Le Modérateur

Phuket : le chef de la police de Thaïlande prend en charge le meurtre -et possible viol- d'une touriste suisse en zone tampon

1 message dans ce sujet

PHUKET : Le corps d'une Suissesse de 57 ans qui aurait été violée et assassinée a été retrouvé dans le lit d'un ruisseau près de la cascade Ao Yon à Wichit, sur la côte est de Phuket, hier après-midi (5 août).

Le commandant de la police de la région 8, le lieutenant général Kitrat Panpetch, a tenu une conférence de presse spéciale au poste de police de Wichit hier soir et a confirmé que la femme était arrivée sur l'île le 13 juillet.

Le corps de la femme a été retrouvé par Nattapong Sridum, 31 ans, un habitant de Wichit.

Son corps était recouvert d'un drap noir, ce qui le masquait de la route à une quarantaine de mètres. Cependant, ses pieds étaient visibles, a déclaré le lieutenant-général Kitrat.

Les enquêteurs médico-légaux pensent que la femme est décédée au moins 48 heures avant que son corps ne soit retrouvé.

Son corps est en cours d'autopsie pour confirmer la cause du décès et d'autres facteurs, comme le viol, a déclaré le lieutenant-général Kitrat.

Les enquêteurs sur place ont découvert que son corps était nu de la taille aux pieds. Une paire de shorts en jean a été retrouvée jetée à proximité, tout comme une paire de baskets Nike et son téléphone.

Le lieutenant-général Kitrat parle de la mort de la femme comme étant « choquante ».

"La défunte était une étrangère habituée de Phuket, qui est une ville touristique et un modèle pilote de ville touristique de la Nouvelle Normalité après COVID (sic !)", a-t-il déclaré.

"Cela peut affecter l'image de la sécurité des touristes étrangers", a-t-il ajouté.

Le lieutenant-général Kitrat a déclaré qu'il n'avait pas encore été confirmé si la femme était arrivée en tant que touriste dans le cadre du programme Phuket Sandbox ou en tant que visiteur "libre".

Le chef de la police nationale, Pol Gen Suwat Chaengyodsuk, a exprimé son inquiétude face au drame, a déclaré hier soir le lieutenant-général Kitrat. On ne sait pas son inquiétude est liée à la réputation de la Thaïlande ou due au féminicide.

"Le général Suwat viendra à Phuket vendredi pour surveiller lui-même l'évolution de l'affaire", a-t-il noté.

Les médias ont déclaré que le chef de la police du pays avait décidé de venir car le cas est d'un intérêt public majeur : celui d'une étrangère dans une zone touristique.

La touriste faisait partie (certain à 99 %) du projet touristique sandbox / zone tampon. Les autorités pensent que toute la crédibilité et la confiance de la réouverture de la Thaïlande pourraient être en jeu.

Hier soir également, le major général de division Pol Jiraphop Phuridech et d'autres policiers de haut niveau ont fait appel à l'unité policière Hanuman pour aider les officiers locaux de Wichit dans l'enquête et s'assurer que le coupable sera rapidement appréhendé.

Les médias en anglais ou français ne donnent pas le nom de la victime mais il apparaît dans les articles en thaï, plus complets, nom en partie francophone. Ici par exemple https://www.thaipost.net/main/detail/112342

Elle portait sur elle une carte de visite en français qui attestait d'un poste important dans le système judiciaire suisse.

La Suissesse est arrivée à Phuket le 13 juillet. Elle a d'abord séjourné au Dusit Thani Laguna Hotel avant de déménager au Mooring Resort Hotel après sa période zone tampon.

phuket-sandbox.png.5cb84cd870fe657a01448adb94859541.png.d70d9558d8470cfae1a086eb1e85872b.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 23 octobre 2021 09:22
Sponsors