Le Modérateur

Un marin pêcheur esclavagiste avec ses travailleurs cambodgiens a été arrêté

1 message dans ce sujet

Un capitaine de bateau accusé d'avoir abusé de six travailleurs cambodgiens et de leur avoir volé leur salaire a été arrêté à Samut Sakhon après près de cinq ans de cavale.

Des policiers luttant contre la traite des personnes ont arrêté Somwang X, 59 ans, dans un grand magasin de la ville.

Il était recherché en vertu d'un mandat d'arrêt délivré par le tribunal de Nakhon Si Thammarat le 26 septembre 2016 pour trafic d'êtres humains et travail forcé, ce que les observateurs étrangers appellent le néo-exclavage thaïlandais. Il était également recherché pour avoir enfreint les lois sur le travail des migrants sur quatre autres mandats délivrés par d'autres tribunaux provinciaux, a déclaré le major général de division Siam Boonsom, commandant.

Un Cambodgien, Tor, a déclaré aux enquêteurs que Somwang et Charnchai, propriétaire d'un navire pétrolier offshore, lui avaient proposé de le payer, ainsi qu'à cinq compatriotes, 9 000 bahts par mois chacun pour travailler sur le navire.

Les six hommes ont accepté, mais après avoir travaillé en mer pendant un mois, aucun salaire n'a été payé. M. Charnchai leur aurait dit qu'ils devraient travailler pendant un an et qu'ils seraient alors payés.

Alors qu'ils travaillaient sur le navire au large des côtes du sud de la Thaïlande, les hommes n'ont pas pu contacter leur famille ou leurs proches, et ils n'ont jamais été autorisés à débarquer.

Après avoir terminé leur année de travail, ils ont débarqué mais n'ont pas été payés. Ils ont déposé une plainte auprès de la police de Khanom à Nakhon Si Thammarat. Les enquêteurs ont ensuite demandé l'approbation du tribunal de Nakhon Si Thammarat pour émettre des mandats d'arrêt contre les deux suspects.

M. Somwang s'est enfui dans d'autres provinces avant d'être arrêté à Samut Sakhon, a déclaré le Pol Maj Gen Siam. M. Charnchai avait été arrêté plus tôt et condamné à une peine de prison, mais aucun autre détail n'était disponible.

Le suspect a nié toutes les accusations avant d'être remis à la police de Khanom pour des poursuites judiciaires.

Les ONG de lutte contre l'esclavage moderne ont répertorié de nombreux cas similaires. La plupart du temps, la police thaïlandaise n'accepte pas les plaintes de migrants.

(Photo fournie par la Division de lutte contre la traite des personnes)

c1_21801753297.jpg.7f234998c415801ca719c8505ce1044f.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 17 octobre 2021 10:55
Sponsors