Le Modérateur

Quel sera l'impact de l'invasion russe en Ukraine sur l'économie thaïlandaise ?

1 message dans ce sujet

L'impact sur l'économie thaïlandaise du conflit russo-ukrainien dépendra de la durée des hostilités et de leur escalade, selon les économistes.

En réponse aux troupes russes envahissant l'Ukraine la semaine dernière, les États-Unis et leurs alliés ont imposé des sanctions à la Russie et aux dirigeants russes, avec des menaces d'actions plus strictes.

Les sanctions imposées par les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union européenne, le Japon et l'Australie comprennent le gel des avoirs des banques russes, les avoirs personnels du président Vladimir Poutine et de son entourage, une interdiction d'exportation des matériaux que la Russie utilise pour les raffineries de pétrole, stopper l'exportation de biens tels que les semi-conducteurs, réduire les importations de haute technologie pour l'empêcher de développer ses capacités militaires et empêcher les grandes entreprises russes et l'État de lever des fonds ou d'emprunter de l'argent.

Le ministère thaïlandais des Affaires étrangères a annoncé le 25 février un plan d'évacuation de 236 Thaïlandais vivant en Ukraine.

Les consommateurs thaïlandais en paieront le prix. Même avant l'invasion, les consommateurs thaïlandais avaient connu des prix élevés du pétrole, obligeant le gouvernement à réduire les droits d'accise sur le diesel dans le but de maintenir les prix de détail en dessous de 30 Bt par litre.

La guerre a aggravé la situation alors que les prix mondiaux du brut ont grimpé à plus de 100 dollars le baril jeudi 24 février lorsque la Russie a lancé une offensive militaire contre son pays voisin.

"La hausse des prix du pétrole pourrait persister pendant encore 3 mois", selon Kobsidthi Silpachai de  Kasikornbank.

Si l'Occident interdisait l'importation de pétrole russe, cela aurait un impact sur l'offre mondiale, car la Russie produit environ 10 à 11 % de la production mondiale, ce qui ferait encore grimper les prix.

Le tourisme thaïlandais a connu une reprise très partielle depuis la réouverture du pays aux touristes internationaux en novembre, mais le nombre actuel de visiteurs est bien inférieur aux 40 millions d'arrivées en 2019. Le Conseil national de développement économique et social a prévu 5 millions de touristes étrangers cette année.

Kobsidthi, cependant, s'est dit préoccupé par le fait que le tourisme pourrait être touché en raison du conflit russo-ukrainien. "Le coût des voyages en avion restera élevé et cela découragera les voyages", a-t-il déclaré.

Le tourisme s'attendait à un retour à la normale, mais ce conflit retardera la reprise jusqu'en 2026, a averti Kobsidthi.

Les autorités attendaient 450 000 touristes russes cette année. S'ils ne peuvent pas venir à cause de la guerre, cela pourrait coûter à la Thaïlande 36 milliards de baht, soit 0,2% du PIB, a déclaré Pisit Puapan, du ministère de l'économie.

Le ministre du Commerce, Jurin Laksanawisit, a déclaré que son ministère surveillait de près l'impact sur la logistique des exportations et des importations entre la Thaïlande et les deux pays. D'après l'évaluation initiale, Jurin a déclaré qu'il y avait des impacts à la fois positifs et négatifs sur les exportations thaïlandaises vers les marchés mondiaux.

Le plus inquiétant est le prix du pétrole car il affectera les coûts de transport et de fabrication, a-t-il déclaré.

Du côté positif, la Thaïlande pourrait trouver de nouveaux marchés pour des produits qui étaient auparavant fournis par la Russie ou l'Ukraine, s'ils sont entraînés dans une guerre prolongée.

Par exemple, la Russie exporte des produits en caoutchouc vers les États-Unis pour une valeur d'environ 170 millions de dollars par an, tandis que la Thaïlande exporte les mêmes produits vers les États-Unis pour 155 millions de dollars. La Thaïlande a le potentiel de remplacer les exportations russes de caoutchouc vers le marché américain.

 La Thaïlande a le potentiel de remplacer l'approvisionnement en poisson du Royaume-Uni. Actuellement, les exportations thaïlandaises de produits de la pêche vers le Royaume-Uni sont évaluées à environ 50 millions de dollars par an.

La Russie est le 30e partenaire économique du royaume tandis que l'Ukraine est le 63e selon le gouvernement.

L'année dernière, le commerce bilatéral entre la Thaïlande et la Russie s'élevait à 2,8 milliards de dollars, en hausse de 12,8% par rapport à l'année précédente. Les exportations de la Thaïlande valaient environ 1 milliard de dollars et les importations en provenance de Russie 1,8 milliard de dollars, donnant à la Russie un excédent commercial. Les principaux produits d'exportation thaïlandais étaient les automobiles et leurs pièces, les pneumatiques, les machines et leurs pièces, ainsi que les fruits en conserve et transformés et les granulés de plastique. La Thaïlande a importé du pétrole brut, des engrais et des pesticides, du minerai et de l'acier, des avions et des planeurs.

Le commerce bilatéral avec l'Ukraine a été évalué à 386,5 millions de dollars, en hausse de 25,6% par rapport à l'année précédente. Les exportations thaïlandaises vers l'Ukraine ont été évaluées à 134,8 millions de dollars et les importations de produits ukrainiens à 251,7 millions de dollars. Les principaux produits d'exportation de la Thaïlande étaient les automobiles et leurs pièces détachées, les produits en caoutchouc, les fruits en conserve et transformés, les fruits de mer en conserve et les granulés en plastique. La Thaïlande a importé d'Ukraine des végétaux, du fer et de l'acier, des grumes, du bois scié et des produits dérivés, des déchets et minerais métalliques.

Nouriel Roubini, l'économiste bien connu a averti que la guerre en Ukraine pourrait aggraver les conflits entre les superpuissances mondiales - les États-Unis et l'Occident d'un côté contre la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran d'autre part. "Une récession  -stagflation mondiale est maintenant très probable", a-t-il écrit.

La guerre en Ukraine frappera la croissance et augmentera encore l'inflation. La Russie et l'Ukraine sont de grands exportateurs de matières premières et de produits alimentaires.

Kobsidthi partage le point de vue de Roubini, affirmant que la stagflation mondiale frappera durement l'économie thaïlandaise axée sur les exportations.

Avant l'invasion, le Fonds monétaire international avait prédit que l'économie mondiale continuerait de croître à 4,4 % cette année, contre 5,9 % l'année dernière. Il estimait que les économies avancées connaîtraient une croissance de 3,9 % contre 4,8 % dans les marchés émergents.

Anusorn Tamajai, de l'Université de Rangsit, craint que la Thaïlande n'entre en stagflation car le pays dépend fortement des importations de pétrole et d'énergie. L'offre mondiale de puces et de semi-conducteurs pourrait baisser, ce qui aurait un impact sur les exportations d'automobiles et de produits électroniques.

La Chine est le premier client des exportations thaïlandaises, or elle est également proche de la Russie, cela pourrait placer le gouvernement thaïlandais dans une position difficile. Surtout lorsque les assistants du président Biden appellent le Premier ministre pour demander à la Thaïlande de rejoindre le blocus mondial des exportations de la Russie. Le gouvernement thaïlandais doit jouer les équilibristes que ce soit du point de financier ou moral.

Ukraine-Thailand-economy_web.jpg.087d3b9288038fd0a037666140853c97.jpg.90cf1b62fd5442a1ec2afe2137a76604.jpg

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 12 août 2022 07:15
Sponsors