Le Modérateur

Le parti Pheu Thai change de position et soutient désormais les modifications de la loi sur lèse-majesté

1 message dans ce sujet

 agence nationale de presse

Le parti d'opposition thaïlandais Pheu Thai a ouvertement déclaré son soutien à la modification de la loi sur lèse-majesté stricte du pays (article 112 du Code pénal) et de la sédition (article 116), de la loi sur la criminalité informatique et du décret d'urgence actuellement en vigueur et souhaite un examen au parlement.

L'annonce, faite par Chaikasem Nitisiri, a été publiée sur les réseaux sociaux dimanche, ce qui a coïncidé avec un rassemblement organisé dans le quartier central de Ratchaprasong à Bangkok par des groupes pro-démocratie et anti-establishment pour exiger l'abrogation de la loi de lèse-majesté et la libération de plusieurs militants.

Chaikasem a déclaré que le parti Pheu Thai est prêt à porter les demandes des protestataires et la proposition de modifier ces lois devant le parlement. Il souhaite aussi contrôler les performances du système judiciaire, de la police et des agents pénitentiaires, pour s'assurer qu'ils sont dans le respect de l'esprit des lois.

Il a également déclaré que le parti aimerait vérifier les ordres du gouvernement et toute réglementation publiée qui pourrait être considérée comme injuste, afin que les prisonniers d'opinion puissent être libérés, ce qui devrait aider à rétablir la confiance dans le système judiciaire thaïlandais.

Cette nouvelle position du parti Pheu Thai est loin de la précédente de non-engagement sur des questions relatives à la monarchie dont lèse-majesté. Au point que le Pheu Thai était finalement plus proche du parti au pouvoir, dans l'esprit et la manière de fonctionner, que de son allié de l'opposition Move Forward.

Répondant à l'appel des manifestants pour l'abrogation de la loi sur lèse-majesté, le Dr Warong Dechgitvigrom, chef du parti Thai Pakdee et fervent royaliste, a affirmé que la loi n'est pas la raison pour laquelle beaucoup de choses ont mal tourné dans ce pays « mais le vrai le coupable est la corruption parmi les politiciens.

Dans sa publication Facebook d'aujourd'hui, il a déclaré que la monarchie avait été la cible d'insultes et d'allégations, ajoutant que les personnes arrêtées avaient été inculpées de lèse-majesté parce qu'elles auraient insulté, diffamé ou menacé le monarque.

Un seul parti politique a fait une démarche similaire avant Pheu Thai. Move Forward (opposition) a soumis cinq projets de loi visant à amender le § 112 du Code pénal en février de cette année. Les projets ont été rejetés par un comité de sélection des projets de loi de la Chambre au motif qu'ils pourraient être inconstitutionnels, citant le chapitre 6 de la Constitution qui stipule que le roi doit être intronisé dans une position de culte vénéré et ne doit pas être violé.

Les projets de loi du parti Move Forward visaient à dépénaliser les actes de lèse-majesté, et similaires.

La loi 112 thaïlandaise est jugée par tous les observateurs étrangers comme excessive.

En privé, de plus en plus de Thaïlandais s'affranchissent de la loi 112.

G0DL5oPyrtt5HBAivY9KGWJMO4jT7XuLyGqAVN8kb8gajl6zWUL3Wq.jpg.6d6669d3d04b7622ff46d5c92ab1be79.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


BANGKOK 16 août 2022 12:08
Sponsors