Le Modérateur

Prayut fait face à sa plus grande crise politique. Son courant politique coupé en trois

1 message dans ce sujet

Le parti au pouvoir Palang Pracharat (PPRP) a limogé mercredi son secrétaire général controversé, Thammanat Prompao, et 20 autres députés qui lui sont fidèles, menaçant davantage la stabilité du parti pro-armée formé juste un an avant les élections générales de 2019 dans le but de maintenir au pouvoir le général qui avait fomenté un coup d'état. Tous ces évènements fragilise la coalition gouvernementale.

La décision choquante est intervenue après une réunion tendue du comité exécutif du parti à la suite d'un ultimatum soumis par Thammanat et son groupe exigeant un poste ministériel, ajoutant qu'ils démissionneraient en masse si la demande n'était pas acceptée. La réunion était présidée par le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, chef du parti et "parrain" de la politique thaïlandaise.

Le groupe voulait le portefeuille des Ressources naturelles et de l'Environnement, un poste actuellement occupé par Varawut Silpa-archa du parti Chart Thai Pattana.

L'ancien vice-ministre du Travail et porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat, proche de Thammanat, n'a pas rejoint la cohorte des départs, tandis qu'un autre député s'est retiré du groupe à la dernière minute.

Certains pensent que le groupe rejoindra un nouveau parti dirigé par le général Wit Devahastin na Ayudhya, le chef de la stratégie du PPRP.

Le départ du groupe de Thammanat affaiblira davantage l'emprise du gouvernement sur le Parlement et pourrait entraîner une incapacité à tenir des réunions de la Chambre, en raison de l'absence de quorum, sans le soutien des membres de l'opposition. Cela pourrait permettre à l'opposition de forcer une dissolution anticipée du parlement et de devoir déclencher des élections anticipées.

Même sans la rébellion ouverte du groupe de Thammanat, des sessions de la Chambre ont été brusquement annulées à plusieurs reprises ces derniers temps, en raison d'un manque de quorum, en partie à cause du refus des membres de l'opposition d'enregistrer leur présence.

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha connaît donc sa pire crise politique à ce jour. Plus tôt dans la journée, un chef du gouvernement Nirote Sunthornlekha a également dû minimiser les informations faisant état de frictions entre le ministre du Travail Suchart Chomklin et Thammanat.

Mardi, Suchart a admis qu'il voulait savoir pourquoi la popularité du parti gouvernemental s'estompe et si cela a quelque chose à voir avec Thammanat.

Personnage très controversé, Thammanat a été condamné par un tribunal australien pour trafic de drogue dans les années 1990. Malgré cela, il s'est avéré un atout précieux pour le PPRP, en aidant les candidats du parti à remporter plusieurs élections partielles, débauchant des opposants et en négociant une compréhension mutuelle entre les partis de la coalition.

En septembre 2021, lui et Narumon ont été limogés de leurs postes ministériels.

Thammanat a publié sur sa page Facebook mercredi soir des remerciements à ses anciens collègues du PPRP et à ses partisans pour leur soutien moral après l'annonce de son limogeage, affirmant qu'il continuerait à servir le peuple en tant que député.

Thammanant est un manœuvrier politique redoutable et s'il devait se montrer hostile à Prayut, il pourrait lui nuire gravement.

Comme le disait un président de la république décédé, "les ennuis, ça vole en escadrille". Prayut doit faire face à une autre fronde.

Plusieurs anciens membres du parti thaïlandais Palang Pracharat, qui a présenté le général Prayuth Chan Ocha comme son candidat au poste de Premier ministre en 2019, ont lancé mercredi un nouveau parti qui s’oppose à l’actuel dirigeant.

Dans une déclaration, Uttama Savanayana et Sontirat Sontijirawong, dirigeants du nouveau parti, ont déclaré qu’il s’appellera Sarng Anacot Thai – ce qui signifie Construire l’avenir de la Thaïlande – et ont expliqué qu’il se concentrera sur les questions économiques ainsi que sur la fin des divisions politiques dans le pays.

« Nous ne proposerons pas Prayuth comme candidat du parti au poste de premier ministre », a déclaré Sontirat. « Nous ne créerons pas un parti pour prolonger le temps de quelqu’un au pouvoir », a-t-il ajouté.

L’ancien vice-premier ministre Somkid Jatusripitak pourrait obtenir le soutien du parti pour devenir premier ministre. « Personnellement, je pense qu’il est capable », a déclaré Uttama, qui a applaudi le fait qu' »il ne nous a jamais abandonnés ».

Le parti prévoit de choisir trois personnes, dont le chef du parti, avant de se fixer sur un seul candidat. On s’attendait à ce que les deux hommes lancent un nouveau parti depuis qu’ils ont démissionné du Palang Pracharath en 2020, dans un contexte de tension croissante au sein du parti.

Thammanat

S__29548587.thumb.jpg.e5973541d13ca6ef1db21545b3666d0d.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 03 juillet 2022 09:10
Sponsors