Le Modérateur

Le Pheu Thai reste le jouet de la famille Shinawatra et pratique la politique à l'ancienne

1 message dans ce sujet

vu par l’analyste Serichon

La méritocratie démocratique thaïlandaise est inexistante quand on voit Paetongtarn Shinawatra se préparer à la candidature au poste de Premier ministre

Le 21 mars, le Pheu Thai a fait une déclaration politique importante lors de l'assemblée générale du parti sur le thème de la "Famille Pheu Thai" à Udonthani.

Huit ans après que le Yingluck Shinawatra a été évincé de ses fonctions par le coup d'État fomenté par le général Chan-o-cha, Paetongtarn Shinawatra arrive officiellement sous les projecteurs. Bien que son titre officiel au sein du parti soit Responsable de la participation et de l'innovation - quoi que cela signifie - les observateurs savent qu'elle prolonge la lignée politique des Shinawatra et prouve la dépendance de Pheu Thai à la marque Shinawatra.

Alors que le pays se prépare à la dissolution du parlement et aux prochaines élections, malgré tous les bouleversements politiques de ces cinq dernières années, l'histoire semble bégayer.

Le Pheu Thai est incontestablement le parti le plus populaire de ces 2 dernières décennies. Bien qu'il ait été renversé du pouvoir par deux coup d'État militaires (2006 et 2014), Thai Rak Thai et ses avatars continuent de gagner dans les urnes, même en 2019. Cette victoire prouve sa force lors d'une élection qui s'est déroulée dans des circonstances extrêmement suspectes et a semblé favoriser le camp de l'armée. Compte tenu de tout cela, il est peut-être contre-intuitif de remettre en question la stratégie d'un parti politique qui dit "on ne change pas une équipe qui gagne".

Néanmoins, beaucoup de choses ont changé au cours des 8 dernières années. Les échecs en série de Prayut Chan-ocha ont définitivement placé la Thaïlande au second plan, politiquement et économiquement. Il est compréhensible qu'une grande partie des citoyens aspire à un retour politique des Shinawatra, surtout après avoir vécu si longtemps sous gouvernement militaire. Cependant, puisque Thaksin et Yingluck ne seront évidemment pas éligibles, les Shinawatra sont à court d'options.

Le parti n'a pas et n'a jamais voulu devenir une vraie institution politique et reste une entreprise familiale. Étant donné que le Pheu Thai occupe actuellement la position de parti politique le plus important, sa préférence pour le népotisme plutôt que pour la compétence et la légitimité politique met en évidence la faiblesse de la démocratie thaïlandaise.

Du point de vue de l'économie, des candidats comme Srettha Thavisin ou Chatchart Sittipan possèdent les capacités nécessaires pour mettre en œuvre la transformation économique indispensable du pays. Du point de vue de la politique, Cholnarn Srikaew, Sutin Klungsaeng ou Yutthaphong Charasathien ont démontré leurs capacités.

Alors que des rumeurs commencent à circuler sur la candidature de Paetongtarn au poste de Premier ministre, quelles sont exactement ses références ? Il est bien difficile de répondre.

La stratégie politique de Pheu Thai a toujours consisté à gagner les cœurs à travers l'économie. Cependant, le Pheu Thai et ses versions précédentes ont démontré que le parti ne donne pas la priorité à la démocratie et aux valeurs libérales. La méritocratie est secondaire par rapport au contrôle politique absolu pour mettre en œuvre les politiques économiques nécessaires. Si le Pheu Thai nomme Paetongtarn comme candidate au poste de Premier ministre ce ne sera pas en raison de ses références ou de ses qualités de leader. Le Pheu Thai demande à ses partisans de voter pour un Shinawatra, une simple extension de M. Tony Woodsome (Thaksin) lui-même.

Bien que les lignées politiques ne soient pas rares (les Bush, les Kennedy ou à Singapour), il doit y avoir un certain niveau de méritocratie à exiger de la prochaine génération. En court-circuitant ce processus, Pheu Thai (et Thaksin) reste sous l'emprise d'une famille et cela ne mène à rien. Ainsi, l'une des raisons du coup d'État de 2006 a été la nomination de Chaiyasit Shinawatra au poste de commandant en chef de l'armée royale thaïlandaise, malgré son manque d'ancienneté.

En tant que plus grand parti politique de Thaïlande, le rejet répété de la méritocratie par le Pheu Thai affaiblit la démocratie dans le pays. Il permet à ses ennemis de dire que la «démocratie thaïlandaise» n'est qu'une illusion.

Mais peut-on vraiment blâmer Pheu Thai ? Après tout, ils ont toujours fait comme ça. Peut-être s'agit-il simplement d'un espoir mal placé pour que le Pheu Thai assume le rôle de champion de la démocratie. Le Pheu Thai fait de la politique à l'ancienne avec népotisme et clientélisme. Finalement le Pheu Thai et l'armée utilisent les mêmes ficelles, la différence est que le Pheu Thai accorde de l’importance au peuple alors que l'armée favorise l'establishment.

Bien que le parti Move Forward semble être l'alternative au Pheu Thai pour ceux qui veulent chasser les généraux du pouvoir, il est peu probable qu'il remporte les élections.

 

screenshot_17185.jpg.1aa4f10b25986df66c6f87dc40994d59.jpg.77eaf52dd1e5b51d798367aa6bf1d4c0.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 20 août 2022 00:27
Sponsors