Le Modérateur

Dissolution de l'assemblée fin mai ?

1 message dans ce sujet

Des élections pourraient être déclenchées par le Premier ministre avant la fin du mois de mai selon des experts.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Suritan Pichan, prédit que le général Prayut dissoudra la Chambre des représentants avant qu'elle ne se réunisse à nouveau le 22 mai prochain, déclenchant des élections générales en juin ou juillet de cette année. Cela survient alors que l'ennemi juré du Premier ministre, le capitaine Thamanat Prompow, a pris vendredi un poste clé au sein du parti de la nouvelle économie qui, sur le papier, reste dans la coalition.

Thamanat est ce député "à l'ancienne" qui a passé des années en prison en Australie pour trafic de drogue, ce qu'il nie, et à qui le parti pro-armée au pouvoir doit tout car il a su débaucher des hommes politiques d'autres partis. Il a récemment été limogé du gouvernement et du parti à cause d'une attitude hostile envers Prayut.

Le gouvernement et le Premier ministre sont confrontés à la lassitude et à l'impopularité des Thaïlandais en raison d'un marasme économique existant bien avant la pandémie.

De nouvelles lois électorales modifieront le processus avec  un retour à un système favorisant les grands partis, le pro-armée mais surtout le Pheu Thai, dans l'opposition.

Le gouvernement de coalition de 16 partis est gravement affaibli et pourrait ne pas résister à une motion de censure.

Les experts notent qu'il est improbable que les députés du parti de la nouvelle économie (pourtant dans la coalition), en particulier Thamanat, soutienne le Prayut lors d'un vote de censure. Thamanat aurait juré de le faire tomber.

Le parti Bhumjaithai, deuxième plus gros partie de la coalition, s'agite et pourrait reprocher en public le style de gouvernement de Prayut, ce qu'il fait en privé depuis longtemps. Le chef du parti Anutin était déjà prêt pour des élections en juin 2021.

Le Premier ministre lui-même semble envisager une dissolution en juin 2022 car il demande à tous les ministres d'achever leur travail d'ici là.

L'impopularité du gouvernement est liée à la lassitude des Thaïlandais après 8 ans de général Prayut qui est arrivé au pouvoir à la faveur d'un coup d'état et à une économie qui fait moins bien que presque tous les pays du monde.

La croissance économique était déjà faible en 2019/2020 à 2,4%, ce qui prouve l’échec patent de Prayut. Les résultats économiques pendant l'épidémie ont été plus médiocres qu'ailleurs.

"Beaucoup de Thaïlandais veulent voir le général Prayut démis de ses fonctions", a déclaré ces derniers jours le professeur Thitinan Pongsudhirak de l'université Chulalongkorn. "L’économie ne va pas bien et La population se souvient encore du fiasco de la politique vaccinale jusqu’en août 2021.

Selon un sondage, seulement 1,8 % des Thaïlandais soutenait le gouvernement l'année dernière au plus fort de la crise COVID-19 et de la débâcle des vaccins.

Cela dit l’attitude des citoyens thaïlandais est difficile à prédire lors d'élections dont Le Premier ministre décidera seul de la date. Le porte-parole du gouvernement Thanakorn Wangboonkongchana a rappelé : "Le Premier ministre m'a demandé de vous dire qu'il n'écoutera personne sur la question de la dissolution la Chambre."

Les petits partis qui soutiennent le gouvernement ont tout intérêt à ce que les nouvelles lois électorales favorisant les gros partis (proposées par le gouvernement) ne passent pas. Ils pourraient donc se joindre à la curée contre Prayut.

Le parti Bhumjaithai pourrait conclure que son intérêt réside dans une dissolution plus rapide et une rupture avec un gouvernement profondément impopulaire.

Le parti Pheu Thai a déclaré être prêt à reporter la motion de censure afin de donner la priorité à l'adoption des nouvelles lois électorales. Prayut pourrait donc être sauvé par l’opposition ou coulé par sa majorité.

La dissolution pourrait survenir automatiquement si le premier ministre ne convoque pas l'assemblée le 22 mai.

Mais la question à se poser est : Pourquoi un Premier ministre impopulaire offrirait-il une dissolution à l'opposition ? Sans doute car il espère se relégitimer en gagnant les élections, pari risqué que Chirac a perdu en 1997 et que Macron pourrait vouloir tenter en 2022.

general-election-may-be-called-by-may-22nd.jpg.920004a4c0e12e5da7ca01463768a60a.jpg.809620d80171e2c81b1a47cbe5209201.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 03 juillet 2022 13:24
Sponsors