Wattana rejettera les patients COVID « largués » sur le pas de la porte

Le directeur de l'hôpital Mongkut Wattana de Bangkok, le général Rianthong Nanna, a lancé un avertissement sévère à ceux qui tentent de sauter la file d'attente des admissions en "jetant" des personnes infectées par COVID-19 à l'hôpital sans coordination préalable, dans l'espoir d'être admis, affirmant qu'il est sérieux et ne tolérera pas un tel une pratique.

On imagine que les autres hôpitaux de la capitale sont concernés par cette même pratique.

À la suite de l'augmentation du nombre de patients nécessitant une admission pour traitement médical et de la pénurie aiguë de lits d'hôpitaux, Rianthong Nanna a expliqué dans son message Facebook la nécessité de faire respecter l'ordre dans la gestion des lits d'hôpitaux et de prioriser les patients, pour éviter le chaos quant à l’attribution des lits d'hôpitaux.

Il a déclaré que si l'hôpital Mongkut Wattana et son hôpital de campagne affilié Palang Paendin devaient admettre tous les patients COVID-19, y compris ceux qui arrivent à l'hôpital sans notification préalable ni arrangement exigeant une admission immédiate, ce serait très injuste pour les autres patients qui sont sur la liste d'attente.

« Chaque parent d'un patient prétend que son cas est urgent. Le chaos s'ensuivra et c'est une forme d'égoïsme que je n'accepterai pas », a déclaré le Dr Rianthong, ajoutant « Je dois être clair et ne montrer aucune pitié dans de telles circonstances qui s'apparentent à un désastre public.

Il a également menacé d'engager des poursuites judiciaires contre ceux qui déversent les patients malades comme des paquets dans ses hôpitaux (l'habituel et celui de campagne), ajoutant « ne me jugez pas pendant cette catastrophe publique. Je suis raisonnable pour gérer le désastre public. Il y a des pertes dans une catastrophe publique, comme dans une guerre. Cela doit être accepté. Nous ne pouvons pas sauver toutes les vies, mais nous devons faire de notre mieux raisonnablement », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps-là de plus en plus de Thaïlandais meurent dans les rues de Bangkok sans qu'on sache si c'est de Covid ou pas. Ce qui est nouveau, ce ne sont pas les malaises dans les rues d'une ville de 8 millions d'habitants mais le fait que personne n'ose porter secours aux gisants. Comme les sauveteurs sont peu nombreux, ils peuvent mettre des heures à arriver, parfois trop tard.

Website-Thumbnail-Set-26.png.4cc21f891d94393c362494facdd5016b.png.a2d37aea5b4c638502b026f6a46faeb0.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 16 août 2022 02:18
Sponsors