Le Modérateur

Critiquer la police peut vous mener en prison. Bavure à Samut Prakan

1 message dans ce sujet

Le porte-parole de la police royale thaïlandaise a averti le peuple thaïlandais de ne pas critiquer la force publique au risque d'être jeté en prison pendant un an pour diffamation, a rapporté Siam Rath.

Pol Maj-Gen Yingyot Thepjamnong a déclaré que la RTP faisait un travail absolument merveilleux en combattant le crime, en enquêtant sur les actes répréhensibles et en attrapant généralement les méchants.

Et malgré l'aide qu'ils offrent aux « phee nong » (frères et sœurs thaïlandais) à chaque instant, les policiers sont critiqués. Leur travail est difficile et leur sacrifice extrême.

Ceux qui critiquent seraient les criminels arrêtés, a-t-il noté, imités ensuite par la population. Cela doit cesser, point final.

Il a mis en garde les gens contre l'article 136 concernant la diffamation des fonctionnaires. Cette loi signifie que vous risquez un an de prison et / ou une amende de 2 000 bahts. Il y a eu de nombreuses poursuites, a déclaré le général.

Il a exhorté les citoyens à cesser de blâmer la police pour tout et à laisser la RTP faire son travail.

Il a donné les numéros de téléphone 191 et 1599 pour collaborer avec la police.

Par ailleurs Le chef de la police de Samrong Neua à Samut Prakan est allé rendre visite à un homme que ses officiers avaient arrêté à tort pour trafic de drogue.

Le chef Pol Col Arthit Simcharoen a pris un panier de fruits et des cadeaux pour s'excuser d'avoir tout faux.

 

L'homme au centre de cette affaire a été arrêté près d'un barrage avec de la poudre blanche. Un clip en fait foi.

Les flics ont affirmé qu'il avait été testé positif à la consommation de drogue, l'ont jeté dans un véhicule de police et l'ont détenu au poste.

Il aurait pu faire face à des années de prison. Il a affirmé avec véhémence qu'il avait été piégé par la RTP et qu'il n'avait rien à voir avec la drogue.

Maintenant, la RTP a été contraint de reculer après avoir découvert que la poudre n'était pas de la drogue. C'était du camphre - utilisé comme épice dans les aliments et comme médicament depuis des siècles.

Arthit a déclaré que la victime avait accepté ses excuses et qu'une enquête était en cours sur cette bavure.

4pmX.jpg.474cce915cd448a73f5a49c8b44cabe0.jpg.057b5d5e77333bc7cf89b3d278d3b5b4.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 08 décembre 2022 10:15
Sponsors