Le Modérateur

Après un départ catastrophique, la campagne vaccinale s'avère un succès en Thaïlande

1 message dans ce sujet

Peu de sujets ont fait couler plus d'encre que l'achat de vaccins par la Thaïlande en 2021. Beaucoup craignaient au départ que la campagne de vaccination n'aille nulle part ou qu'elle échoue.

 

Maintenant que nous sommes entrés en 2022, on peut revenir sur la campagne vaccinale de la Thaïlande

1. Le gouvernement thaïlandais a atteint son objectif de vaccination

Le gouvernement a atteint son objectif de distribuer 100 millions de doses d'ici la fin de 2021.

Certains étaient sceptiques lorsque le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a annoncé cet objectif en avril, car cela aurait nécessité plus de 300 000 doses administrées par jour. Les premières étapes de la campagne de vaccination ont été chaotiques ; comme l'a résumé en juillet l'Institut thaïlandais sur le développement, les achats étaient lents, les différentes agences bureaucratiques ne se coordonnaient pas efficacement. Combien de vies auraient pu être sauvées si la campagne de vaccination avait été plus fluide au départ ?

Finalement, le gouvernement s'en est sorti. Le nombre moyen de vaccinations en Thaïlande est d'environ 370 000 doses par jour à ce jour, selon CovidVax Live avec des pointes à un million. Selon le ministère de la Santé publique, l'objectif du gouvernement a été atteint le 19 décembre, avec 12 jours d'avance.

2. Au niveau régional, les performances de vaccination de la Thaïlande s'alignent sur celles de ses voisins

Bien que la Thaïlande ait atteint ses objectifs de vaccination, comment s'en est-elle sortie par rapport aux autres pays de la région ? Un examen des données révèle que les performances de la Thaïlande s'alignent sur celles de ses voisins de l'ASEAN. La Thaïlande se classe au 6e rang pour la couverture de la première dose, pratiquement à égalité avec la Malaisie et le Vietnam et nettement devant l'Indonésie, le Laos et les Philippines. Brunei et Singapour, qui ont tous deux des populations nettement plus petites, ont atteint les taux de vaccination les plus élevés. Le Cambodge, qui dépendait fortement des vaccins chinois, est la vedette de l'Asie du Sud-Est continentale, avec une couverture de la deuxième dose de plus de 80 %. Le pays le moins performant a été le Myanmar, ce qui n'est peut-être pas surprenant étant donné qu'il est marqué par des troubles politiques.

3. La Thaïlande a réussi à obtenir un approvisionnement diversifié en doses de vaccin, mais l'approvisionnement a été un processus difficile

L'une des principales préoccupations soulevées au cours des premières étapes de la campagne de vaccination en Thaïlande était le manque de diversité dans son approvisionnement en vaccins. Le gouvernement avait initialement prévu de s'appuyer principalement sur l'AstraZeneca produit localement, Sinovac agissant comme un palliatif pendant que le pays accélérait la production. Le gouvernement a pris un temps atrocement long pour commencer à passer des commandes auprès d'autres fournisseurs; un moment particulièrement surréaliste fut lorsque le ministre de la Santé Anutin Charnvirakul a déclaré qu'il avait perdu le contact avec le représentant de Johnson & Johnson. D'autres déclarations d'Anutin ont laissé les observateurs pantois, il serait cruel de les rappeler. Le gouvernement a également refusé de rejoindre COVAX, le programme de partage de vaccins de l'Organisation mondiale de la santé.

Les choses sont allées de mal en pis lorsqu'on a su qu'AstraZeneca devrait exporter les deux tiers des vaccins produits localement, ne laissant que 5 à 6 millions de doses par mois pour la Thaïlande. Un tournant a ensuite semblé se produire en juillet lorsqu'une lettre d'AstraZeneca a été divulguée selon laquelle le gouvernement avait en fait estimé que le pays n'avait besoin que de 3 millions de doses par mois (soit 60 mois pour obtenir les 180 millions de doses nécessaires). Un autre stade a été atteint vers le 20 août lorsque le système de santé s'est enfin mis en branle, le nombre d'injections par jour a soudain doublé pour atteindre souvent les 800 000.

Cependant, un certain nombre de choses ont heureusement joué en faveur du gouvernement. Premièrement, il a fait preuve de créativité avec la diplomatie vaccinale et a commencé à s'approvisionner auprès de diverses sources. Des millions de doses sont entrées dans le pays sous forme de dons, tandis que certaines ont été empruntées ou achetées de "deuxième main". Deuxièmement, et ce qui est encore plus important, le schéma vaccinal à doses mixtes que le gouvernement a commencé à prescrire, qui a réduit le nombre de doses d'AstraZeneca nécessaires, semble avoir fonctionné de manière sûre et efficace. Pendant ce temps, d'autres vaccins de divers fournisseurs ont commencé à arriver à la fin de l'année.

Sources d'approvisionnement en vaccins

AstraZeneca 61 millions de doses livrées directement 2,9 millions de doses données par le Japon, le Royaume-Uni, la Corée du Sud et l'Allemagne 0,27 million de doses empruntées au Bhoutan et à Singapour 1,01 million de doses achetées à l'Espagne et la Hongrie
Sinovac & Sinopharm -  Sinovac : 30,5 millions de doses livrées directement - Sinopharm : 21 millions de doses livrées directement, 3,2 millions de doses offertes par la Chine
Pfizer 20 millions de doses livrées directement, 1,5 million de doses offertes par les États-Unis
Moderna 2 millions de doses livrées directement, 1 million de doses offertes par les États-Unis

Le résultat est que la Thaïlande a obtenu un approvisionnement diversifié en doses de vaccin. Un peu plus de 40% d' AstraZeneca Pendant ce temps, les doses d'ARNm représentent actuellement 27% du total des inoculations.

Vaccins par pourcentage des doses totales administrées (données au 13 janvier 2022)
AstraZeneca Vecteur viral 41,6 %
Sinovac inactivé 24,6 %
ARNm de Pfizer 17,7 %
Sinopharm inactivé 13,6 %
ARNm de Moderna 2,42 %

4. Problèmes restants dans la campagne vaccinale de la Thaïlande

Malgré les succès de la campagne de vaccination en Thaïlande, un certain nombre de problèmes restent en suspens.

Premièrement, la stratégie de vaccination de la Thaïlande était fortement axée sur les zones où le nombre de cas était élevé, comme Bangkok, et les zones touristiques comme Phuket. Ainsi, des disparités dans l'accès aux vaccins continuent d'exister entre les différentes provinces. Les données du Département de contrôle des maladies montrent que Bangkok a un taux de couverture de la première dose de 120% – probablement une comptabilité du nombre de résidents de Bangkok qui ne sont pas légalement enregistrés comme vivant dans la capitale elle-même. Plusieurs provinces, cependant, ont encore une couverture de première dose entre 50 et 60 % de la population.

Deuxièmement, les vaccins locaux - thaïlandais doivent encore entrer en production. Il était peut-être optimiste de s'attendre à ce que les vaccins thaïlandais réussissent et entrent rapidement en production, et à ce stade, trouver des volontaires et une capacité de production sera de plus en plus difficile. Mais les vaccins candidats tels que ChulaCov19, qui est développé par l'Université de Chulalongkorn avec la contribution du Dr Drew Weissman, dont les recherches ont été essentielles au développement des vaccins à ARNm, méritent un soutien continu. À tout le moins, ils représentent les fondations sur lesquelles la recherche et le développement thaïlandais peuvent s'appuyer.

Dans ce domaine, la France n'a pas fait mieux.

Dans l'ensemble, la campagne de vaccination en Thaïlande n'a pas été le désastre que beaucoup craignaient.

Avec 100 millions d'injections, la Thaïlande est encore loin du compte. Sur une population de 70 millions d'habitants si l'on vaccine 60 millions de personnes cela fait 180 millions de doses.

2058456035_Screenshot(68).thumb.png.35dc3d8e63b957ef93a7e200594ba6b6.png

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 03 juillet 2022 09:24
Sponsors