Le Modérateur

Après les rappeurs, les chanteurs de variété se moquent à leur tour de l’establishment

1 message dans ce sujet

Getsunova et Three Man Down ont sorti leur dernier clip "Eek Mai Narn, Narn Kae Nhai", qui se traduit littéralement par "Pas trop longtemps, mais combien de temps?", qui a recueilli plus de 1,9 millions de vues depuis sa sortie le 16 novembre et est devenu le clip n°3 le plus tendance de la catégorie musique sur YouTube en Thaïlande.

 

Outre la mélodie entraînante et l'inclusion des enseignements d'un célèbre moine non-conformiste, Phra Maha Praiwan, la popularité de la chanson est également attribuée à la satire des problèmes de la société thaïlandaise.

Plusieurs scènes de la vidéo sont montrées à travers un projet d'écoliers, sur le thème "La Thaïlande dans mes rêves", comme l'augmentation des espaces verts, la réforme des règles d'uniforme et de coiffure des étudiants, la liberté d'expression, le mariage homosexuel, la dépénalisation du travail du sexe et de meilleures dépenses du gouvernement. Ce sont toutes des questions fréquemment soulevées par les manifestants antigouvernementaux.

"Pas trop de temps, mais combien de temps cela prendra-t-il, c'est pénible, comme si cela prenait une éternité." La chanson s'attaque également à la junte qui a pris le pouvoir en 2014 après le coup d'État et avait proclamé « nous tiendrons nos promesses et le beau pays sera de retour.

La vidéo a suscité des réactions majoritairement positives de la part des internautes, nombre d'entre eux faisant l'éloge de l'équipe créative.

Certains commentaires disent "Le clip est tellement créatif et il reflète tout si bien", "C'est le meilleur clip de l'année" et "Je pleure après avoir regardé ça". Le célèbre YouTuber thaïlandais "Bie The Ska" a commenté "J'aime la chanson et le clip. C'est vraiment cool. Chaque scène est si détaillée.

Ce n'est pas souvent qu'un musicien traditionnel thaïlandais critique ouvertement le gouvernement, mais la dernière version de Getsunova n'est évidemment pas la première à gifler le gouvernement dirigé par Prayut en se moquant.

En 2018, le groupe de rap thaïlandais « Rap Against Dictatorship » a fait réfléchir le gouvernement avec sa première chanson « Prathet Kuu Mee » (littéralement : What My Country’s Got), qui a fortement critiqué la junte militaire et le système politique. Il a maintenant 102,5 millions de vues depuis sa sortie.

Plus récemment, le rappeur thaïlandais « YOUNGOHM » a également publié « Bangkok Legacy », critiquant le gouvernement pour corruption présumée et sa gestion des manifestations antigouvernementales.

L'establishment lutte comme il peut contre l'expression musicale des opposants mais cela devient difficile quand la variété et l'humour s'emmêlent. Des millions d'Internautes soutiennent ces critiques mais on ne sait toujours pas s'ils sont majoritaire dans le pays.

2C4A24EB-8C8B-4EE0-8DC3-1E2CE789979E.thumb.jpeg.5cf38a028264e5350134b786865b1670.jpeg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 09 août 2022 21:52
Sponsors