Le Modérateur

La Thaïlande se souvient du soulèvement étudiant du 14 octobre 1973

1 message dans ce sujet

D'anciens dirigeants étudiants, des politiciens des camps du gouvernement et de l'opposition, des proches des personnes décédées, des religieux chrétiens, islamiques et bouddhistes et des représentants de groupes pro-démocratie se sont réunis au mémorial du 14 octobre sur l' avenue Ratchadamnoen à Bangkok ce jeudi, en souvenir des personnes tuées lors du soulèvement étudiant du 14 octobre 1973 visant à renverser la dictature militaire de Thanom-Praphas-Narong.

 

La cérémonie solennelle a commencé à 7h du matin, avec la remise d'aumônes et de robes safran à 14 moines bouddhistes devant le mémorial. De vieilles chansons, véhiculant le message de la démocratie, ont été jouées pour rappeler aux participants la lutte pour la démocratie contre la dictature il y a près de cinq décennies.

Un incident mineur s'est produit lorsque Prasarn Marukapitak, membre du comité d'organisation de l'événement, a protesté contre une banderole du groupe antigouvernemental « Talufah » montrée sans l'approbation du comité.

Il a déclaré que la bannière, qui contenait une déclaration appelant à la réforme de la monarchie, n'était pas approprié pour un événement destiné à commémorer le sacrifice héroïque de ceux qui sont morts il y a 48 ans dans la lutte contre la dictature militaire.

« Nous ne voulons être en conflit avec personne. L'espace de ce mémorial est ouvert aux personnes de toutes convictions politiques opposées, mais, aujourd'hui, nous venons ici pour rendre hommage aux héros. Nous souhaitons la paix et aucun conflit avec qui que ce soit », a déclaré Prasarn, alors qu'il exigeait que la bannière soit retirée.

L'ancien étudiant a également déclaré que le groupe "Talufah" serait autorisé à rejoindre un forum ce soir, mais le groupe n'avait pas demandé la permission de montrer une banderole.

Une cérémonie religieuse à eu lieu à 8h30, menée par Phra Sunthorn Kitkoson, du Wat Arun, Sa-nga Narkchom, un imam de la mosquée Sulukul muttaqien et le père Saner Damnernsaduak, du Comité catholique pour les relations chrétiennes.

Le soulèvement d'il y a 48 ans a mené à la fin de la dictature militaire du maréchal Thanom Kittikachorn. Mais trois ans plus tard, un autre massacre mènera un autre dictateur au pouvoir.

Il ne faut pas confondre les commémorations des deux évènements : octobre 1973 (officiellement 71 morts) et octobre 1976 qui aurait fait plus de 100 morts (officiellement beaucoup moins).

FBnzzNNVIAEfn3i.thumb.jpg.9682566e140d4535f68811f2ded7057e.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 05 décembre 2021 15:31
Sponsors