Le Modérateur

La Thaïlande veut adopter une nouvelle loi anti-dopage pour ne plus être bannie des instances mondiales

1 message dans ce sujet

(Reuters) – La Corée du Nord, la Thaïlande et l'Indonésie ont reçu un carton rouge de l'Agence mondiale antidopage (AMA) dès octobre, les rendant inéligibles pour se voir accorder le droit d'organiser des championnats régionaux, continentaux ou mondiaux pendant la suspension.

Les représentants des trois pays seront également inéligibles pour siéger en tant que membres des conseils d'administration des comités jusqu'à ce que leurs pays soient réintégrés.

Les athlètes des trois pays seront autorisés à concourir dans les championnats régionaux, continentaux et mondiaux, mais leurs drapeaux nationaux ne seront pas hissés (sauf Jeux Olympiques).

La non-conformité de la Thaïlande découle d'une incapacité à mettre pleinement en œuvre le Code antidopage 2021.

Le non-respect par la Thaïlande des conditions de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a porté un nouveau coup au pays car il lui est interdit d'organiser des tournois internationaux de football.

La Confédération asiatique de football (AFC) en a fait part à l'Association thaïlandaise de football (FAT) et à ses clubs membres par le biais d'une lettre officielle jeudi.

Selon la lettre de l'AFC, la FAT ne peut organiser que des matches ponctuels, mais elle a été autorisée à envoyer les équipes nationales et ses clubs membres participer à certains types de compétitions à l'étranger.

Il a été interdit à la FAT d'organiser des tournois internationaux ou nationaux impliquant les équipes nationales thaïlandaises et de clubs dans le Royaume.

Le royaume ne peut pas non plus soumissionner pour organiser des événements internationaux.

Les joueurs de l'équipe nationale ont toutefois été autorisés à arborer les drapeaux thaïlandais sur leurs tenues et la FAT peut organiser des événements qui ont été convenus avant la publication de la décision AMA.
 

Le gouvernement thaïlandais s'engage à s'attaquer d'urgence au problème, avec un nouveau projet de loi antidopage devant être présenté au Cabinet la semaine prochaine.

Les autorités sont prêtes à remédier à l'interdiction imposée par l'Agence mondiale antidopage (AMA). Mardi prochain, le Cabinet examinera un nouveau projet de loi antidopage conforme aux directives antidopage de l'AMA, dont la promulgation officielle est attendue en janvier.

Lors d'un débat parlementaire, le ministre du Tourisme et des Sports, Phiphat Ratchakitprakarn, a déclaré que l'Autorité des sports de Thaïlande avait déjà répondu aux allégations de l'AMA tout en reconnaissant qu'il était difficile de modifier les lois existantes.

M. Phiphat a déclaré que la Thaïlande, en tant que nation souveraine, n'est pas tenue de se conformer pleinement à toutes les suggestions de l'AMA (une déclaration étonnante venant d'un ministre des sports puisque participer à une rencontre sportive nécessite que tous les pays respectent toutes les règles).

Cependant, le gouvernement thaïlandais envisage de nouvelles discussions avec l'agence après avoir adopté le nouveau projet de loi afin de faire lever l'interdiction avant les prochains Jeux asiatiques.

La fédération d'haltérophilie (qui rapporte habituellement de nombreuses médailles aux JO en compétition féminine) n'a pas participé à Tokyo pour des problèmes liés au dopage.

WADA.thumb.jpg.c48950cd81c08230efb7b834c54eacb6.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 03 juillet 2022 10:32
Sponsors