Le Modérateur

Des étudiants frappés et arrêtés après avoir manifesté près du cortège royal

1 message dans ce sujet

Cinq militants politiques, dont un garçon de 17 ans, ont été arrêtés et auraient été battus mardi soir pour avoir prétendument organisé une mini-manifestation près d'une foule de royalistes saluant le convoi du roi Vajiralongkorn et d'autres membres du palais à Wongwian Yai.

Les militants ont montré trois doigts (symboles de liberté) non loin du cortège royal avant que les violences n'éclatent.

Une masse de royalistes s'est approchée du groupe de jeunes militants et a commencé à les frapper, leur arrachant les bannières des mains.

Plusieurs policiers ont alors évacué les manifestants de la zone où passait le cortège royal.

Nutthanit, l'une des manifestantes, a déclaré à Thai Enquirer que la police avait rapidement utilisé la violence alors qu'elle manifestait pacifiquement. Elle a dit qu'elle voulait seulement exprimer son opinion sur l'article 112, une action qu'elle croit "normale" dans une "démocratie moderne".

En vertu de l'article 112 du Code pénal thaïlandais, la diffamation, les insultes et les menaces envers les membres de la monarchie sont passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison à chaque prise de parole.

La Thaïlande a connu une importante augmentation de cas de lèse majesté en réponse au mouvement antigouvernemental qui se poursuit dans le pays. Les autorités ont inculpé plus de 150 personnes, dont 13 mineurs, grâce à l'article 112 au cours des 18 derniers mois.

Le gouvernement a récemment défendu sa loi devant les Nations Unies en novembre. Les représentants thaïlandais ont fait valoir que la loi draconienne unique au monde protégeait le palais et la sécurité nationale.

Ekthip Faungfung, avocate thaïlandaise pour les droits de l'homme, a déclaré à Thai Enquirer que l'arrestation par la police d'un mineur et d'autres militants ne devrait pas impliquer de violence.

"L'arrestation doit être non-violente", a-t-elle déclaré. "Surtout lorsqu'il s'agit d'un mineur, la police devrait désamorcer la situation et tenter de dissiper un affrontement stressant par des moyens pacifiques."

Ekathip a ajouté que le jeune manifestant avait été transporté à l'hôpital pour soigner ses blessures. La police prévoit également de poursuivre la procédure judiciaire devant un tribunal pour mineurs.

Krissana Pattanacharoen, porte-parole de la police royale thaïlandaise, a déclaré à Thai Enquirer que les actions de la police étaient justifiées. Il a déclaré que la police avait accusé les manifestants d'avoir causé une nuisance publique et d'avoir violé les bonnes mœurs.

Les charges sont passibles d'une peine maximale pouvant aller jusqu'à 1 000 bahts d'amende, a-t-il déclaré.

Mais les jeunes militants se sentent toujours ébranlés par l'incident. Ils espèrent que ce genre de traitement violent n'arrivera plus à quiconque manifeste pacifiquement.

"Tout le monde a droit à la liberté d'expression", a déclaré Ekthip.

FHu3VYaVIAIag8y.jpg.d73cbd6fec1ecf0cd6a95266623bebc2.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 01 juillet 2022 05:24
Sponsors