Le Modérateur

La Thaïlande et les rebelles du sud conviennent d'une pause de 40 jours pour le Ramadan

1 message dans ce sujet

Les parties belligérantes du conflit du Grand Sud thaïlandais ont convenu d'une pause de 40 jours dans la violence pendant le Ramadan et, dans un premier temps, les rebelles non armés seront autorisés à rendre visite à leurs familles pendant le mois sacré, ont déclaré des autorités après les pourparlers de paix organisés par la Malaisie vendredi.

La Malaisie a accueilli deux jours de pourparlers de paix entre les insurgés séparatistes Barisan Revolusi Nasional (BRN) et le gouvernement thaïlandais – le 2e cycle de négociations cette année – dans un hôtel près de Kuala Lumpur.

"Les deux parties ont convenu d'un programme de réduction de la violence pendant le Ramadan", le mois sacré musulman qui commence cette semaine, selon Abdul Rahim Noor, le "faiseur de paix" malaisien.

Un représentant du BRN a déclaré que "les deux parties se sont mis d'accord pour arrêter la violence" dans le Grand Sud dans le cadre de "l'Initiative de paix du Ramadan", qui durera jusqu'au 14 mai.

"Cet accord vise à créer une atmosphère pacifique et prospère pour la communauté de Patani en particulier et la confiance pour créer la paix", a déclaré Anas Abdulrahman, du BRN, lors d'une conférence de presse séparée.

Patani est le nom donné à toute la région frontalière sud de la Thaïlande par BRN.

En outre, selon un communiqué de Rahim Noor, les Thaïlandais ont accepté une demande des rebelles selon laquelle "les membres du BRN peuvent rentrer chez eux pour le Ramadhan" sans crainte d'être arrêtés mais "à la condition qu'ils promettent de ne pas de mener des attaques et de ne pas rapporter d'armes.

Les autorités thaïlandaises autoriseront également les membres du BRN en prison à être avec les membres de leur famille pendant l'Aïd, la fête qui marque la fin du Ramadan, a déclaré Rahim Noor.

Les autorités thaïlandaises ont également accepté de ne pas arrêter les membres du BRN ou de mener des raids pendant le Ramadan. Alors que BRN a accepté de ne mener aucune attaque, selon Rahim Noor, les autorités thaïlandaises n'ont pas explicitement accepté le "pas de violence", affirmant qu'elles riposteraient en cas d'attaque.

Le BRN, une organisation hautement secrète, est le plus grand et le plus puissant des groupes armés du Grand Sud, principalement musulman et malais, et nombre de ses membres et sympathisants vivraient du côté malaisien.

La "trêve" sur laquelle les deux parties ont convenu couvre également Songkran, le festival du nouvel an thaïlandais qui tombe du 13 au 15 avril, a déclaré le facilitateur malaisien.

L'accord du Ramadan pour réduire la violence "montre au monde qu'il y a un espoir de paix dans le Grand Sud et qu'il est possible de résoudre le vrai problème via un processus de dialogue de paix", a-t-il déclaré.

Le général Wanlop Rugsanaoh, le chef de la délégation thaïlandaise devait tenir une conférence de presse ce samedi.

Tard dans la soirée de vendredi, l'ambassade de Thaïlande à Kuala Lumpur a publié une déclaration. "Les deux parties ont réalisé des progrès significatifs qui constitueront une étape importante apportant une paix durable dans les provinces frontalières du sud de la Thaïlande", a-t-il déclaré. Cette déclaration ne précise pas la disposition permettant aux membres du BRN de rentrer chez eux pour être avec leur famille pendant le mois de jeûne.

Selon des responsables thaïlandais, un frère cadet d'Abdul Aziz Jabal, l'un des membres du panel BRN aux pourparlers de paix, a été blessé par balle dans la ville de Yala jeudi, le premier jour des pourparlers.

BRN, dans un message sur Facebook, a condamné la fusillade et a déclaré que l'incident n'avait rien à voir avec le processus de paix. Un porte-parole de l'armée thaïlandaise a déclaré que les autorités enquêtaient.

La fusillade est survenue un jour après que deux policiers ont été tués et deux autres blessés dans un attentat à la bombe en bordure de route à Bannang Sata, un autre district de Yala, l'une des provinces du Grand Sud.

Un analyste politique thaïlandais a déclaré que la pause dans la violence pendant le Ramadan réussirait probablement. "Si les deux parties ont accepté l'initiative Ramadan, il est probable qu'elles honoreront l'accord", a déclaré Srisompob Jitpiromsri, directeur de Deep South Watch. « Plus important encore, le BRN doit poursuivre les pourparlers de paix. Le BRN doit surveiller la situation pour s'assurer qu'aucun de ses membres ne commette une attaque.  ».

 

Anas

e71b613f-8e8b-4b54-816b-ce677684ea1e.jpg.23fd27ff07d0bb43b388d457321dff5c.jpg.8beee2eb1f4725a082703319eb4a63bb.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 16 août 2022 01:24
Sponsors