Le Modérateur

Les Chinois n'ont toujours pas de moteur pour le sous-marin vendu à la Thaïlande et ça commence à se voir

1 message dans ce sujet

Ce mois-ci aura lieu une réunion décisive concernant l'achat d'un sous-marin de fabrication chinoise. La livraison est menacée car la Chine n'a pas obtenu les moteurs allemands haut de gamme, stipulés dans le contrat.

 

La date limite de livraison (l'année prochaine) pour le premier sous-marin thaïlandais depuis la Seconde Guerre mondiale ne sera pas respectée. Le gouvernement allemand refuse de fournir des moteurs diesel MTU396 de la société allemande Motor and Turbine Union, comme spécifié dans l'accord de 13,5 milliards de Bt signé en 2017 entre la Royal Thai Navy (RTN) et l'entreprise publique China Shipbuilding (CSOC) pour le sous-marin S26T de classe Yuan.

Les deux parties se réuniront dans le but de régler le problème des moteurs, a déclaré le chef de la RTN, l'amiral Somprasong Nilsamai, insistant sur le fait que CSOC doit se conformer au contrat en équipant le sous-marin du système de propulsion allemand.

La marine thaïlandaise a refusé l'offre du CSOC d'utiliser des moteurs de fabrication chinoise certifiés par le MTU allemand ou de recevoir (gratuitement) deux sous-marins chinois déclassés en Thaïlande.

Le gouvernement allemand a interdit l'exportation des moteurs vers la Chine en raison de leur utilisation à des fins militaires, car l'Allemagne est liée par un embargo sur les armes imposé par l'Union européenne à la Chine en 1989 après le massacre de la place Tiananmen.

En fait, l'Allemagne et d'autres pays de l'UE ont contourné l'embargo pendant des décennies, fournissant à l'armée chinoise des moteurs et d'autres équipements, a déclaré Jon Grevatt, un expert en matière de défense.

Les pays de l'UE ont exporté des articles dits à double usage avec des utilisations militaires et civiles potentielles - qui ne sont pas explicitement exclues par l'embargo de l'UE - en tant que biens commerciaux, même lorsqu'ils sont destinés au matériel militaire, a affirmé Grevatt.

Cependant, la couverture médiatique internationale de la vente par la Chine du sous-marin de classe Yuan à la Thaïlande a rendu la manipulation plus difficile à réaliser, a-t-il déclaré.

En avril 2017, le gouvernement / junte du général Prayut Chan-o-cha a approuvé le projet de la marine d'acheter trois sous-marins de fabrication chinoise pour 36 milliards de baht.

Comme l'accord a été conclu sous couvert de la junte, l'achat du 1er sous-marin s'est déroulé sans heurts malgré l'opposition qui a déclaré que la Thaïlande avait des priorités plus importantes dont la lutte contre le COVID-19.

Cependant, le projet d'acheter deux autres sous-marins S26T de classe Yuan à la Chine a ensuite été examiné de près par la Chambre des représentants. En juillet 2021, la Marine a été contrainte de suspendre sa demande de budget dans un contexte d'aggravation de la crise COVID-19. Auparavant, la marine défendait l'achat, arguant que les 3 sous-marins étaient essentiels à la protection des intérêts maritimes de la Thaïlande estimés à 24 000 milliards de thb / an.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Thaïlande possédait une flotte de quatre sous-marins – tous intégrés au Japon – mais ils ont été mis hors service en 1951.

Avec le problème du moteur MTU, l'accord RTN - fabricant de sous-marins chinois est susceptible de s'effondrer à moins que la marine thaïlandaise n'accepte une option alternative offerte par la partie chinoise.

Certains analystes affirment que les soucis de moteur nuisent aux relations militaires de la Thaïlande avec la Chine.

"Une telle tension incitera probablement la Thaïlande à jeter un nouveau regard sur d'autres pays pour l'achat d'armes", a déclaré Paul Chambers, de l'Université de Naresuan qui étudie les forces armées thaïlandaises. La Chine pourrait perdre la face si la Thaïlande n'obtenait pas pas ce qu'elle a commandé, a-t-il ajouté.

Le général Prayut, également ministre de la Défense et chef de la junte en 2017, a déclaré lundi qu'il avait demandé à la marine de faire de son mieux pour aller de l'avant, mais si la Chine ne respectait pas l'accord, le contrat sera annulé.

La Chine est devenue le 1er fournisseur d'armes de la Thaïlande au cours des dernières années, remplaçant les États-Unis, après que les USA ont imposé des embargos sur les armes à la suite des coups d'État militaires de 2006 et 2014.

China-submarine-Yaun-class_web.thumb.png.ffa3d02098e6a418037df9cc51e33133.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 26 juin 2022 17:19
Sponsors