Le Modérateur

Les champions du monde de badminton thaïlandais n'ont pas le droit de montrer leur drapeau

1 message dans ce sujet

Pourquoi la Thaïlande est confrontée à la honte sur la scène sportive mondiale

Cela aurait dû être l'occasion d'une grande fierté nationale alors que les champions thaïlandais de badminton ont atteint le couronnement de leur carrière. Au lieu de cela, les téléspectateurs thaïlandais ont récemment regardé avec embarras le drapeau national remplacé par un bout de tissu blanc lors de la remise de médailles.

 

Les fans un peu chauvins ont été frustrés et en colère, accusant le gouvernement d'une interdiction qui a nui à la position de la Thaïlande dans le monde du sport.

Déplorant la « honte » causée à la nation, les critiques et les politiciens de l'opposition ont exigé une action urgente du gouvernement.

L'interdiction du drapeau a été imposée début octobre par l'Agence mondiale antidopage (AMA), en guise de punition pour l'échec de la Thaïlande à mettre pleinement en œuvre le code mondial antidopage.

Avec l'Indonésie et la Corée du Nord (sic !), la Thaïlande a également perdu le droit d'accueillir de grands événements sportifs internationaux pendant un an.

Les athlètes thaïlandais peuvent toujours participer à des championnats régionaux, continentaux ou mondiaux, mais le drapeau national ne sera hissé qu'aux Jeux olympiques et paralympiques.

Ainsi, lorsque Dechapol Puavaranukroh et Sapsiree Taerattanachai ont remporté leur premier titre mondial aux Championnats du monde BWF en Espagne le 19 décembre, ils ont reçu leur trophée comme membres de l'Association de badminton de Thaïlande et non au nom de la Thaïlande et le drapeau national n'a pas été hissé.

Le duo thaïlandais a récemment été sacré numéro 1 mondial en double mixte, après avoir remporté huit des neuf finales disputées cette année.

S'efforçant de faire lever l'interdiction de l'AMA, le gouvernement thaïlandais propose un amendement à la loi sur le contrôle du dopage dans le sport de 2012 tout en demandant l'autorisation de hisser le drapeau national lors des tournois internationaux.

Réalisant qu'il pourrait falloir des mois aux députés pour amender la loi, le Cabinet a approuvé mardi 28 décembre un décret exécutif sur le contrôle des substances antidopage proposé par l'Autorité des sports de Thaïlande (SAT). La loi entrera en vigueur dès qu'elle recevra l'approbation royale, tandis que le gouvernement pourra demander un feu vert parlementaire plus tard, a déclaré le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam.

Le décret exécutif était nécessaire car les autorités thaïlandaises avaient promis à l'AMA qu'elles se conformeraient à son nouveau code d'ici janvier, a déclaré Wissanu. Tout retard pourrait causer plus de 50 milliards de Bt de dommages économiques à la Thaïlande, a-t-il ajouté.

La SAT demandera à l'AMA de lever l'interdiction dès que la loi modifiée entrera en vigueur mais on ne sait pas quand la loi sera promulgué par la gazette royale.

Le gouverneur de la SAT, Gongsak Yodmani, a déclaré le 22 décembre que l'AMA était satisfaite du projet d'amendement, qu'elle a qualifié de "totalement conforme à ses règles antidopage".

Wissanu, qui supervise les affaires juridiques du gouvernement, a déclaré qu'il était convaincu que l'interdiction serait levée avant que les prochains Jeux d'Asie du Sud-Est, organisés par le Vietnam en mai 2022.

En fait, les autorités thaïlandaises espèrent que le royaume sera absous avant qu'il n'accueille les Jeux asiatiques d'arts martiaux 2022 en mars. Sinon, la Thaïlande risque la honte d'accueillir un tournoi majeur sans pouvoir arborer son drapeau national.

En vigueur depuis le 1er janvier 2021, le dernier code de l'AMA exige que les entraîneurs responsables d'athlètes dopés fassent l'objet de poursuites judiciaires en plus d'une suspension à vie. La loi antidopage de la Thaïlande ne contient aucune disposition concernant cette nouvelle exigence.

Le sujet est sensible car des haltérophiles (féminines), "grosses" pourvoyeuse de médailles olympiques, ont été suspendues pour dopage. Appliquer la loi de l'AMA reviendrait à condamner aussi les entraîneurs, ce que la Thaïlande n'est pas prête à faire.

De plus, le Code 2021 de l'AMA exige que l'agence nationale antidopage (ONAD) de chaque pays signataire soit indépendante du contrôle de l'État. L'ONAD thaïlandaise relève actuellement de la Sports Authority of Thailand. Le chef de la SAT, Gongsak, a déclaré qu'ONAD deviendrait bientôt indépendant pour se conformer aux règles de l'AMA. Mais il ne dit pas quand. L'armée et la police gardent la haute main sur tout ce qui est sportif en Thaïlande dans une opacité la plus totale.

Le président de la fédération thaïlandaise de football (FAT) est Somyot Poopanmoung ancien numéro 1 de la police nationale et au passé controversé car il aurait emprunté 300 millions de bahts à  Kampol Wirathepsuporn un patron de salon massage (accusé de nombreux méfaits) actuellement en fuite. La  FAT est dans le collimateur pour plusieurs "affaires" mais a la chance que de très nombreuses fédérations nationales de football sont aussi totalement corrompues.

 

les champions du monde thaïlandais et leur drapeau blanc en arrière plan

G0DL5oPyrtt5HBAivXYonvqyM1lXNTNDXJcN1x7zrUYqKWJg8SC5pK.jpg.267e6d096355fc58a158e23538bac378.jpg.3b334c4be96a2826955babe60ed77c0b.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 03 juillet 2022 09:46
Sponsors