Le Modérateur

Alors que tous les professionnels demandent la fin des restrictions contre les étrangers, le gouvernement ne céde pas

1 message dans ce sujet

Chaque jour une nouvelle organisation, association, groupe, entreprise ou autre fait la une des journaux suggérant / exigeant / demandant au gouvernement thaïlandais de lever les restrictions Covid-19, Test and Go et Thailand Pass.

Au cours des deux dernières semaines seulement, la Fédération des industries thaïlandaises (FTI), la Chambre de commerce thaïlandaise, le Conseil du tourisme thaïlandais, l'Association thaïlandaise des hôtels, l'Association thaïlandaise du divertissement, One Voice Pattaya, et bien d'autres ont appelé le gouvernement thaïlandais à se débarrasser of Thailand pass et Test and Go. Certains demandent le retour de la vie nocturne et des bars.

Ce ne sont pas de petits acteurs, mais des groupes puissants représentant des milliards de bahts. Ce n'est pas un mouvement mineur comme par le passé.

Pour être juste, le gouvernement thaïlandais a lentement assoupli certaines restrictions et a annoncé un plan pour traiter Covid19 comme endémique d'ici juin ou juillet. Mais c'est beaucoup trop lent pour les professionnels. Et surtout le gouvernement ne comprend pas que pour les étrangers un de restriction, c'est toujours trop de restriction. Les vacances ne doivent pas causer de soucis.

Ainsi, alors que des pays comme Singapour, le Vietnam, le Cambodge etc. permettent aux touristes de revenir facilement, pourquoi la Thaïlande est-elle si lente ? Après tout, le tourisme en Thaïlande est important pour le PIB.

Selon le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul, environ 2 millions de personnes âgées et vulnérables n'ont toujours pas été complètement vaccinées. Le gouvernement thaïlandais fait tout ce qu'il peut et supplie ces personnes de se faire vacciner. Les vacances les plus longues de Thaïlande, Songkran, en avril inquiètent les autorités sanitaires même si les batailles d'eau sont interdites pour la 3e année consécutive. Cette grande migration annuelle peut impacter ces deux millions de personnes vulnérables.

Les autorités sanitaires thaïlandaises ont choisi, pour le meilleur ou pour le pire, d'utiliser Songkran comme test. Oui, les zones touristiques comme Pattaya et Phuket sont hautement vaccinées et les touristes étrangers et les entreprises qui les desservent sont prêts à « se remettre au travail ». Mais la grande majorité du pays qui ne dépend pas du tourisme ou du divertissement ne voit pas la nécessité de se précipiter, d'autant plus que la Thaïlande va regarder ce qui se passe dans les autres pays voisins.

De plus, en mai, Bangkok et Pattaya se rendent aux urnes pour la première fois depuis longtemps. Cela amènera de nombreuses personnes âgées et vulnérables à se déplacer et entraînera des mouvements dans ces zones.

Le gouvernement thaïlandais bénéficierait des taxes s'il rouvrait le pays mais des médecins veulent un peu plus de temps pour convaincre les personnes âgées et vulnérables de se faire vacciner complètement avant de rouvrir le pays. Cela dit, lier le risque pour les personnes âgées avec les étrangers est spécieux voire xénophobe. Ce ne sont pas les étrangers qui infectent les Thaïlandais. Les taux de nouveaux cas, malades graves et décès ne cessent d'augmenter alors que le pays n'est pas encore vraiment ouvert. Ce sont plutôt les touristes qui ont à craindre de la Thaïlande.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement observe les autres pays et agit avec prudence avant de prendre la moindre décision.

Songkran, et les élections, dans le rétroviseur, plus la fin de la campagne de vaccination et enfin l'observation de ce qui se passe à l'étranger devraient inciter le gouvernement à agir. Cela nous mène bien à juin ou juillet.

th.jpg.2c08bde0d2dceac545d8f6c94830c118.jpg.b1722b65b52b7678718b880461991030.jpg

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 09 août 2022 20:24
Sponsors