Le Modérateur

Anne GENETET et 40 députés dénoncent les conséquences du coup d’État militaire en Birmanie dans une résolution

1 message dans ce sujet

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Anne GENETET et près de 40 députés dénoncent les faits et les conséquences du coup d’État militaire en Birmanie dans une proposition de résolution discutée le 10 novembre par la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale

 

Paris, le vendredi 5 novembre 2021

 

Les cosignataires du texte initié par la députée des Français de l’étranger veulent que l’Assemblée nationale affirme solennellement son soutien à la population birmane.

 

Anne GENETET, Députée de la 11e circonscription des Français établis hors de France (LREM), Jean-Louis BOURLANGES, Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale (MoDem), Alain DAVID, Président du Groupe d’amitié France-Birmanie (PS) et près de 40 députés dénoncent les faits les conséquences du coup d’État militaire en Birmanie du 1er février 2021 dans une proposition de résolution (n°4649) déposée le 3 novembre et qui sera discutée par la Commission des affaires étrangères le mercredi 10 novembre au cours d’une réunion pendant laquelle un échange de vues est également prévu sur une proposition de résolution en faveur de l’association de Taïwan aux travaux des organisations internationales et des forums de coopération multilatérale (n°4271).

J’ai bon espoir que notre proposition de résolution puisse être inscrite à l’ordre du jour fixé par l’Assemblée nationale lors d’une séance au cours de laquelle nous pourrions aussi adopter le texte sur Taïwan. L’Assemblée nationale affirmera ainsi solennellement sa position en soutien à la population birmane victime d’une grave atteinte et régression de l’ensemble de ses droits acquis au cours de la transition démocratique amorcée depuis 2010”, précise Anne GENETET, à l’origine de cette proposition élaborée en s’appuyant sur ses propres observations et sur les témoignages collectés comme députée de la 11e circonscription des Français établis hors de France (49 pays d’Asie, d’Océanie et d’Europe orientale).

Par cette résolution, les cosignataires du texte proposent à l’Assemblée nationale :

  1. de condamner avec la plus grande fermeté le coup d’État perpétré par l’armée birmane le 1er février 2021 et sa prise de pouvoir consécutive à celui‑ci ;

  2. de condamner l’ampleur et l’impunité des crimes commis sur le sol birman par les forces de sécurité ;

  3. d’exprimer son soutien total à la population birmane dans sa lutte pacifique et légitime pour la démocratie, les libertés et le plein respect des droits humains ;

  4. de reconnaître le Comité représentant l’Assemblée de l’Union comme l’organe légitime à porter la parole de tous les Birmans, où qu’ils se trouvent, et qui souhaitent retrouver un État libre et démocratique ;

  5. d’appeler à ce que le Conseil d’administration de l’État (SAC) et les institutions en découlant ne soient pas reconnus par la France, l’Union européenne et les organisations internationales comme des représentants légitimes de la Birmanie et du peuple birman ;

  6. d’appeler les forces de sécurité birmanes à reconnaître et respecter le résultat des élections générales du 8 novembre 2020 dès à présent, mettre un terme à l’état d’urgence, cesser un emploi systématique et disproportionné de la force et céder le pouvoir aux autorités civiles élues démocratiquement ;

  7. d’enjoindre les forces de sécurité birmanes à libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques ou civils détenus, assignés à résidence ou incarcérés, pendant et à la suite du coup d’État du 1er février 2021, dont le président de la République U Win Myint et la Conseillère pour l’État Daw Aung San Suu Kyi ;

  8. d’inviter la France à s’employer de manière déterminée, avec ses partenaires de l’Union européenne, de l’Association des nations d’Asie du sud‑est (ASEAN) et des Nations unies à promouvoir une sortie de crise pacifique, rapide et inclusive, en associant toutes les parties, notamment celles issues des élections générales du 8 novembre 2020, de la société civile, des partis politiques et des groupes ethniques ;

  9. d’inviter le Gouvernement français à réaffirmer, avec le soutien de l’Union européenne, sa conviction que la démocratie, l’État de droit et le respect des droits humains sont fondamentaux pour parvenir à une croissance économique et à une prospérité durable et réellement partagée pour la population de Birmanie et la communauté internationale ;

  10. d’exprimer son soutien à l’égard des efforts humanitaires conduits au profit des populations les plus vulnérables, notamment dans le cadre de la lutte mondiale contre la propagation de la covid‑19.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



BANGKOK 30 novembre 2022 03:53
Sponsors