Le Modérateur

Le TGV chinois, la faillite pour les agriculteurs thaïlandais ?

1 message dans ce sujet

L'ouverture du réseau ferroviaire à grande vitesse Kunming-Vientiane pourrait offrir des opportunités au nord-est de la Thaïlande, mais les négociateurs du gouvernement doivent se méfier des pièges que recèlent les Routes de la Soie.

La Thaïlande doit être particulièrement vigilante vis-à-vis des barrières non tarifaires chinoises qui pourraient entraver la capacité de la Thaïlande à exporter par voie ferroviaire. Ce qu'on appelle des barrières non tarifaires sont des "prétextes" pour empêcher ou ralentir l'arrivée de produits étrangers en Chine.

Pavida Pananond, de l'Université Thammasat, a déclaré que le chemin de fer Kunming-Vientiane récemment ouvert pourrait offrir de nombreuses opportunités de développement pour le nord-est de la Thaïlande.

Par exemple, le chemin de fer pourrait stimuler les activités logistiques et fournir un itinéraire alternatif pour le transport de produits entre la Thaïlande et la Chine, comme les durians thaïlandais et autres fruits.

Cependant, le gouvernement thaïlandais doit également être "suffisamment avisé" pour savoir si la Chine s'engage dans des "pratiques injustes" consistant à utiliser des mesures non tarifaires telles que celles liées à Covid-19 pour saper les exportations thaïlandaises.

"Les autorités thaïlandaises doivent être conscientes de ce qui se passe sur le terrain et s'assurer que les Chinois ne vont exploiter la situation", a-t-elle déclaré.

Depuis novembre, les commerçants thaïlandais ont exhorté les agences gouvernementales concernées à mener des pourparlers diplomatiques avec leurs homologues chinois après que Pékin a imposé des réglementations strictes sur l'importation de produits thaïlandais.

Le problème affecte principalement l'exportation d'aliments frais et de fruits. Des tonnes de produits thaïlandais ont été vus en train de pourrir aux points de contrôle en attendant d'être inspectés et approuvés par les Chinois.

Par exemple, l'Office agricoles de la région 6 a déclaré le 3 janvier que l'exportation de longan n'était que d'environ 100 000 tonnes en 2021 contre environ 600 000 tonnes en 2020 en raison des règles Covid chinoises.

Cela a conduit à une surproduction et à une chute des prix du longan passés de 35 bahts / kg à moins de 10 bahts.

Pendant ce temps, les produits chinois affluent en Thaïlande via le réseau ferroviaire qui a raccourci le temps de trajet des marchandises entre la Chine et la Thaïlande à moins de 24 heures par voie terrestre.

Les agriculteurs de Mae Hong Son ont déclaré le mois dernier que les prix des légumes avaient considérablement baissé depuis l'arrivée de produits concurrents en provenance de Chine.

Par exemple, le prix du chou est passé de 20 baht / kg à 8 et le prix des tomates est passé de 50 baht / kg à 20 bath.

Dans le même temps, davantage de produits arrivent. Une porte-parole du gouvernement, Traisuree Taisaranakul, a déclaré mardi que la valeur des importations et des exportations avait explosé grâce à l'augmentation du nombre de trains passé de 4 à 14 par jour.

Prapat Panyachatraksa, du Conseil national des agriculteurs, a déclaré en décembre qu'il était "inquiet" que les produits chinois "affluent", alors que le gouvernement thaïlandais ne mettait en place aucune mesure de défense. Pékin impose de nombreuses barrières non tarifaires strictes sur les produits thaïlandais, a-t-il déclaré.

Prapat pense que le gouvernement doit imposer des règles similaires pour ralentir l'afflux de produits chinois.

Phanusak Saiphanich, président de la Thai Durian Association, a déclaré en janvier que le gouvernement devrait négocier une "voie verte" pour les fruits et légumes frais thaïlandais afin d'éviter une double inspection aux points de contrôle chinois.

Sunchai Puranachaikere, de l'Association thaïlandaise des exportateurs de fruits frais, a déclaré à Thai Enquirer en décembre que le gouvernement thaïlandais devrait également accélérer ses négociations avec la Chine pour envoyer les marchandises thaïlandaises par la même voie ferrée.

Le ministre du Commerce, Jurin Laksanawisit, a déclaré le 15 janvier que les fruits thaïlandais ne pouvaient pas être envoyés en Chine par TGV car il n'accepte que les minerais, le caoutchouc et le manioc pour le moment.

Il a déclaré que le ministère accélérait le processus de négociation pour permettre l'exportation de produits frais thaïlandais à temps pour la saison de récolte entre mars et mai.

La version du gouvernement, c'est que le TGV chinois va apporter bonheur et prospérité à la Thaïlande.

Cependant, le gouvernement a déclaré cette semaine que la première étape de la voie ferrée Thaïlande-Chine de 873 km, sorte d'Arlésienne, ne devrait pas être opérationnelle avant 2026, soit un retard de trois ans.

Pour l'instant, Pavida a déclaré que l'inondation de produits chinois devrait servir de rappel aux agriculteurs thaïlandais pour qu'ils cherchent des moyens d'améliorer leur compétitivité.

Les Routes de la Soie et les pratiques chinoises ont déjà nui à l'économie de nombreux pays, en particulier en Afrique.

hs.jpg.30647efe99f6424ef31eefdeff1c1f44.jpg.ad3914d4f479df19869cdc55aa9e353f.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 30 novembre 2022 03:31
Sponsors