Le Modérateur

UKRAINE : Singapour devrait être un modèle pour le gouvernement et les libéraux couards thaïlandais

1 message dans ce sujet

éditoriaux de libéraux thaïlandais donc écrits avec un point de vue grammatical thaïlandais. Nous = les Thaïlandais.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février a suscité l'indignation et l'incrédulité mondiales. 77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est incroyable de retrouver l'Europe, une fois de plus, en guerre.

Alors que l'économie mondiale souffre déjà lourdement de la pandémie de Covid-19, cette guerre menace non seulement la souveraineté de l'Ukraine, mais la stabilité politique et économique du monde sur tous les continents.

La position de la Thaïlande (et de l'ASEAN) sur cette question a été au mieux ambiguë et timide. La déclaration ridicule en deux points du ministère des Affaires étrangères appelant à la paix par le dialogue illustre clairement la réticence du gouvernement à s'impliquer dans cette affaire. Position assumée.

Cependant, il n'y a pas que le gouvernement qui partage ce point de vue. Des libéraux influents comme Somsak Jeamteerasakul et Piyabutr Saengkanokkul prônent la neutralité stratégique.

Alors que le manque de sincérité du gouvernement actuel en ce qui concerne la démocratie et le monde libre n'est pas vraiment une surprise, le fait qu'une partie importante des libéraux thaïlandais pensent qu'il est préférable de rester neutre sur cette question est gravement décevant.

On fait comme s'il y avait deux belligérants qui veulent se battre avec la même fureur alors qu'on a un pays qui en envahit un autre. C'est très différent.

Beaucoup soulignent l'idée que c'est l'OTAN qui a rompu la promesse de ne pas s'étendre vers l'est et que l'incorporation des anciens pays du Pacte de Varsovie est une atteinte à la sécurité de la Russie comme si la sécurité de la Russie était plus importante que celle de la Pologne. Ou de l'Ukraine.

Le droit à l'autodétermination n'est-il pas au cœur des valeurs libérales ? Si tel est le cas, n'est-il pas hypocrite de choisir une position politique uniquement lorsque cela convient à nos intérêts politiques et économiques ? Quelle chance la démocratie thaïlandaise a-t-elle vraiment de prospérer si nous pouvons facilement abandonner les valeurs et les principes du libre arbitre à la realpolitik dans les relations internationales ou ailleurs ?

Volodymyr Zelenskyy, le président ukrainien, ne défend pas seulement la souveraineté de l'Ukraine, il se bat pour protéger les valeurs de liberté. Cela ne mérite-t-il pas un soutien ?

Il n'y a rien d'« intelligent » dans la position stratégique ambiguë de la Thaïlande. Cela ne fait que souligner la lâcheté politique du pays et son manque de valeurs libérales. Si les libéraux thaïlandais ne soutiennent pas l'Ukraine, ils ne doivent pas s'attendre à un soutien international dans la prochaine lutte pour la démocratie en Thaïlande.

La Thaïlande a finalement publié cette semaine sa réponse à la crise ukrainienne dans une allocution aux Nations Unies. Nous pourrions tout aussi bien rappeler notre ambassadeur à l'ONU et fermer le corps diplomatique.

A l'heure où un pays démocratique, membre de la communauté internationale, se fait envahir par un agresseur causant des dégâts et des morts, nous avons décidé de dire cela ? Nous ferions mieux de ne rien dire.

Il ne faut pas se contenter de la fable du petit pays pragmatique qui doit équilibrer son soutien aux superpuissances. Vous voulez connaître un autre petit pays qui joue la carte de la realpolitik mieux que quiconque ? Singapour. Et pourtant voici ce qu'il dit sur l'invasion de l'Ukraine.

    "Ce qui se passe en Ukraine maintenant nous concerne. Si les relations internationales sont fondées sur la loi du plus fort, le monde sera dangereux pour les petits pays. C'est pourquoi Singapour soutient fermement le droit international et la Charte des Nations Unies. " (Lee)

Examinons attentivement la déclaration de M. Lee.

« En tant que petit pays, nous nous efforçons de maintenir de bonnes relations avec tous les pays, grands et petits. Nous ne choisissons pas de camp, mais traçons notre propre voie sur la base de principes cohérents. »

Malgré notre taille relative par rapport à Singapour, la Thaïlande est également un petit pays qui a toujours tenté d'entretenir de bonnes relations avec tout le monde, comme notre corps diplomatique aime à le dire, "l'ami de tous".

Lee poursuit en disant : « Si les relations internationales sont basées sur la loi du plus fort, le monde sera un endroit dangereux pour les petits pays comme Singapour. C'est pourquoi Singapour soutient fermement le droit international et la Charte des Nations Unies, qui interdit les actes d'agression contre un État souverain."

Encore une fois, Lee a raison. L'ordre international existe justement pour permettre aux petits pays de survivre.

Indépendamment de ce que dit notre ministre des Affaires étrangères, Don Pramudwinai ("il vaut mieux que la Thaïlande ne prenne pas parti") ou de ce que pensent des libéraux comme le Dr Somsak Jeamteerasakul ou Piyabutr Saengkanokkul ("que l'Amérique est aussi un État agresseur et que l'OTAN devrait laisser l'Ukraine être une zone tampon"), il y a une raison pour que la Thaïlande soutienne l'Ukraine.

Le monde évolue rapidement et les petits pays seront bientôt entraînés dans diverses sphères d'hégémonie. La Thaïlande, occupant une position stratégiquement précieuse, ne sera pas différente.

Nous devrions défendre l'Ukraine maintenant, car c'est dans notre intérêt. Dans un ordre international fondé sur des règles, il y a tout à gagner à soutenir le droit d'un pays à l'autodétermination. Sinon, un jour, nous pourrions aussi être emportés par des superpuissances qui se chamaillent. La Chine qui a de facto "acheté" le Laos et le Cambodge pourrait avoir une "influence" encore plus grande en Thaïlande dans le futur.

Enfin, une autre note sur Singapour. Après la déclaration de Lee Hsien Loong, la petite ville-État a décidé d'adopter des sanctions contre la Russie. Qui aurait pensé voir le jour où les libéraux thaïlandais sont jaloux de Singapour ?

L'ambassadeur de Suède en Thaïlande a voulu également mettre un tréma sur le i de Thaïlande : "  A tous nos amis thaïlandais. La langue compte. Ce qui se passe en Ukraine n'est pas une crise, pas deux parties qui doivent désamorcer », a déclaré l'ambassadeur Jon Åström Gröndahl. « C'est une agression, une guerre. N'impliquons pas une parité qui n'existe pas. La Russie, et la Russie seule, est responsable », a-t-il ajouté sur Twitter.

Se ridiculisant, La Thaïlande et l'Asean appellent "toutes les parties concernées... à désamorcer les tensions".

te.jpg.c1ec894bc95323c5630b5abc167c87e7.jpg.fcecd9c207f4485246a6785bc059ca79.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 13 août 2022 22:07
Sponsors