Le Modérateur

La Thaïlande choquée par les 7 policiers qui assassinent un suspect

1 message dans ce sujet

suite de cette affaire

 

Le chef de poste de police de Nakhon Sawan dans le nord de la Thaïlande fait face à une accusation de meurtre après qu'une vidéo publiée par un avocat a choqué la nation.

La vidéo montre un suspect trafiquant appelé Jirapong Thanaphat étouffé à mort par plusieurs sacs en plastique fixés sur sa tête, dans le commissariat.

Le suspect s'effondre au sol alors qu'un groupe de cinq hommes dirigé par un officier supérieur tente de lui extorquer deux millions de bahts.

Il est décédé plus tard.

Le clip (ci-dessous) a été partagé sur Facebook / Youtube et est devenu viral, confirmant pour des millions de citoyens ce qu'ils pensent de la police thaïlandaise.

Le chef de la police royale thaïlandaise, le général Suwat Chaengyodsuk, a admis que le clip est réel et souhaite que toutes les personnes concernées soient renvoyées de la police.

Il a présenté ses excuses à la victime et à sa famille.

Le colonel Pol Thitisan Uthanaphol est en fuite et Les frontières sont surveillées.

Il a été démis de ses fonctions et muté au quartier général de la région 6. Il peut faire appel. A aucun moment, il n'a été question de l'arrêter. Il est donc en liberté.

Pendant ce temps, le média thaïlandais Daily News spéculait sur la manière dont le clip avait émergé, suggérant qu'il impliquait des désaccords entre ripoux sur le partage de l'argent extorqué.

Les médias ont suggéré que cela avait pu se produire auparavant et qu'une enquête plus large était nécessaire sur la police de Nakhon Sawan.

Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocah est furieux de l'affaire et a ordonné une action immédiate pour protéger l'image de la police. Ce sera sans doute insuffisant pour qu'il soit exonéré du scandale.

Il est largement responsable car les dysfonctionnements de la police sont connus depuis toujours. Le général l'avait admis au moment de son coup d'état et avait promis une réforme de la police. Il a tenté de mettre en place un comité mais a abandonné le projet lorsqu'il s'est avéré que des personnes très très haut placées étaient impliquées dans les malversations de la police.

Le premier ministre ne parle pas de reprendre la réforme.

Suwat a essayé de limiter les dommages en s'excusant pour l'incident – un incident qu'il ne pouvait tout simplement pas cacher ou nier en raison de la nature claire de la vidéo – en disant qu'il y avait beaucoup de bons flics ainsi que des pommes pourries.

Il n'a pas dit où se trouvent les bons flics.

Le suspect était en garde à vue à la suite d'une opérations contre son trafic de crystal meth et les policiers tentaient de lui extorquer deux millions de bahts en recourant à la torture.

Pourtant, le Daily News a découvert un certificat de décès de l'hôpital Sawan Pracharak qui indique que la cause du décès était "probablement due aux méthamphétamines".

L'avocat qui a publié le clip a déclaré qu'il provenait de subordonnés qui craignaient pour leur propre vie dans l'affaire.

Des mandats d'arrêt ont été émis contre le colonel de police Thitisan "Chief Joe" Uttanapol, le chef de la police de Nakhon Sawan et six autres policiers aujourd'hui pour la torture et le meurtre d'un suspect de drogue.

A l'évidence, si la vidéo n'avait pas fait surface et agi comme un électrochoc, les policiers s'en seraient sortis avec une mutation d'un mois. ASEANNOW en français a mentionné cette affaire dès dimanche, à un moment où elle n'intéressait personne.

Le clip de 9 minutes, remis par un autre policier, montre les tortionnaires essayant de battre, de tuer, puis d'essayer de ranimer la victime

Thitisan s'est enfui et a été démis de ses fonctions mardi, mais les mandats d'arrêt sont tombés mercredi. Ils ne seraient pas tombés sans la vidéo.

Quatre officiers qui apparaissaient sur la vidéo sont maintenant en garde à vue mais ont refusé de dire quoi que ce soit à la presse mercredi.

La police enquêtant sur l'affaire dit que Thitisan se cache toujours dans le royaume.

La police a perquisitionné le domicile de Bangkok de Thitisan "Chief Joe" Uttanapol et a trouvé 30 voitures, dont des Ferrari, des Porches et des Lamborghini mercredi..

La vidéo est devenue virale et des millions de Thaïlandais s'expriment vertement sur Internet.

Après tout, disent les opposants, c'est la même force de police qui poursuit les motos et tire des balles de caoutchouc à bout portant contre les manifestants.

La même force de police qui a réprimé de manière agressive les manifestations en faveur de la démocratie avec des gaz lacrymogènes et des boucliers anti-émeute.

Le moment est venu de se demander si des officiers comme ce meurtrier sont l'exception ou la règle, affirme l'opposition.

La Thaïlande est inondée d'histoires de policiers qui exigent des des pots-de-vin dans les bars et les restaurants.

Les exemples sont légion et il serait cruel de les lister

Aucune institution n'est considérée avec plus de dédain et de méfiance en Thaïlande que la police royale.

Compte tenu de la réalité des choses et étant donné à quel point la corruption est endémique au sein des forces de police, le moment est peut-être venu d'envisager non seulement de réformer la police, mais de dissoudre complètement la force, demande l'opposition. Cela avait envisagé par la junte militaire qui avait fomenté le coup d’état de 2014.

Depuis, l'armée a compris que la police corrompue faisait intimement partie du pouvoir et du régime.

 

les 7 salopards

untitled-1_6amv.thumb.jpg.b0ede6b141433727caa3333a09b7551d.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 17 janvier 2022 23:08
Sponsors