Le Modérateur

Nouveau tour de vis du régime, cette fois les ONG sont visées

1 message dans ce sujet

Des membres de la société civile s'opposent à la volonté du gouvernement d'adopter une législation répressive qui pourrait être utilisée pour réduire au silence les groupes de la société civile et les organisations non gouvernementales (ONG). Le projet de loi sur les ONG ne mènerait à rien d'autre qu'à davantage de conflits dans la société.

"S'ils parviennent à le faire passer, le pire qu'ils puissent faire est de nous fermer et si c'est la cas, nous ouvrirons simplement une nouvelle ONG", déclare Yingcheep "Pao" Atchanont, de Law Reform Dialogue (iLaw).

Le projet de loi sur les « organisations à but non lucratif » a été proposé par le Conseil d'État de Thaïlande (CST) et le cabinet en a approuvé les principes en février. Le projet de loi fait actuellement l'objet d'une audience publique qui se termine ce vendredi.

Le CST a déclaré que la raison d'être du projet de loi vient du fait que certaines ONG recevant des fonds de l'étranger puissent influencer la situation politique en Thaïlande. Le CST veut s'assurer que cela ne se produise pas.

Si elle est adoptée, la loi obligera tous les groupes de la société civile et les ONG à s'enregistrer auprès du ministère de l'Intérieur, à déclarer leurs sources de financement et à révéler leurs rapports financiers.

Pao des ONG, telles que iLaw et Thai Lawyers for Human Rights (TLHR), étaient clairement impliquées dans les mouvements pro-démocratie de 2020, mais les ONG ne dirigeaient pas les manifestants.

iLaw a observé des manifestations pro-démocratie, TLHR a aidé les manifestants arrêtés et détenus du point de vue juridique et il existe de nombreux autres groupes civils et ONG qui travaillent aux côtés des manifestants parce qu'ils partagent des objectifs similaires et l'État veut en finir avec tout cela, dit-il.

"La création d'une ONG qui reçoit des fonds d'organisations étrangères est une pratique normale qui se pratique partout dans le monde et cela se fait en Thaïlande depuis 30 à 40 ans, donc ce que fait ce gouvernement est d'empêcher de mener toute activité contre lui », a-t-il déclaré.

Pao déclare que le gouvernement utilise tous les outils à sa disposition pour faire taire les dissidents. Cela comprend le décret d'urgence Covid-19, la loi sur les délits informatiques, l'article 116 - sédition, et l'article 112 - lèse-majesté.

Ce projet de loi "n'est qu'une nouvelle tentative de bloquer le mouvement des droits civiques", a-t-il déclaré.

Nattawut Buaprathum, du parti Move Forward (MFP) a déclaré mercredi aux journalistes que de nombreux groupes citoyens ont exprimé leur opposition au projet de loi sur les ONG. Il ajoute que de nombreux groupes s'opposent au projet de loi parce qu'il affaiblirait considérablement le secteur civil et que si la majorité de la population est contre le projet de loi, le gouvernement devrait l'abandonner.

"De nombreuses association internationales et locales ont contacté le MFP pour affirmer leur refus du projet de loi, contraire à la Déclaration universelle des droits de l'homme et à de nombreux accords internationaux", a-t-il déclaré. "La seule bonne chose avec ce projet est qu'il a réuni plus de 1 800 organisations civiles contre lui", a-t-il déclaré.

Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont tous deux exhorté le gouvernement à retirer le projet de loi auparavant. Ce sont des organisations pourraient être exclues de Thaïlande car trop opposées au régime.

« Dans sa forme actuelle, la loi excessivement restrictive pourrait facilement être utilisée à mauvais escient pour entraver le travail ou même fermer un large éventail d'associations locales, nationales et internationaux de la société civile en Thaïlande, menaçant son statut de plaque tournante régionale pour les ONG, », a déclaré Roseann Rife,  d'Amnesty International.

"La liste des interdictions contenues dans le projet de loi est si large, nombreuse et ouverte aux abus qu'elle pourrait avoir un impact significatif sur les opérations quotidiennes de la société civile."

Les ONG ont organisé de s manifestations contre ce projet de loi qui limitera encore un peu plus la liberté dans ce pays.

FOmPUG6acAgh4ba.thumb.jpg.fdc82d5bc5af2a30c3d8e7bee2164b0a.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 27 juin 2022 21:00
Sponsors