Le Modérateur

Les bisbilles dans le parti au pouvoir nuisent à la Thaïlande, selon l'opposition. Un nouveau parti pour soutenir Prayut ?

1 message dans ce sujet

Une figure de l'opposition éminente a déclaré à Thai Enquirer que les conflits dans le parti au pouvoir nuisaient à la bonne gouvernance du pays et qu'on ne savait pas jusqu'où ces bisbilles iraient.

 

Les luttes intestines entre le Premier ministre Prayut Chan-ocha et plusieurs membres importants du parti Palang Pracharath au pouvoir ont attiré l'attention des citoyens au cours du mois dernier.

La position de Prayut est précaire depuis qu'une tentative de putsch par des membres du parti au pouvoir en septembre a abouti à un PPRP fracturé et à la destitution de deux vice-ministres clés du cabinet.

Le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, l'un des membres les plus puissants du cabinet, s'est publiquement rangé du côté de Prayut tout en signalant en privé son soutien aux vice-ministres évincés.

Malgré ses déclarations publiques selon lesquelles tout allait bien au sein du parti au pouvoir et qu'il continuait à soutenir le Premier ministre, Prawit a été vu en compagnie des deux ministres déchus lors d'une visite dans plusieurs provinces le week-end dernier.

Selon les observateurs, Prawit est plus puissant que Prayut dans le paysage politique du royaume.

Chaturon Chaisaeng, une figure de l'opposition et ancien vice-Premier ministre, a déclaré que les divisions entre Prayut et Prawit étaient réelles et que le conflit au sein du PPRP était assez « intense ».

"Cela affecte l'efficacité du gouvernement", a déclaré Chaturon. « Ce conflit interne cause des problèmes et affecte le travail du gouvernement. »

« Au lieu de se concentrer sur les problèmes du pays, qui sont nombreux, ils sont occupés à rivaliser pour savoir qui a le plus de soutien. »

Chaturon a déclaré que personne ne peut prédire où le conflit pourrait mener en réponse aux rumeurs d'une dissolution anticipée de l'assemblée.

 

Le PPRP affirme que Prayut sera encore son candidat au poste de premier ministre après les prochaines élections mais les observateurs doutent, d'autant que rien ne dit que le PPRP sera en mesure de dominer une coalition.

Pour ne rien simplifier, le PPRP pourrait tout simplement éclater. Certains de ses membres pro-Prayut rejoindraient Chatchai Phromlert qui créerait un parti pour soutenir le premier ministre.

Des rumeurs selon lesquelles Chatchai Phromlert était sur le point d'entrer en politique circulaient bien avant son départ à la retraite obligatoire en tant que secrétaire permanent du ministère de l'Intérieur la semaine dernière.

Cet homme clé de l'administration thaïlandaise n'était membre d'aucun parti précédemment.

Les médias ont décrit trois possibilités pour Chatchai après sa retraite – être nommé vice-ministre de l'Intérieur, devenir le septième vice-premier ministre et créer un nouveau parti politique.

Le 30 septembre, Chatchai a rejeté les informations selon lesquelles il était impliqué dans la formation d'un parti pour soutenir la candidature du général Prayut Chan-o-cha à un nouveau mandat de Premier ministre.

Depuis sa prise de pouvoir en 2014, Prayut a rarement caché son aversion pour les politiciens. Les derniers coups bas de ses "amis" politiques ont creusé le fossé entre le Premier ministre et les politiciens, en particulier ceux de son parti au pouvoir.

Chatchai ex-haut fonctionnaire, neuf en politique, capable, proche de Prayut, prêt à s'engager, a le profil parfait si le général premier ministre était débarqué du PPRP ou s'il voulait le quitter.

La possibilité d'élections anticipées fin 2022 au lieu de 2023 est réelle car Prayut pourrait surfer sur une période qu'on imagine euphorique lorsque le royaume sera débarrassé du virus et que l'économie redécollera.

 

Chatchai Phromlert

 

Chatchai-profile-Thailand-politics_web-1.jpg.e66e92eb09f98998c4c64991aa75dd62.jpg.5b09e4e42049aa9142b94244732648d4.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 11 août 2022 03:26
Sponsors