Le Modérateur

Le premier fusil produit officiellement en Thaïlande met en lumière une étrange culture des armes à feu

1 message dans ce sujet

Dans une vidéo sur la page Facebook de KHT Firearms, on voit une jeune femme tenant un fusil d'assaut entièrement automatique qui fait la moitié de sa taille. Portant des lunettes et des protections auditives, elle déclenche une rafale alors que son instructeur rit et lève le pouce à côté d'elle.

La vidéo n'est qu'un des nombreux clips faisant la promotion des nouveaux fusils compacts de KHT Firearm, conçus spécifiquement pour un marché asiatique avec des "morphologies plus petites".

Le co-fondateur, Konnarong Tungfun, 39 ans, dit qu'il a fabriqué le premier fusil d'assaut artisanal de Thaïlande, le DT17, qui a un canon de sept pouces, 13 pouces plus court qu'un AR-15 standard.

"Nous sommes des amoureux des armes à feu, en tant que pères de l'entreprise, nous avons vu les avantages et les inconvénients de chaque modèle et nous nous sommes dit qu'il devrait répondre aux exigences asiatiques", a-t-il déclaré à Thai Enquier.

Mais il n'est pas le seul à gagner en popularité. Une communauté excentrique et croissante d'amoureux des armes à feu en Thaïlande attirent des dizaines de milliers d'adeptes. On les rencontre sur Instagram.

Sur les réseaux sociaux, les gens achètent, examinent et, selon les professionnels des armes à feu, tirent plus que jamais. Il existe également un marché noir en ligne en pleine croissance qui utilise Internet pour vendre des armes illégales. Mais des lois strictes ont rendu presque impossible la fabrication d'armes sur le sol thaïlandais.

L'achat d'une arme légalement prend du temps et nécessite de lourdes formalités administratives. Pourtant, cela n'a pas empêché des milliers de Thaïlandais de mettre la main sur une arme dans un pays avec les pourcentages de possession d'armes les plus élevés d'Asie du Sud-Est.

"C'est dans les millions de possesseurs. Cela ne cesse de croître », a déclaré à Thai Enquirer l'acteur devenu passionné d'armes à feu, Danai Smuthkochorn, à propos du nombre d'armes à feu en circulation. Danai dirige une page Youtube populaire dans la communauté des armes à feu, Team Tango.

"On y parle de tir sportif", a-t-il déclaré. « mais beaucoup gens viennent me demander comment ils peuvent utiliser une arme à feu pour se défendre. J'ai des propriétaires de ranch ou de mines, des gens qui vivent à la périphérie de Bangkok qui ont des terres qu'ils veulent patrouiller. Mais une grande majorité sont des tireurs récréatifs ou sportifs. »

Il pense que le gouvernement thaïlandais ne veut pas que plus d'armes tombent entre les mains des civils.

"Vous pouvez dire que le gouvernement n'est pas content que nous ayons des armes à feu", a-t-il déclaré. « les autorités essaient de limiter l’accès des civils aux armes. » Il ajoute que bien que le gouvernement soit réticent à laisser les gens acheter des armes si vous êtes débrouillard, il n'est pas difficile d'acquérir une arme à feu.

Pourtant il est non seulement juridiquement difficile de produire des armes à feu pour le marché civil, mais cela pourrait aussi être dangereux, déclare Michael Picard, chercheur pour GunPolicy.org à l'Université de Sydney.

Il a déclaré à Thai Enquirer que la Thaïlande possédait environ 10 millions d'armes à feu privées en 2016, soit une pour environ sept personnes.

"Les civils ne peuvent pas acheter de fusils d'assaut", a déclaré Picard. «Les institutions de sécurité de l'État disposent déjà d'une surabondance de fusils d'assaut de haute qualité, soit produits en interne, soit venant de fabricants internationaux établis qui peuvent offrir un meilleur deal qu'un petit fabricant local. Alors que la Thaïlande peut soutenir le développement d'une industrie d'armement nationale, les obstacles sont réels et des entreprises similaires dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est ne parviennent pas à décoller. »

La culture des armes à feu potentiellement mortelle de la Thaïlande a été illustrée en février 2020, lorsqu'un soldat a ouvert le feu dans un centre commercial très fréquenté de la province de Korat, dans le nord-est de la Thaïlande. Il a tué 30 personnes avant de retourner l'arme contre lui. C'était la première fusillade de masse que la Thaïlande ait jamais vue. Mais les fusillades sont fréquentes en Thaïlande. Quelques mois seulement avant le massacre de Korat, un homme a abattu trois personnes, dont un jeune garçon, alors qu'il dévalisait un magasin d'or. Plus récemment, en juin, un ancien officier des forces spéciales a tiré dans un hôpital de campagne COVID-19, en tuant une personne.

En 2016, il y a eu plus de 3 000 homicides liés aux armes à feu en Thaïlande, soit un taux d'environ 4,5 décès pour 100 000 personnes, a rapporté Channel News Asia. Une grande partie de la criminalité due aux armes à feu est liée à un marché noir florissant où des particuliers fabriquent des armes mortelles vendues en ligne. La police thaïlandaise s'efforce de trouver un moyen de réduire le nombre de meurtres liés aux armes à feu à Nakhon Si Thammarat, province la plus violente du pays, où 39 meurtres ont eu lieu l'année dernière.

Picard a déclaré que la Thaïlande dispose d'un "marché noir pour les armes à feu", qui, selon lui, comprend des armes artisanales locales. Il craint que si des entreprises privées sont autorisées à fabriquer des fusils d'assaut militaires mais ne sont pas en mesure de les vendre officiellement, il est possible que ces armes se retrouvent sur le marché noir ou dans des pays voisins comme le Myanmar.

Mais même face aux critiques et aux nombreux obstacles juridiques, le fabricant Konnarong estime qu'il va réussir.

La société de Konnarong vient de tester ses armes avec l'armée royale thaïlandaise qui aurait approuvé son concept. Il dit qu'il passe enfin à la phase de fabrication du projet.

« Le pays attendait cela depuis longtemps », a-t-il déclaré. "Ils (armée ? tireurs du dimanche ?) attendent des armes à feu thaïlandaises produites localement depuis 40 ans, mais cela ne s'est jamais produit, alors ils se tournent vers nous pour les rendre légèrement moins chères que les armes importées."

screenshot_15872.jpg.205d580a984a84106dd914b7dcd79877.jpg.72d84b37e057bbd8c172cdaa142d0d30.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 02 décembre 2021 22:08
Sponsors