Le Modérateur

Un riche de Thonburi et sa fille vendaient des Thaïlandaises comme esclaves sexuelles à Bahreïn

1 message dans ce sujet

Siam Rath a rapporté que des agents de la police anti-traite des êtres humains ont arrêté hier deux riches commerçants à Thonburi, dans l'ouest de Bangkok. Wiraya, un homme de 54 ans, et sa fille Wachiraporn, 37 ans, ont été arrêtés sur mandats pour traite des êtres humains.

 

Ils ont été placés en garde à vue Soi Thaksin 4 à Bang Yi Ruea. Ils nient en bloc et bénéficient de la présomption d'innocence. Ils font partie d'une famille extrêmement riche ayant des intérêts dans des propriétés locatives et de nombreuses entreprises. Ils sont ainsi les plus gros fournisseurs de "moo ping" ou de boulettes de porc de Thaïlande.

Selon la police, à partir de début 2015, ils ont utilisé leur nom et leur "influence" (ce qui, en langage journalistique thaïlandais, signifie "mafia") pour recruter des femmes attirantes afin qu’elles partent travailler à Bahreïn.

Les femmes pensaient qu'elles allaient être bien payées pour un travail de massage thaïlandais traditionnel, mais elles ont, finalement, été contraintes à l'esclavage sexuel.

Récemment, certaines se sont échappées et sont allées demander de l'aide à la police de la traite des êtres humains. Le père et la fille sont actuellement détenus alors que l'enquête se poursuit.

Cette affaire fait surface au moment où la Thaïlande essaie de persuader les États Unis d'améliorer sa note quant à la lutte contre les trafics d'êtres humains. Cependant, ce que les USA reprochent à la Thaïlande n'est pas tant l'inaction de sa police que l'absence d'empathie et de prise en charge des victimes. Ainsi dans l'affaire narrée ici, on ne sait pas comment les autorités aident les jeunes femmes.

image.jpeg.3910b06e8a5cc11a35df70d38133a5f3.thumb.jpeg.efea51da00d914eeec685bbb86a61fc8.jpeg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 13 août 2022 23:11
Sponsors